Burundi

Burundi: L'ONUB confiante quant au bon déroulement du vote dans les élections législatives

Source
Posted
Originally published
ONUB/PIO/PR/80/2005

Bujumbura, Burundi - Les Burundais et les Burundaises retournent aux urnes ce lundi 4 juillet pour élire les 100 députés qui formeront la nouvelle Assemblée Nationale du pays une fois la transition terminée. A la veille de ces élections législatives, Madame Carolyn McAskie, Chef de la Mission de l'ONU au Burundi, a donné une conférence de presse pour rappeler aux Burundais leurs devoirs et leurs obligations, mais aussi pour leur donner des assurances par rapport aux mesures de sécurité prises le jour du vote. Pour l'occasion, Madame McAskie était accompagnée du Général de Division, Derrick Mgwebi, Commandant de la Force de l'Opération des Nations Unies au Burundi (ONUB).

« C'est notre grand souhait que le Burundi puisse terminer les élections dans une seule journée, » a-t-elle dit en faisant allusion aux élections communales (les 3 et 7 juin) qui avaient dû être reprises dans quelques communes après avoir été perturbées par une série d'incidents commis par des groupes ou individus armés.

Cependant pour les élections législatives en cours, Madame McAskie s'est voulue plus confiante : « Je dois dire que je suis optimiste. Je suis confiante. Ces derniers jours ont été très tranquilles. Tout ce que nous entendons c'est que personne n'a l'intention de perturber la situation ».

Tout en poursuivant son exposé, la Représentante Spéciale de l'ONU a également félicité les autorités burundaises pour leur diligence et leur engagement dans l'organisation d'un processus électoral qui présente beaucoup de défis. « Je félicite les autorités burundaises pour l'organisation du vote. » Puis d'ajouter avec emphase, « Le système électoral burundais est compliqué et les gens ont fait un travail énorme. C'est un travail très détaillé et très complexe. »

La communauté internationale dans sa grande composante sera aux côtés des Burundais pour les aider et les soutenir dans ce processus électoral. Pour l'occasion, il y aura des observateurs internationaux de l'Union Européenne, de l'Union Africaine, de l'Afrique du Sud, de la Francophonie, des ONGs internationales et nationales. A cela, il faut ajouter les 400 civils de l'ONUB qui feront le suivi dans les différents bureaux de vote.

Concernant l'aspect purement sécuritaire de ces élections, la Représentante Spéciale du Secrétaire Général et le Commandant de la Force de l'ONUB se veulent également rassurants. Selon eux, les forces de l'ONUB, les forces de défense nationales et la police nationale travailleront en étroite collaboration pour assurer la sécurité de tous les citoyens.

Cette collaboration s'est améliorée avec le temps, notamment avec l'organisation des scrutins précédents.

« Une des leçons apprises de notre collaboration passée est la réalisation qu'en mettant nos forces ensemble, nous pourrons être plus efficaces, » a admis le Général Mgwebi. « Et je puis vous dire que le Chef des Opérations de l'ONUB et le Chef des Opérations de l'armée burundaise se sont retrouvés ce mercredi pour échanger des numéros de téléphone mais également pour réfléchir sur une stratégie commune de déploiement de forces sur le terrain, » a dit le Commandant de la Force de l'ONUB. « Ils ont même été plus loin dans leurs discussions en essayant de trouver des réponses à des questions du genre : Quel sera le domaine d'intervention de chacun de nous ? A quel moment chacun devra-t-il intervenir en cas de danger? Si la situation venait à se compliquer, comment allons-nous y faire face ensemble ? Etc. » a ajouté le Général Mgwebi.

Récemment, au cours d'une réunion entre forces de l'ONUB et forces nationales de défense, des mesures plus concrètes ont été prises. Par exemple, il a été décidé que les deux entités effectueraient des patrouilles communes ; les soldats burundais seraient autorisés sur les hélicoptères et les bateaux de la marine de l'ONUB et vice versa. Ces dispositions permettront, non seulement de faire face ensemble à toutes les éventualités, mais également d'être tous témoins des incidents qui pourraient advenir. « C'est cela que nous appelons la coopération et la coordination, » a dit le Commandant de la Force.

Le Général a ensuite expliqué qu'en terme d'effectif des forces sur le terrain, l'ONUB dispose de cinq bataillons qui feront des patrouilles terrestres ; cinq bateaux qui feront la patrouille sur le Lac Tanganyika ; trois hélicoptères pré-positionnés pour les interventions rapides ; ainsi que des forces spéciales venant du Népal et qui seront prêtes à riposter à toute attaque.

Avec toutes ces dispositions civiles et militaires en place, Madame McAskie a dit en conclusion : « Je crois que tout ce qu'on a pu faire côté communauté internationale, côté autorités burundaises, côté militaire, et partis politiques burundais, est fait. Tout ce qui reste maintenant c'est pour les électeurs d'aller aux urnes, et je les y encourage. »

CONTACTS:

Isabelle ABRIC, Chef, Information Publique/ Chief, Public Information
Penangnini TOURE, Porte-parole/ Spokesperson
Mobile: +257 853 444, ONUB: +257 24 80 09 to 14, via New York: +1-212- 963 2839/42; Fax: +257 21 28 68
tourep@un.org, publicinformation@un.org