Burundi

Burundi : Les parlementaires se préparent à l'adoption du projet de loi sur la mise en place de la CNIDH

Les parlementaires ont bénéficié lundi d'une formation sur les droits de l'homme en vue de se préparer à l'analyse du projet de loi relatif à la mise sur pied de la Commission nationale indépendante des droits de l'homme (CNIDH).

Ce projet de loi est déjà déposé à la chambre basse du parlement, a-t-on souligné.

Cette formation s'inscrit dans le cadre de la formation de la nouvelle législature sur certains sujets que les nouveaux parlementaires sont appelés à aborder au cours de leur mandat. Les nouveaux parlementaires devraient ainsi être informés sur les défis enregistrés dans les droits humains. Les thèmes abordés ont concerné notamment l'état des lieux en matière du respect des droits de l'homme et le rôle de la société civile et du parlement en matière des droits de l'homme.

A travers les exposés sur différents thèmes, il a été noté que malgré l'existence de la Constitution et de la magistrature, les violations des droits de l'homme persistent au Burundi. La nouvelle Commission qui sera incessamment mise sur pied ne doit pas prétendre régler les affaires de ces violations. Elle sera complémentaire aux organes concernés et appelée à les éclairer pour pouvoir rétablir les choses.

Il a été par ailleurs souligné qu'aucun pays du monde n'applique totalement les droits de l'homme, ça s'attache à toutes les universalités et à toutes les cultures. Avec tous ces écarts, il faut toujours se battre pour chercher l'idéal, a-t-on noté.

S'agissant de l'état des lieux des droits de l'homme, le conférencier Bamazi Tchaa a déploré la situation précaire observée dans les milieux d'incarcération. Ce sont entre autres la surpopulation, la promiscuité, la sous alimentation, le manque de soins, la détention préventive prolongée et l'insalubrité. Les parlementaires ont en outre été informés sur leur rôle dans le respect et la protection des droits et libertés. Ce rôle est de s'entretenir d'une part avec les personnes lésées et d'autre part avec les services impliqués en vue d'intervenir conformément au pouvoir que leur confère la loi fondamentale. (ABP)