Burundi

Burundi : des légumes frais pour la santé des détenus malnutris

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Des produits frais comme des choux, des amarantes, des poireaux et des carottes ont été cultivés dans quatre prisons du nord et du centre du Burundi.

Depuis les premières récoltes, les détenus souffrant de malnutrition en consomment 100gr par jour afin que leur santé s'améliore.

Gervais Hajayandi, Directeur Général de la DGAP, explique: « Ces jardins permettent aux détenus, qui entrent souvent en détention avec un indice de masse corporelle (IMC) trop bas, de bénéficier quotidiennement de légumes frais qui font maintenant partie intégrante de la chaîne alimentaire ».

Bonaventure Ndayisenga, agronome au CICR, a suivi la mise en place de ces jardins et a introduit une pratique de culture échelonnée, ainsi que la conservation des choux par lacto-fermentation afin de faire face aux éventuelles ruptures de stock.

Les infrastructures pénitentiaires, comme les stocks, les abris bois et les cuisines, ont également été réhabilitées par le CICR pour faciliter la préparation de ces aliments. 87% de détenus malnutris ont retrouvé un poids normal entre février et août 2017.

C'est le cas de Milo* qui a retrouvé la santé en consommant ces produits frais pendant plusieurs mois. Aujourd'hui, il est en charge de la cuisine des malnutris à la prison de Gitega, et s'assure que ces détenus consomment des produits frais quotidiennement.

Diddy*, détenu agronome à la prison de Muramvya, affirme que ce travail a renforcé les liens sociaux entre les détenus maraîchers en charge des jardins. De plus, cette expérience, attestée par un certificat de reconnaissance de capacité, leur donne une meilleure perspective de réinsertion une fois leur peine purgée.

En novembre dernier, après plus d'une année de travail conjoint, le CICR a officiellement remis ces jardins à la DGAP, qui pérennisera le projet.

La DGAP étendra son programme de lutte contre la malnutrition dans quatre autres prisons du pays en 2018, avec le soutien du CICR.

  • Prénom d'emprunt