Burundi

Burundi : Désastres Naturels - Flash Update No. 4 - 22 mai 2020

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

POINTS SAILLANTS

• Le 19 et 30 avril 2020, de fortes pluies ont fait déborder les rives de la rivière Rusizi dans la province de Bujumbura Rural, inondant plus de 7 000 maisons et affectant environ 50 000 personnes. Le bilan des dégâts augmente progressivement à mesure que les pluies se poursuivent dans les mêmes zones.

• Trois sites ont été aménagés par les autorités burundaises, en province de Bujumbura Rural, pour abriter les sinistrés des inondations de Gatumba. Plus de 9 000 personnes s’y sont installés au 8 mai 2020.

• Une réponse multisectorielle a été apportée aussi bien par les acteurs humanitaires, le secteur privé et l’administration publique. Plus de 160 tonnes de vivres et des articles non alimentaires ont déjà été distribués.

• 1 716 kits d’Eau, Hygiène, et Assainissement (EHA) ont été distribués aux victimes des inondations afin de les protéger contre les maladies d’origine hydriques et la COVID-19 ainsi que pour les doter de capacités de stockage d’eau.

• 189 kits de dignité ont déjà été distribués dans le site de Kinyinya II et les deux autres sites sont ciblés à la suite de cette assistance.

• Le 13 mai, une formation en gestion et coordination des sites de déplacés (CCCM) a été organisée pour 12 personnes désignées par l’administration publique, à raison de 4 personnes par site. Ces personnes seront en charge de l’administration des sites établis par l’autorité habileté.

APERCU DE LA SITUATION

• Après l’établissement des sites de Kinyinya II et de Maramvya, les autorités nationales ont confirmé l’établissement du site de Kigaramango en tant que site temporaire pour les déplacés de Gatumba. Ce qui permet désormais aux acteurs humanitaires et étatiques d’y mener des activités pour le court et le moyen terme.

• Accueillant plus de 5 965 personnes, le site de Kigaramango est le plus grand site de déplacés internes . Des défis importants en terme des besoins y sont notés notamment l’amélioration des conditions de vie des déplacés et l’aménagement des infrastructures sanitaires.

• L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) avec l’aide du Bureau d’OCHA Burundi, a effectué la formation des personnes désignées pour assurer la gestion et la coordination des activités dans les sites des personnes déplacées. Trois équipes conjointes composées chacune d’un agent de l’administration publique, un secouriste de la Croix-Rouge du Burundi, une personne de la direction des affaires sociales et un policier de la Protection civile ont été déployées dans les trois sites érigés. Ces personnes serviront d’interlocuteurs directs des acteurs humanitaires et faciliteront la coordination de toutes les activités menées dans les sites.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.