Burundi: Analyse de l’insécurité alimentaire aiguë, juillet - septembre 2018 Projection pour octobre - décembre 2018, Rapport # 23 | Publié le 21 décembre 2018

Report
from Integrated Food Security Phase Classification
Published on 21 Dec 2018 View Original

Combien et Quand ? Entre Juillet et Septembre, soit la période actuelle de récolte et post récolte, 98.000 personnes (1%) ont été classées en phase d’Urgence (IPC Phase 4), alors que 1.301.000 (12%) ont été classés en phase de Crise (IPC Phase 3), et 4.700.000 (43%) en phase sous pression (IPC Phase 2) et 4.850.000 (44%) en Insécurité Alimentaire Minimale (Phase 1). Durant la prochaine période de soudure d’Octobre à Décembre 2018, la popolation en phases de crise et urgence augmenterait à 1.720.000 personnes (16% de la population rurale totale) comparée aux 1.400.000 personnes (13%) de Juillet – Septembre 2018 ; soit une augmentation de 23% par rapport à la période actuelle.

Où et Qui ? Pour l’analyse actuelle, la Phase 3 de Crise a été relevée pour les sites de Kigwena, Mutambara (village rural intégré), Buzimba et Busebwa hébergeant les victimes des aléas climatiques (inondations et glissements de terrains) en commune Rumonge de la province Rumonge, ainsi que les sites de Gatumba et Buterere de la province Bujumbura. En plus des victimes des aléas climatiques cités, les persones en phase d’Urgence et de Crise sont aussi les agricultureurs dont les champs de 2018B ont été emportés par les pluies dilluviennes de Mars et Avril 2018, auquels s’ajoutent les récents rapatriés, retournés et refoulés.

Pourquoi ? Sur un fond d’insécurité alimentaire chronique très prononcée, les aléas climatiques liés aux pluies torrentielles de Mars et Avril 2018 (inondations, crues des rivières et glissements de terrains), ainsi que les effets persistants des perturbations sécuritaires de 2015, sont les principales causes immédiates de cette situation de crise et d’urgence alimentaires. Les conséquences de la crise de 2015 concernent notamment les rapatriés / retournés principalement en provenance de la Tanzanie vers les communes des Dépressions de l’Est, Dépressions du Nord et le Buragane, ainsi que les personnes refoulées du Rwanda.