Burundi

Burundi: 7 500 personnes recevront de l'aide à partir d'aujourd'hui

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
NAIROBI, 28 janvier (IRIN) - L'aide humanitaire en faveur de 7 500 habitants de Gitega sera enfin lancée mardi après avoir été temporairement suspendue par le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies, en raison de l'insécurité permanente prévalant dans la province.
Le porte-parole du Bureau de l'ONU pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), Nicholas McGowan, a indiqué à IRIN que l'insécurité incessante avait conduit à la fermeture de l'autoroute nationale no 2 qui relie Muramvya et Gitega, empêchant les agences onusiennes d'acheminer leur aide.

L'opération de distribution urgente de vivres du PAM distribuera des rations de six jours à 7 500 habitants de la commune de Gitega.

Les combats, qui ont commencé le 17 janvier, ont duré 11 jours, certains accrochages de moindre intensité étant encore signalés en dépit de la signature d'un accord de cessez-le-feu entre le gouvernement transitoire national du Burundi et le mouvement rebelle du Conseil national pour la défense de la démocratie-Force pour la défense de la démocratie (CNDD-FDD), en décembre 2002, et la signature lundi d'un protocole d'accord entre les deux parties.

Pendant le week-end et en début de semaine, les rebelles du CNDD-FDD ont fui l'avancée de l'armée burundaise en se dirigeant vers le nord, gagnant la province de Muramvya (commune de Mbuye) et la province de Kayanza (commune de Rango) et en se repliant au sud de Gitega (deuxième ville burundaise ) vers la commune d'Itaba et la commune de Nyabitsinda, dans la province de Ruyigi.

"Nous restons très préoccupés par le sort de ces populations locales," a insisté M. McGowan. "Il y a moins de six mois, 173 civils étaient massacrés dans la commune d'Itaba. Aujourd'hui, on nous signale encore des incidents inquiétants dans les deux provinces de Gitega et Ruyigi."

Dimanche, des rebelles de la commune de Buraza, Bubaji, ont assassiné le responsable de quartier, tandis que des rebelles de la commune d'Itaba ont tué une personne dans un site pour personnes déplacées, semant la terreur derrière eux. Les rebelles ont pillé et incendié neuf maisons.

Afin de mieux évaluer la situation sur le terrain, le bureau d'OCHA au Burundi a dépêché à Ruyigi une équipe interagences, conduite par le responsable du bureau, Antoine Gerard. A l'instar de Gitega, la province de Ruyigi a été le théâtre de fréquents affrontements, parfois très violents, pendant le mois de janvier.

"Depuis près d'un mois maintenant, certaines régions de la province de Ruyigi demeurent inaccessibles aux organisations humanitaires (ONU et ONG) et aux distributions alimentaires", a ajouté M. McGowan.

Les agences humanitaires ont également fait savoir que 5 000 personnes avaient été temporairement déplacées à l'intérieur de la commune de Gisuru. M. McGowan a indiqué à IRIN que la protection des populations civiles serait à la base du mandat de l'équipe interagences présente à Ruyigi. Cette dernière doit achever sa mission mercredi.

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.irinnews.org. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite d'IRIN. ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 2003