Bulletin quotidien no 561 d'information sur l'Afrique Centrale et de l'Est

Report
from IRIN
Published on 07 Dec 1998
NATIONS UNIES
Bureau de la coordination des affaires humanitaires
IRIN - Afrique Centrale et de l'Est
Tel: +254 2 622 147
Fax: +254 2 622 129
e-mail: irin@ocha.unon.org

OUGANDA

Le frère de Museveni démissionne à cause d'un scandale bancaire

Le frère du Président ougandais Yoweri Museveni, le général de division Salim Saleh, a démissionné de son poste de conseiller militaire au cours du week-end après avoir admis son rôle dans un marché bancaire illégalu, ont rapporté les médias. M. Saleh a reconnu avoir utilisé une compagnie malaise comme couverture pour acheter la Banque commerciale d'Ouganda. M. Museveni a déclaré dans un communiqué publié hier (dimanche) que la démission de M. Saleh était "un signe indicateur dans la lutte pour rectifier les erreurs et l'indiscipline" qui se sont glissées au sein du gouvernement.

Les donateurs mettent en garde contre la corruption

De la réunion des bailleurs de fonds internationaux qui s'est tenue mercredi à Kampala, il est ressorti que les donateurs souhaitaient recevoir de plus grandes assurances de la part du gouvernement au niveau de sa responsabilité financière, avant de considérer une nouvelle demande de financement d'un montant de 980 millions de dollars, a rapporté 'Associated Press' (AP) aujourd'hui (lundi). Selon le journal semi-officiel 'Sunday Vision', la Banque mondiale a présenté au gouvernement ougandais un rapport documentant 12 cas de détournements de fonds publics commis par de hauts représentants du gouvernement.

La LRA "n'est pas un groupe religieux"

Le 'Lord's Resistance Movement' (LRM - Mouvement de la résistance du Seigneur), la branche politique du groupe rebelle, la 'Lord's Resistance Army' (LRA - Armée de la résistance du Seigneur), a déclaré que le LRM/A n'était pas un mouvement armé religieux, ni basé sur l'appartenance ethnique. Un communiqué reçu aujourd'hui par IRIN, protestant contre les opérations de sécurité "Panda Gari" ("Montez dans le camion") qui se sont déroulées dans la ville de Gulu, essaye de présenter le programme politique du mouvement. Ce dernier est tenu responsable depuis longtemps de nombreuses violations des droits de l'homme. Le nom "Seigneur", précise le communiqué, se réfère aux prières de la population rurale afin d'éviter "les pogroms et les massacres".

Les opérations de sécurité "Panda Gari" critiquées

La LRA, bien connu pour les enlèvements d'enfants, s'élève désormais contre les "enlèvements" organisés par le gouvernement lors des opérations de sécurité dans Gulu. Une récente déclaration faite par Charles Onyango-Obbo, rédacteur du journal indépendant 'The Monitor', a indiqué que 1 500 personnes avaient été arrêtées lors de l'opération "Panda Gari" à Kampala le 20 novembre dernier, et que 4 000 personnes d'origine Acholi avaient été regroupées lors d'une opération semblable dans le stade de Gulu. Dans un article véhément, M. Onyango-Obbo a écrit: "Panda Gari est soit le seul recours du gouvernement quand il a perdu tout espoir de pouvoir faire changer d'avis certaines populations, ou quand l'apathie ou l'hostilité d'une communauté est tellement forte que ses réseaux de renseignements ne sont plus efficaces". Un rapport publié par le département d'Etat américain en 1996 a décrit les opérations "Panda Gari", semblables à celles menées dans Gulu actuellement, "d'anticonstitutionelles".

Démenti de la visite éclair de Museveni au Rwanda

Le gouvernement a démenti l'article paru dans le journal 'The Monitor' qui indiquait que M. Museveni avait changé de façon inattendue le 22 novembre dernier la destination de son hélicoptère, pour se rendre au Rwanda afin de s'entretenir avec le Vice-président rwandais Paul Kagame et des commandants rebelles congolais, a fait savoir la radio officielle.

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC)

Les rebelles accusés de persécuter les activistes des droits de l'homme

L'Association africaine de défense des droits de l'homme (ASADHO) a accusé les autorités rebelles d'avoir lancé "une vaste campagne de répression et d'arrestations", ayant pour cible les défenseurs des droits de l'homme. Dans un communiqué reçu aujourd'hui par IRIN, ASADHO a déclaré que des soldats armés avaient arrêté le 30 novembre dernier à Bukavu un défenseur local des droits de l'homme et que des représentants de la sécurité avaient "intimidé" plusieurs membres d'une coalition d'organisations de la société civile. Cette coalition avait publié la semaine dernière un rapport donnant des détails sur de présumées violations des droits de l'homme dans les régions sous contrôle rebelle.

Par ailleurs, le HCR a déclaré avoir reçu "des informations crédibles" selon lesquelles les cinq demandeurs d'asile congolais, contraints par les autorités burundaises le mois dernier de retourner en RDC, ont été relâchés par les autorités de Bukavu. Les cinq personnes étaient arrivées au Burundi comme escorte de l'ancien gouverneur du Sud Kivu, Jean-Charles Magabe, et arrêtées aprés leur rapatriement forcé en RDC.

Des corps ont été retirés des charniers de Kalémie

Les corps de 78 personnes, qui auraient été tuées en août dernier par les forces du Président congolais Laurent-Désiré Kabila à Kalémie, ont été emmenés à Uvira pour être enterrés dans "la terre de leurs ancêtres", a rapporté le 3 décembre dernier la radio contrôlée par les rebelles, retranscrite par la BBC. Les corps de 46 soldats et de 32 civils ont été retirés d'un charnier à Kalémie et transportés par bâteaux à Uvira le 1er décembre, a précisé la radio. Ils auraient été massacrés par les forces de M. Kabila avant que Kalémie ne tombe aux mains des rebelles, a-t-elle encore ajouté.

BURUNDI

Les commissions de paix devraient se réunir la semaine prochaine

Trois commissions de travail, issues du processus de paix au Burundi, devraient se réunir à Arusha, en Tanzanie, le 14 décembre prochain avant la quatrième série de pourparlers prévue le 18 janvier, a rapporté vendredi l'agence de presse indépendante Hirondelle. Elle a cité un assistant du médiateur des pourparlers et ancien président tanzanien Julius Nyerere disant que les trois commissions, portant sur la nature du conflit, sur la démocratie et la bonne gouvernance ainsi que sur la paix et la sécurité pour tous, sont chacunes composées de 18 membres représentant les divers protagonistes du processus de paix. La création et la composition des commissions de travail ont été établies lors de la dernière série de pourparlers tenue au mois d'octobre.

CONGO-BRAZZAVILLE

La violence s'intensifie dans le Pool

Au moins 63 personnes ont été tuées samedi lors d'affrontements entre des miliciens et les forces du gouvernement dans la région du Pool, ont rapporté les agences de presse. Parmi les morts, on compte 60 miliciens et trois soldats, a fait savoir la radio officielle selon l'agence Reuters. Elle a ajouté que les combats ont commencé quand la milice Ninja, loyale à l'ancien premier ministre Bernard Kolelas a tendu une embuscade sur un convoi de l'armée dans le village de Ntadi, près de Mindouli. L'insécurité dans la région du Pool, située au sud de Brazzaville, a augmenté depuis le mois de septembre. Des dizaines de personnes ont déjà succombé à cause de la violence.

TANZANIE

Les couples mixtes réfugiés et leur enfants partent aux Etats-Unis

Un groupe de réfugiés issus de couples mixtes entre Hutus et Tutsis, a quitté la Tanzanie ce week-end pour s'installer aux Etats-Unis, a fait savoir aujourd'hui à IRIN un représentant de l'OMI. Les 228 réfugiés, dont 70% sont burundais et 30% rwandais, ont obtenu le statut de réfugié aux Etats-Unis à cause de leur "vulnérabilité unique en son genre", a-t-il ajouté. La majorité de ces réfugiés sont des enfants de moins de 12 ans.

SOUDAN

Machar condamne le désarmement

Le dirigeant d'une faction soudanaise, Riek Machar, a condamné aujourd'hui le désarmement de ses miliciens par le gouvernement, a rapporté Reuters. M. Machar, qui commande la 'South Sudan Defence Force' (SSDF - Force de défense du Sud Soudan) composée de six groupes du Sud ayant rejoint le gouvernement l'année dernière, a déclaré que le gouvernement avait désarmé des gardes du corps plutôt que des éléments hors-la-loi au sein des factions.

ETHIOPIE/ERYTHREE/DJIBOUTI

Djibouti "capable de se défendre seul"

L'Ethiopie a aujourd'hui démenti les articles parus la semaine dernière dans 'La lettre de l'Océan Indien", selon lesquels certaines de ses troupes avaient été déployées sur le territoire djiboutien. La porte-parole du gouvernement éthiopien, Selome Taddesse, a informé IRIN aujourd'hui que Djibouti était "capable de se défendre seul". Les relations entre Djibouti et l'Erythrée se sont rapidement détériorées le mois dernier, l'Eryhtrée ayant accusé Djibouti de soutenir les efforts militaires de l'Ethiopie. Dans une lettre adressée au Conseil de sécurité de l'ONU, Djibouti a déclaré que ces allégations étaient de "pures inepties", et que le port de Djibouti était le "port naturel de l'Ethiopie".

La lettre, datée du 20 novembre, a également fait état de "signes visibles" d'envois importants des troupes érythréennes sur la frontière avec Djibouti. Elle a mentionné des informations "incomplètes" concernant une "incursion", et a encore une fois avancé la possibilité que le "patronage érythréen" ait été étendu à des "individus mécontents", référence, selon des observateurs, aux rebelles d'origine Afar. Djibouti a déclaré que la situation équivaut à un "prélude à la guerre". Une autre série de pourparlers entre le facilitateur américain Anthony Lake, Addis Abeba et Asmara a commencé la semaine dernière. Cependant, toutes les parties impliquées gardent actuellement le silence en ce qui concerne les éventuels progrès réalisés.

Nairobi, mardi 8 décembre 1998

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences.Pour plus d'information ou abonnement, veuillez contacter UN IRIN: Tel: +254 2 622 147, Fax: +254 2 622 129, e-mail: irin@ocha.unon.org. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une réference aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/, ou bien peuvent être retrouvés automatiquement par courrier electronique sous: archive@ocha.unon.org, Mailing liste: irin-cea-francais-bulletins]