Burundi + 4 more

Bulletin quotidien d'information No. 897 pour la région des Grands Lacs

Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
Réseau intégré d'information régional
Pour l'Afrique centrale et de l'Est
Tel : +254 2 622147
Fax : +254 2 622129
E-mail : irin@ocha.unon.org

RDC: Les affrontements ethniques laissent le district d'Ituri dévasté

Les affrontements ethniques, qui ont engendré des désastres dans la région d'Ituri dévastée par la guerre, en RDC, se poursuivent, ont indiqué mercredi à IRIN des sources humanitaires. Les derniers incidents signalés sont des attaques menées au petit matin, le 28 mars dernier, contre les localités de Dhera et Lutsi (probablement contre des Lendus). Selon des sources indépendantes, l'Ouganda serait impliqué dans ces attaques, pour lesquelles aucun bilan de victimes n'est disponible. Une attaque précédente contre Dhera, également en mars, avait fait neuf morts, ont rappelé les sources. Malgré les efforts des responsables des Nations Unies et d'autres organismes pour convaincre les chefs de communautés de l'impartialité de l'aide humanitaire, les efforts de secours sont toujours entravés par la suspicion et l'insécurité. "Toute aide accordée à un camp est automatiquement considérée comme une attaque contre l'autre camp", a expliqué la source mercredi à IRIN. Les efforts se poursuivent pour protéger et étendre un "espace humanitaire" dans la région, indiquent des responsables d'OCHA. Parallèlement, la situation humanitaire est toujours l'une des plus désespérées de la région. Un rapport sur les conditions de vie désespérées des personnes déplacées à Fataki et Rethy est disponible sur le site internet: http://www.reliefweb.int/IRIN/cea/countrystories/RDC/20000324.htm.

RDC: L'Ouganda demande à la CMM un "plan d'urgence"

Hier mardi, le ministre d'Etat ougandais pour la coopération régionale, Amama Mbabazi, a appelé les membres de la Commission Militaire Mixte (CMM) créée par l'accord de cessez-le-feu de Lusaka, à "prendre des mesures" concernant la détérioration de la situation de sécurité en RDC. M. Mbabazi a appelé la CMM à préparer un plan d'urgence pour la mise en ouvre de l'accord de Lusaka, "même en l'absence des Nations Unies et de la communauté internationale", a rapporté Radio Ouganda. M. Mbabazi, qui est co-président du Comité Politique chargé de superviser la mise en ouvre de l'accord de cessez-le-feu par la CMM, a signalé que le chef d'état-major de l'armée avait été rappelé à Kampala cette semaine pour donner "un caractère officiel" aux actions punitives contre ceux qui violent l'accord de cessez-le-feu, a rapporté le quotidien semi-officiel ougandais 'New Vision'.

Parallèlement, le président en exercice de la CMM, le général de brigade Timothy Kazembe, a déclaré que les violations du cessez-le-feu étaient les plus fréquentes à Ikela (Province de l'Equateur), Kongolo, Kabalo, et d'autres parties du nord de la Province du Katanga, a ajouté 'New Vision'. M. Kazembe a invité les belligérants à éviter de se laisser submerger par le sentiment d'insatisfaction devant la recrudescence des combats, et a déclaré qu'il attendait des réunions, cette semaine, de la CMM et du Comité Politique, "la cessation immédiate des hostilités et un plan de désengagement", selon le journal.

RDC: Mkapa demande le soutien militaire de l'UE

Mardi, le président Benjamin Mkapa a appelé l'Union Européenne (UE) à apporter son soutien, tant politique que militaire, pour garantir la mise en ouvre totale de l'accord de paix de Lusaka pour la RDC. Le développement économique ne peut se faire sans la paix, et les conflits dans la région des Grands Lacs non seulement menacent les pays dans lesquels ils sont nés mais minent également le développement social et économique des pays voisins, tels que la Tanzanie, a-t-il dit. S'exprimant lors du Sommet Afro-Européen des Chefs d'Etat en Egypte, M. Mkapa a également appelé l'UE à soutenir les efforts déployés par Nelson Mandela pour trouver "une solution pacifique durable au conflit au Burundi", a rapporté Radio Tanzanie.

RDC: Fermeture du centre pour réfugiés de Luozi

Le HCR fermera cette semaine le centre de transit pour réfugiés de Luozi, dans la Province du Bas Congo, puisque plus de 52 000 personnes qui avaient fui la guerre civile dans la République du Congo voisin, sont rentrées dans leur pays au cours des neuf derniers mois. Le retour des réfugiés s'est sensiblement accéléré depuis décembre dernier, lorsqu'un accord de paix a été signé entre les factions de la République du Congo; vendredi dernier un convoi a transporté les 378 derniers réfugiés de Luozi vers un camp de transit à Kimaza, a indiqué mardi le porte-parole du HCR, Kris Janowski. Il y a deux ans, l'agence avait dépêché du personnel à Luozi, à 250km au sud-ouest de Kinshasa, sur la rive nord du fleuve Congo, lorsque des combats dans la capitale Brazzaville, et ses environs, avaient coincé des milliers de gens dans la région de Pool, entre la ville et la RDC, a-t-il ajouté. Des milliers de réfugiés avaient réussi à traverser la rivière pour chercher la sécurité et de l'aide, et a un certain moment, le camp de transit hébergeait des dizaines de milliers de personnes, a rappelé M. Janowski.

RDC: Un chauffeur tué dans l'attaque d'un véhicule d'une ONG

L'ONG 'International Rescue Committee' (IRC) a suspendu ses opérations au sud de Bukavu, dans la province du Sud Kivu, après une attaque contre l'un de ses véhicules à Uvira. Cette attaque s'est produite dimanche soir alors que le véhicule loué approchait de la concession de l'ONG. Un responsable d'IRC a indiqué mercredi à IRIN qu'un coup de feu avait été tiré de derrière la voiture, touchant mortellement le chauffeur, âgé de 29 ans. Son corps a été trouvé près du lieu de l'attaque, avec trois impacts de balles dans la poitrine. "Il semble qu'on ait tiré à bout portant, peut-être au moment o=F9 il se couchait sur le sol", a indiqué le responsable. Le véhicule a été retrouvé plus tard, abandonné et dépouillé de l'équipement de communications, a-t-il ajouté. Le mobile de l'attaque n'a pas encore été éclairci.

BURUNDI: Certains "prisonniers politiques" seraient en fait des génocidaires.

Le gouvernement du Burundi a invité le facilitateur des pourparlers de paix d'Arusha, Nelson Mandela, à ne pas se laisser "tromper" par la propagande des personnes accusées de génocide qui se présentent comme des prisonniers politiques. Un communiqué envoyé à IRIN par l'ambassade du Burundi en Afrique du Sud, estime que M. Mandela, en appelant, le mois dernier, le gouvernement à libérer les prisonniers politiques "sans spécifier la nature des charges, s'est placé, sans aucun doute inconsciemment, du côté de ceux qui veulent l'impunité pour leurs crimes". Selon le communiqué, le pays compte environ 9 000 prisonniers, dont des personnes coupables d'actes de génocide, de massacres et de pogroms. Le communiqué estime qu'il faut insister sur l'accélération du processus judiciaire pour les prisonniers plutôt que sur des demandes de libérations sans condition, qui créeraient un "réflexe de vengeance"parmi les victimes.

BURUNDI: Un parti veut des assurances pour les victimes du génocide

Le Ralliement pour la démocratie et le développement économique et social (RADDES) a annoncé mardi qu'il ne signerait aucun accord de paix conclu à Arusha qui ne contienne pas d'assurances satisfaisantes pour les victimes du génocide. Jusqu'à présent, il n'y a eu aucun débat sérieux à Arusha sur la question du génocide contre les Tutsis, ce qui est une "énorme lacune" du processus de paix, a déclaré le président du parti, Joseph Nzeyimana, cité par Net Press. Parallèlement, le président de l'Assemblée Nationale, Léonce Ngendakumana, a déclaré lundi, en ouvrant la session parlementaire, que cette phase des pourparlers était terminée "pour ce qui est des principes, des options et de l'orientation". M. Ngendakumana a appelé toutes les parties impliquées dans les négociations d'Arusha à surmonter "les craintes et inquiétudes mises en évidence à ce stade" afin d'aboutir à la conclusion imminente d'un accord de paix global, a rapporté l'agence de presse du Burundi ABP.

RWANDA: "Peu de difficultés" pour l'accès à la nourriture

Les planteurs au Rwanda ont achevé les préparations des sols et les semailles pour la seconde saison agricole de l'année 2000, et les cultures de sorgho se développent bien maintenant que les pluies se sont "pleinement établies", selon le dernier bulletin du système d'alerte précoce contre la famine, FEWS. Ce dernier prévoit des précipitations normales pour la période mars-mai dans la plupart des régions du pays, avec une plus haute probabilité de "précipitations allant de normales à inférieures à la normale" dans le sud et le sud-ouest. Parallèlement, la production locale de la saison dernière, combinée aux importations d'Ouganda et de RDC, maintient la disponibilité sur les marchés de deux denrées alimentaires de base, les haricots et les patates, qui sont actuellement à leur prix le plus bas depuis 1994, selon le rapport. "Ainsi, pour les prochains mois, le Rwanda ne devrait pas connaître de grandes difficultés d'accès à la nourriture", indique le rapport. Ce dernier ajoute cependant que les prix des denrées alimentaires devraient grimper jusqu'à la prochaine récolte, en juin/juillet, du fait que la récente augmentation de 12 pour cent des prix du carburant affectera les coûts du transport des zones de production vers les principaux centres de commercialisation. [http://www.fews.org/]

RWANDA: Sept coupables de génocide condamnés à mort

Le tribunal de Cyangugu, au sud-ouest du pays, a condamné sept personnes à mort à l'issue d'un procès de six mois de 15 personnes accusées de génocide, dans la commune de Gafunzo, entre avril et juillet 1994, a rapporté Radio Rwanda, citée par l'agence de presse allemande (DPA). Une autre personne reconnue coupable de génocide a été condamnée à la réclusion à perpétuité, tandis que sept autres écopaient de peines de durées variables. Quelque 20 000 personnes, en majorité tutsies, auraient été tuées à Gafunzo pendant les massacres de 1994, a ajouté la radio. Le même tribunal a condamné huit personnes à la peine de mort vendredi et 14 autres à diverses peines de prison, après qu'elles aient été reconnues coupables dans un autre procès groupé de présumés génocidaires.

TANZANIE: Disponibilité alimentaire stable sauf dans des régions localisées

Globalement, la situation des disponibilités alimentaires en Tanzanie est stable du fait des grosses importations de maïs pendant la seconde moitié de l'année 1999 et de l'interdiction d'exporter le ma=CFs décrétée par le gouvernement, indiquait lundi le dernier rapport du système d'alerte précoce de la FAO, GIEWS. Cependant, les pluies peu abondantes pendant la saison de croissance devraient réduire les rendements de manière substantielle (en particulier dans les régions d'Arusha, du Kilimanjaro et de Tanga) pendant la courte saison 'Vuli' qui a commencé, et l'aide alimentaire est nécessaire pour près de 800 000 personnes identifiées comme en situation d'insécurité alimentaire, principalement à Dodoma, Mara, Shinyanga, Singida, Tanga et au sud Mwanza, selon le GIEWS. Un programme de cantines scolaires dirigé par le PAM a commencé dans 128 écoles primaires à Dodoma, en janvier, et devrait bientôt être étendu aux régions d'Arusha et de Singida, ajoute le rapport. [Le rapport de la FAO/GIEWS est disponible sur le site: http://www.reliefweb.int/w/rwb.nsf/]

OUGANDA: Le CPJ proteste auprès de Museveni

L'influente organisation de défense de la liberté d'expression, le Comité pour la Protection des Journalistes (CPJ), a écrit au président Yoweri Museveni pour protester contre l'arrestation de deux reporters radio. Le CPJ basé à New York a condamné lundi les poursuites en cours, liées à la diffusion d'informations sur une présumée attaque du groupe rebelle 'Allied Democratic Forces' (ADF) dans l'ouest de l'Ouganda, contre le présentateur Frank Bagonza et le reporter Joseph Kasimbazi de la radio communautaire 'Voice of Tooro'.

Détail des plaintes sur le site Internet http://www.cpj.org/protests/00ltrs/Uganda03april00pl.html

GRANDS LACS: Le Forum Oecuménique encourage l'espoir de paix

Des efforts concertés pour résoudre les conflits en cours dans la région offrent des "signes d'espoir en direction de la paix", note dans ses conclusions le Forum Ocuménique Mondial pour la Région des Grands Lacs et la Corne de l'Afrique, à l'issue d'un forum de trois jours à Limuru, au Kenya. Au Burundi, les Eglises ont fait valoir leur droit de siéger aux négociations de paix d'Arusha, et ont pris la responsabilité d'interpréter les événements à Arusha pour les populations de tout le pays, indique un communiqué de presse du forum. Les dignitaires religieux rwandais ont demandé le pardon pour les erreurs des Eglises avant et pendant le génocide de 1994, et le Conseil National des Eglises progresse lentement grâce à des séminaires de réconciliation et des services de guidances après traumatismes. En RDC, un processus de consultation mené par les Eglises a produit des recommandations demandant un parlement de transition, une amnistie pour les prisonniers politiques et la pleine liberté pour les partis politiques, indique le communiqué du forum.

Le forum des Eglises a également condamné les violations du cessez-le-feu en RDC et exhorté la communauté internationale "à s'engager totalement dans le processus [de paix]". Plus généralement, il a appelé à la démobilisation et la réintégration dans la société des enfants soldats, et à un effort intensif pour déminer les zones densément peuplées, et a demandé que les gouvernements de la région soient forcés d'honorer leurs engagements et éliminent l'usage des mines anti-personnel.

Nairobi, le 5 avril 2000

[FIN]

[IRIN-CEA: Tel: +254 2 622147 Fax: +254 2 622129 e-mail: irin-cea@ocha.unon.org]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]