Burundi + 3 more

Bulletin quotidien d'information No. 879 pour la région des Grands Lacs

Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires - IRIN
Pour l'Afrique Centrale et de l'Est
Tél: +254 2 622147
Fax: + 254 2 622129
E-mail: irin@ocha.unon.org

RWANDA: Reprise de la coopération européenne pour le développement

L'Union européenne a accepté jeudi d'accorder au Rwanda 110 millions d'euros (environ 110 millions de dollars) dans le cadre du huitième Fonds européen de développement (FED). Cet accord marque la reprise des relations régulières de coopération interrompues lors du génocide de 1994. Depuis 1994, L'Union européenne avait soutenu des programmes d'urgence et de réhabilitation au Rwanda, mais le pays n'avait pas droit à l'aide au développement avant l'ouverture de la nouvelle tranche de financement (2000-2005) du FED, a indiqué vendredi à IRIN, une responsable de la CE, Francesca Walter. Les 110 millions d'euros qui seraient alloués immédiatement soutiendraient les efforts du gouvernement pour 'réduire la pauvreté et consolider le programme des réformes, sur des questions macroéconomiques et sur la bonne gouvernance,' selon les propos du commissaire de l'UE au développement et aux affaires humanitaires, Paul Nielsen, cités par l'Agence rwandaise d'information (ARI). Les programmes concernant l'allègement de la pauvreté, l'infrastructure des routes et des marchés, la gestion des affaires publiques et la promotion de la réconciliation nationale et des droits de l'homme seraient parmi les bénéficiaires de cette aide financière, a indiqué le ministre des finances rwandais Donald Kaberuka.

RWANDA: Le commissaire réclame une réduction des dépenses militaires

Paul Nielsen a salué les efforts de réformes économiques consentis par le Rwanda mais a déclaré que la persistance de la guerre en RDC était préoccupante et que l'UE comptait sur les Rwandais 'pour concentrer tous leurs efforts dans la poursuite de la paix'. Il a aussi appelé le Rwanda à réduire ses dépenses militaires - qui représentaient actuellement un tiers des dépenses publiques, selon un bulletin de la BBC diffusé jeudi. Des fonds européens supplémentaires seraient alloués au Rwanda 'à la lumière de la situation générale et des besoins du pays,' a fait savoir M. Nielsen. L'Europe était prête à aider le Rwanda, techniquement et financièrement, pour mettre en place le système 'gacaca' des tribunaux locaux, qui devraient accélérer les procédures judiciaires de quelque 130 000 prisonniers dont la plupart étaient accusés de génocide, a indiqué M. Nielsen.

RWANDA: Le président demande le respect des droits de l'homme

Le président Pasteur Bizimungu a souligné jeudi la nécessité pour tous les Rwandais de respecter les droits de l'homme, et a déclaré que ceux qui violent les droits d'autrui devraient être sévèrement punis. 'La violation des droits de l'homme est maintenant un défi qui s'impose à toutes les structures et les institutions du pays,' et ses lois devaient être amendées pour répondre à ce problème, selon les propos du président cités par l'Agence rwandaise d'information (ARI). La Commission nationale des droits de l'homme avait publié, seulement mardi, un communiqué de presse qui condamnait toutes les formes de violations des droits humains, à l'issue d'un certain nombre de meurtres, vols et profanations survenus dans le pays. Prenant la parole à l'occasion de la Journée internationale de la femme, le président rwandais a aussi déploré l'aggravation du fléau de la pauvreté et du SIDA au Rwanda, déclarant que les 'décideurs à tous les niveaux devraient réunir leurs efforts pour lutter contre la propagation rapide de ce fléau mortel, le VIH-SIDA,' a ajouté l'ARI.

RWANDA: Kagamé promet l'ouverture d'une enquête sur la mort de Kabera

Le vice-président et ministre de la défense Paul Kagamé a garanti jeudi qu'une enquête serait ouverte pour arrêter les meurtriers du conseiller présidentiel Aciel Kabera, abattu dans sa voiture dimanche soir à Kigali. Selon des observateurs politiques, il s'agit 'de toute évidence d'un crime politique'. Paul Kagamé a rendu hommage à Kabera lors de ses funérailles qui se sont déroulées au cimetière de Remera dans la capitale rwandaise, a rapporté Radio Rwanda vendredi. Kabera avait apparemment prévenu des membres de sa famille que ses jours étaient en danger depuis que les autorités rwandaises l'accusaient de collusion avec l'ancien président de l'assemblée, Joseph Sebarenzi Kabuye, qui s'était enfui du pays, accusé de sentiments monarchistes.

RWANDA: Comparution devant le TPIR du suspect extradé par la France

L'ancien ministre de la culture et de l'enseignement supérieur Jean de Dieu Kamuhanda, transféré mardi de France au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a comparu devant le tribunal d'Arusha pour la première fois vendredi. Il doit répondre de chefs d'inculpation de génocide. Le juge russe Yakov Ostrovsky a ajourné l'audience de la défense de Kamuhanda, faisant valoir que l'accusé n'avait pas disposé de suffisamment de temps pour consulter avec son avocat sur les charges portées contre lui. Kamuhanda est le premier de deux suspects arrêtés en France à être transféré au TPIR. Le deuxième suspect, le major François-Xavier Nzuwonemeye, a interjeté appel de la décision de son extradition. Kamuhanda aurait organisé et occupé un rôle actif dans le massacre des Tutsis de la commune de Gikomero, à Kigali, lors du génocide de 1994.

BURUNDI: Le haut commandement militaire rencontre Mandela

Le facilitateur du processus de paix au Burundi, l'ancien président sud-africain Nelson Mandela, doit rencontrer le ministre de la défense burundais, le colonel Cyrille Ndayirukiye et des officiers supérieurs militaires la semaine prochaine. Le débat sur les questions délicates concernant la réforme des forces armées est prévu à l'ordre du jour de cette rencontre. 'M. Mandela rencontrera le ministre de la défense burundais et sa délégation le 15 mars prochain,' a indiqué vendredi à IRIN la porte-parole de M. Mandela, Marianne Nudziwa. Selon des sources crédibles citées par le journal indépendant tanzanien 'Guardian', cette rencontre aborderait la question de la réforme des forces armées dans le contexte des pourparlers de paix d'Arusha. Le 22 février, M. Mandela a indiqué aux 19 protagonistes des pourparlers d'Arusha que le groupe ethnique de la minorité tutsie monopolisait la politique, l'économie et les forces armées - des propos qui ont provoqué une anxiété considérable au sein des forces armées et parmi les partis politiques tutsis.

RDC: Morjane insiste sur la nécessité 'd'un cessez-le-feu effectif'

Le représentant spécial du secrétaire-général de l'ONU, Kofi Annan, en RDC, Kamel Morjane, a exhorté toutes les parties au conflit actuel à mettre en place un cessez-le-feu effectif afin de permettre le développement d'une force militaire de l'ONU forte de plus de 5 500 hommes dans le pays, et à préparer l'échange de prisonniers de guerre en vertu de l'accord de Lusaka. S'exprimant avant d'entamer sa première réunion de travail avec le nouveau commissaire général de RDC auprès de la mission de l'ONU en RDC, Léonard Ntaremba, M. Morjane a déclaré lors d'une conférence de presse que le nouveau déploiement de l'ONU ne devrait être effectué qu'après l'observation d'un 'cessez-le-feu effectif - notez, un cessez-le-feu effectif, pas le genre de trêve dont on est témoin depuis le mois de juillet qui, vous le savez, n'a jamais été respectée.' Tous les bords devraient se mettre d'accord sur l'élaboration d'un plan de désengagement, 'de façon à ce qu'il n'y ait plus d'opposition, et plus d'affrontements directs sur les différents fronts,' a déclaré M. Morjane sur les ondes de la télévision congolaise.

RDC: L'action humanitaire peut aider à briser le cycle de la violence, selon Kofi Annan

Il ne pourrait pas y avoir d'exemples plus éloquents que la RDC et l'Angola pour illustrer le cercle vicieux entre le conflit entraînant des crises humanitaires et ces crises perpétuant l'instabilité, a affirmé jeudi le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan. Avec l'exemple de la crise congolaise résultant de l'ensemble de la situation humanitaire de la région des Grands Lacs, il était clair que l'action humanitaire ne pouvait pas uniquement servir 'à protéger les victimes du conflit de pertes et de souffrances supplémentaires' mais aussi à renforcer la paix et la sécurité, a déclaré M. Annan aux membres du Conseil de sécurité. Un soutien faible pour l'action humanitaire pourrait aboutir à 'l'échec de restaurer des moyens d'existence ou reconstruire des sociétés' mais une action positive pourrait favoriser la stabilité, restaurer le respect des droits de l'homme et poser les bases de la réconciliation, a-t-il ajouté.

Le besoin d'une réelle assistance humanitaire n'avait jamais été aussi grand, même si elle ne pouvait se substituer à l'action politique et 'l'intégration des éléments humanitaires et politico-militaires des opérations de paix de l'ONU' constituait l'un des principaux défis de l'action humanitaire, a indiqué M. Annan. Un nombre bien trop important d'accords de paix s'étaient effondrés car ils n'étaient pas mis en place, ou parce que les signataires se relançaient dans le conflit après une première tentative d'application de la trêve. Ceci s'expliquait 'en partie par le manque de ressources pour encourager la reprise et la stabilité essentielles après le conflit' - et le Conseil de sécurité doit trouver les moyens d'éviter 'ce cycle d'événements tragique et inutile,' a-t-il ajouté. [voir le discours du secrétaire général du Conseil de sécurité sur http://www.un.org/News/]

RDC: Wamba demande aux Ougandais de rester

Le chef de file du Rassemblement congolais pour la démocratie-Mouvement de libération (RCD-ML), basé à Bunia, le professeur Ernest Wamba dia Wamba, a déclaré que les troupes ougandaises devraient rester en RDC 'tant que la paix n'est pas revenue dans le pays'. M. Wamba a salué les efforts des Nations Unies pour mettre un terme à la guerre mais a souligné que la solution finale repose sur les Congolais eux-mêmes, a rapporté la radio ougandaise. Il a indiqué que quelques personnes souhaitaient des négociations de paix 'tandis que d'autres préféraient une solution militaire au problème'. Le porte-parole de l'armée ougandaise, le capitaine Shaban Bantariza a fait savoir à IRIN que si Wamba souhaitait le maintien des troupes en RDC, 'nous ne pouvons pas nous y opposer'.

OUGANDA: L'armée affirme avoir envahi les camps rebelles

L'armée ougandaise (Uganda People's Defence Force) a affirmé vendredi avoir envahi et occupé la plupart des camps du groupe rebelle, les Allied Democratic Forces (ADF), sur les monts du Ruwenzori à la frontière avec la République démocratique du Congo. 'Oui, nous avons occupé la plupart des camps rebelles sur toutes les chaînes de montagne jusqu'au côté congolais à Mtwanga et Longo. Nos forces essaient de localiser l'infirmerie pour terminer cette mission. Nous avons réduit les rebelles à une petite bande qui ne peut plus réaliser d'opérations militaires importantes,' a indiqué à IRIN le porte-parole Shaban Bantariza. L'année dernière, et au début de cette année, les ADF ont intensifié leur campagne militaire, en attaquant les villes importantes de Kasese et Bundibugyo, entraînant le déplacement de plus de 100 000 personnes.

Nairobi, le 10 mars 2000

[FIN]

[IRIN-CEA: Tél: +254 2 622147 Fax: +254 2 622129 e-mail:irin-cea@ocha.unon.org]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN]