Burundi + 2 more

Bulletin quotidien d'information No. 873 pour la région des Grands Lacs

Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires - IRIN
Pour l'Afrique Centrale et de l'Est
Tél: +254 2 622147
Fax: + 254 2 622129
E-mail: irin@ocha.unon.org
RWANDA: Le nouveau gouvernement sera annoncé la semaine prochaine

Il n'y a 'techniquement' aucun gouvernement au Rwanda depuis la démission du premier ministre Pierre-Célestin Rwigema, a déclaré jeudi un haut fonctionnaire rwandais. 'Les membres du gouvernement travaillent sur une base d'intérim jusqu'à ce que le nouveau gouvernement soit annoncé la semaine prochaine,' a indiqué à IRIN le ministre à la présidence, Patrick Mazimhaka. Aux termes de l'accord d'Arusha sur le Rwanda conclu en 1993, le poste de premier ministre doit être occupé par un membre du Mouvement démocratique républicain (MDR). M. Rwigema a démissionné lundi, déclarant que 'l'atmosphère n'était pas favorable' à son travail depuis qu'il avait reçu plusieurs convocations de l'assemblée générale.

RWANDA: L'ex-roi déclare qu'il n'est pas un 'instrument'

L'ancien roi exilé du Rwanda, Kigeli V, a refusé d'être 'l'instrument' des groupes opposés au gouvernement actuel qui cherchent à restaurer la monarchie. 'N'ai-je pas un cerveau?', a-t-il déclaré à l'occasion d'une interview avec le service BBC de Kinyarwanda. 'Comment puis-je accepter d'être utilisé?' Les événements survenus récemment au Rwanda, tels que la démission du premier ministre et la fuite du président de l'assemblée nationale en Ouganda, ont été liés à des initiatives entreprises pour tenter de ramener l'ancien roi au pouvoir, y compris la formation présumée d'une force armée. S'exprimant depuis les Etats-Unis, Kigeli V a déclaré qu'il ne rentrerait pas de force. 'Mon retour sera décidé par les Rwandais,' a-t-il dit. 'J'accepterai toute décision de leur part au sujet de mon retour.' Il a démenti l'allégation selon laquelle il avait rencontré des groupes exilés pour discuter des moyens de restaurer la monarchie, bien que bon nombre de personnes lui aient demandé de revenir.

BURUNDI: La communauté humanitaire se réunit pour discuter des initiatives de paix

Une réunion regroupant, à Bujumbura vendredi dernier, la communauté humanitaire nationale et internationale, dont les bailleurs de fonds, a souligné le rôle crucial des organisations humanitaires dans le processus de paix du pays. Le forum organisé par OCHA a mis en évidence l'importance de la reprise de l'aide bilatérale et multilatérale au Burundi, et a noté qu'il était important de reconnaître l'existence des processus de paix 'officieux' provenant de la communauté parallèlement aux initiatives officielles en cours.

'On avait l'impression que certains pans de la communauté (la jeunesse de Bujumbura, l'armée et la diaspora tutsie) n'avaient pas été vraiment contactés et sensibilisés, et par conséquent, leurs besoins n'étaient pas traités comme il se devait à l'heure actuelle,' a indiqué un communiqué publié à l'issue de la réunion. La formation de deux groupes de travail a été recommandée pour mobiliser les organisations internationales et les associations locales en vue d'identifier les initiatives des communautés et les 'groupes oubliés'.

BURUNDI: Une rencontre avec les rebelles est cruciale pour faire avancer les pourparlers

Un porte-parole du facilitateur du processus de paix du Burundi a fait savoir mercredi que le comité discutant de la paix au Burundi et des questions de sécurité à Arusha, en Tanzanie, aura vraisemblablement besoin de se réunir, au moins une autre fois avant Pâques, pour compléter son travail, ont rapporté les agences de presse. Le porte-parole, Hashim Mbita, a indiqué que les membres du comité de paix ne pouvaient pas poursuivre leur travail tant que le facilitateur, Nelson Mandela, ne rencontrerait pas les groupes rebelles hutus, absents des négociations d'Arusha, a rapporté l'agence Internews. Selon l'agence, M. Mandela devait rencontrer les groupes rebelles ce mois-ci. Parallèlement, M. Mbita aurait confié au journal tanzanien 'The Guardian' que M. Mandela devait rencontrer les rebelles et les leaders militaires burundais 'incessamment'. Certaines des 19 délégations participant aux négociations étaient optimistes sur la conclusion d'un accord signé d'ici fin avril ou début mai, a indiqué 'The Guardian', ajoutant que les consultations du comité actuel devaient s'achever le 5 mars.

BURUNDI: Les pluies vont aggraver les conditions de vie dans les camps

Les conditions de vie épouvantables régnant dans les sites de regroupement de Bujumbura Rural devraient se détériorer davantage avec l'arrivée prochaine des pluies, rendant encore plus impératif le rapide démantèlement de ces camps, a déclaré mercredi Refugees International. Dans un communiqué, le groupe a indiqué que les conditions sanitaires associées aux pluies pourraient entraîner une contamination de l'eau, d'éventuelles épidémies de choléra et très vraisemblablement, une large épidémie de paludisme dans les camps. 'Compte-tenu de l'état de faiblesse de la population dû à la malnutrition, au stress et à un grand nombre de maladies chroniques, le risque d'un taux élevé de pertes humaines est considérable,' a affirmé le communiqué. 'Il ne reste plus beaucoup de temps' aux quelque 330 000 personnes regroupées dans les sites, a ajouté le texte.

OCHA a fait savoir que quelque 55 700 personnes regroupées sur 11 sites différents devaient prochainement retourner dans leurs habitations, dans le cadre de la première phase du plan de démantèlement du camp, prévu par le gouvernement, qui pourrait s'étendre sur trois mois.

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO: Le Rwanda rejette la proposition de déplacer la CMM

Le Rwanda a rejeté la proposition de déplacer le siège de la Commission militaire mixte (CMM) à Kinshasa, a fait savoir jeudi un fonctionnaire du gouvernement rwandais. 'Une proposition nous a été présentée à cet effet mais nous l'avons rejetée...Nous ne pouvons pas envoyer nos représentants à Kinshasa pour des raisons de sécurité,' a confié jeudi à IRIN Théogène Rudasingwa, conseiller du vice-président rwandais, Paul Kagame. Des sources proches d'un sommet réunissant les dirigeants de la région, le mois dernier à Lusaka, ont indiqué à IRIN que le secrétariat de la CMM, chargée de surveiller l'application de l'accord de trêve de Lusaka jusqu'au déploiement d'une force d'interposition, avait proposé de déplacer le siège de la commission de Lusaka à Kinshasa en vue de renforcer la coopération avec la Mission des observateurs de l'ONU en RDC (MONUC). Les chefs d'Etat avait approuvé le principe d'une structure conjointe MONUC/CMM qui faciliterait une 'étroite coordination pendant la période du déploiement des observateurs militaires de l'ONU en RDC,' d'après le communiqué commun émanant du sommet.

Nairobi, le 2 mars 2000

[FIN]

[IRIN-CEA: Tél: +254 2 622147 Fax: +254 2 622129
e-mail:irin-cea@ocha.unon.org]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]