Burundi + 3 more

Bulletin quotidien d'information No. 828 pour la région des Grands Lacs

Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
Réseau intégré d'information régional
Pour l'Afrique centrale et de l'Est
Tel : +254 2 622147
Fax : +254 2 622129
E-mail : irin@ocha.unon.org

RDC: Washington "traîne les pieds" pour être sûr que les Nations Unies feront les choses correctement

L'avenir des Nations Unies sera déterminé par sa façon de gérer le conflit en RDC au cours des prochains mois et c'est pour cela que les Etats-Unis n'accordent qu'en "traînant les pieds" leur soutien à une force de maintien de la paix, a expliqué l'Ambass adeur américain auprès de l'ONU, Richard Holbrooke. Certaines des conditions de l'accord de Lusaka n'ont pas été satisfaites par ses signataires et Washington n'a pas l'intention de "remettre un chèque en blanc" au Département des Nations Unies pour les o pérations de maintien de la paix, alors que les détails d'une éventuelle mission de maintien de la paix, et son coût, n'ont pas encore été finalisés, a déclaré M. Holbrooke. "Nous traînons les pieds pour le moment, mais pas parce que nous sommes opposés a u maintien de la paix au Congo. Nous traînons les pieds parce que nous voulons cette opération de maintien de la paix, et que nous la voulons bien conçue", a-t-il déclaré, selon l'IPS.

Ces commentaires de l'ambassadeur américain interviennent au lendemain d'une séance d'information du Conseil de Sécurité des Nations Unies par le Secrétaire général adjoint au maintien de la paix, Bernard Miyet, au cours de laquelle il a indiqué que la mi ssion d'observation des Nations Unies au Congo (MONUC) avait pu déployer 62 des 90 officiers de liaison militaire proposés, mais n'avait toujours pas la liberté de mouvement nécessaire pour mener une évaluation de la situation militaire dans tout le pays, a ajouté IPS. Sans cela, a déclaré M. Miyet, "il nous sera impossible d'évaluer pleinement les conditions de sécurité... ou de développer un concept d'opérations (de maintien de la paix) détaillé et global".

RDC: L'ONU appelle à la retenue, en particulier au Sud Kivu

Le Secrétaire Général adjoint des Nations Unies pour les Opérations de maintien de la paix, Hedi Annabi, a demandé mardi au Conseil de Sécurité des Nations Unies d'appeler les parties à l'accord de Lusaka à "s'abstenir de lancer ou poursuivre des offensiv es, et à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher qu'éclatent des violences, en particulier dans le Sud Kivu". Il a déclaré que les parties devaient également s'abstenir de "mener une propagande hostile ou faire des déclarations belliqueuses", et permettre l'accès des organisations humanitaires aux populations touchées. M. Annabi a déclaré que l'inquiétude était particulièrement grande au Sud Kivu, o=F9 les Congolais Tutsis Banyamulenges peuvent déclencher "des attaques organisées à grande échell e" contre les Tutsis s'ils répondent aux menaces actuelles d'actions violentes contre leurs voisins.

RDC: Les rebelles se félicitent de l'accord de Kabale

Un haut responsable du groupe rebelle 'Rassemblement congolais pour la démocratie' (RCD), Bizima Karaha, a qualifié de "très important" l'accord de Kabale qui prévoit la formation d'un front rebelle commun contre le Président Laurent-Désiré Kabila. "Pour la première fois, tous les mouvements de libération du Congo ont décidé de former u n front commun ayant des objectifs communs", a-t-il déclaré mardi à la radio rwandaise. "Cela aidera également l'opposition non armée à nous rejoindre et ... nous aurons un très grand impact, un impact positif au Congo". M. Karaha a ajouté qu'une "vision commune" s'est développée parmi les trois groupes rebelles, le RCD, le RCD-Mouvement de libération (RCD-ML) et le Mouvement de libération du Congo (MLC). "Ce qui reste à faire c'est de forger le tout en une seule grande s tructure", a-t-il dit.

Le dirigeant du RCD-ML, Ernest Wamba dia Wamba, a déclaré que les trois groupes unissaient leur force dans un processus de paix qui devrait permettre de rassembler les gens. "Nous espérons que par le dialogue national...nous serons en position de trouver le principe d'une légitimé et que nous pourrons établir un ordre politique nouveau", a-t-il déclaré à la radio rwandaise. "Ainsi, le prochain millénaire trouverait notre pays installé dans la stabilité politique".

OUGANDA: Les craintes de "famine" à Bundibugyo sont exagérées

Des sources humanitaires en Ouganda ont minimisé mercredi les informations diffusées par les médias, selon lesquelles les personnes déplacées dans le district de Bundibugyo, à l'ouest du pays, seraient "confrontées à une famine". Une récente résurgence d' attaques de l'ADF a provoqué un exode massif des campagnes vers les camps pour personnes déplacées et l'insécurité persistante pourrait rendre la situation alimentaire critique, a rapporté lundi le quotidien 'The Monitor'. Cependant, une enquête nutrition nelle récente a montré que le taux de malnutrition à Bundibugyo était aussi bas, ou même plus bas que dans la plupart des régions d'Ouganda, même après 8 à 10 mois de déplacement, et la situation actuelle ne doit pas être exagérée, ont indiqué à IRIN des employés humanitaires. A cause de l'insécurité qui prévaut actuellement, "il sera plus difficile pour les gens de trouver de la nourriture" mais le PAM avait effectué la majeure partie de sa distribution de décembre, à quelque 18 000 personnes à Bundibugy o ville et 87 000 dans le district environnant, avant d'être forcé de suspendre les opérations pour raisons de sécurité, ont-ils ajouté.

OUGANDA: Kampala rassure la Grande-Bretagne sur l'utilisation des fonds de l'annulation de la dette

Le secrétaire au trésor, Emmanuel Tumusiime Mutebile, a assuré à la Grande-Bretagne que le bénéfice que retirera l'Ouganda de l'annulation de 100 pour cent de la dette, accordé par la Grande-Bretagne aux pays pauvres les plus endettés, serait utilisé pour lutter contre la pauvreté et améliorer l'éducation. Le chancelier britannique, Gordon Brown, a dévoilé mardi les détails du plan britannique, d'une valeur de 70 milliards de dollars, qui devrait être mis en place d'ici début janvier 2000, et l'Ouganda fi gure parmi les quatre premiers pays à en bénéficier.

OUGANDA: L'armée est "prête et en état d'alerte", selon le Ministre de la sécurité

Le Ministre de la sécurité, Muruli Mukasa, a déclaré mardi que les forces de sécurité avaient renforcé leur dispositif et étaient prêtes à affronter les défis de la période de Noël, que ce soit à l'ouest contre le groupe rebelle 'Allied Democratic Forces' (ADF), ou au nord et nord-est, contre les rebelles de la 'Lord Resistance Army' (LRA) et les guerriers traditionnels Karamajo. "L'UPDF est prête et en état d'alerte maximale dans toutes ces régions pendant cette période (Noël) et tout le début de l'an pr ochain", a déclaré M. Mukasa cité par le quotidien indépendant 'Monitor'. L'ADF vise les points faibles de l'ouest de l'Ouganda, notamment les camps pour personnes déplacées, du fait que, d'une manière générale, la sécurité a été renforcée par l'armée oug andaise (UPDF), a déclaré M. Mukasa, selon le 'Monitor'.

TANZANIE: Le gouvernement dément à nouveau toute implication dans la tuerie au Burundi

La Tanzanie a à nouveau démenti toute implication dans le massacre de Rutana, au sud-est du Burundi, en octobre dernier, dans lequel sept employés burundais et deux employés internationaux des Nations Unies avaient été tués. Dans un communiqué diffusé mar di par la radio tanzanienne, le Ministère des affaires étrangères a rejeté un rapport du gouvernement du Burundi qui reprenait les noms des responsables de la tuerie et affirmait que ces derniers s'étaient repliés vers leurs bases en Tanzanie. "Le communi qué déclare qu'il n'y a pas de rebelles des FDD [Forces pour la défense de la démocratie] en Tanzanie", a rapporté la radio. "La déclaration souligne que le gouvernement militaire du Burundi n'a aucune preuve et n'a eu avec la Tanzanie aucune communicatio n sur la question".

BURUNDI: Pêche réduite sur le lac Tanganyika en raison des combats

Les activités de pêche sur le lac Tanganyika sont limitées par la résurgence des combats entre les rebelles et les garde-côte burundais, a rapporté lundi l'agence de presse privée Azania. Selon l'agence, des unités rebelles ont rouvert une route d'infiltr ation via le lac à partir de bases dans la forêt d'Ubwari, à l'est de la RDC. La semaine dernière, Les garde-côte burundais ont coulé un bateau rebelle sur le lac avant qu'il ne puisse atteindre sa destination, a précisé l'agence. Huit passagers du bateau sont mort noyés.

BURUNDI: Un député du FRODEBU tué par balle

Un député du parti d'opposition FRODEBU a été tué par balle par des soldats, après avoir bu dans un bar d'une banlieue nord de Bujumbura, lundi soir, ont rapporté les agences de presse. Selon l'Agence burundaise de presse (ABP), Gabriel Gisabwamana, déput é de la circonscription de Bujumbura Cibitoke, a été tué après avoir refusé de montrer ses documents d'identité aux forces de sécurité qui patrouillaient. Un porte-parole de l'armée, le colonel Longin Minani, a déclaré qu'une enquête était en cours. "Nous demandons aux civils de collaborer avec les forces armées pour éviter de tels incidents", a-t-il dit, avant d'ajouter que l'incident avait eu lieu après le couvre-feu de 22.00 heures. Selon une source cité par Associated Press, le soldat qui a tiré sur M . Gisabwamana le connaissait bien. Le député avait été accusé par des soldats et des voisins de ne pas participer aux patrouilles de quartiers montées par la police suite à l'intensification des attaques rebelles, a indiqué la source.

BURUNDI: Les risques de choléra diminuent dans les camps de l'ouest, selon le gouvernement

Une grande campagne de santé et d'assainissement dans les camps civils de regroupement du Bujumbura Rural a permis de maîtriser le risque de voir se déclarer une épidémie majeure de choléra, selon les autorités burundaises. Au camp de Ruziba, à la sortie de la ville de Bujumbura, 300 cas de choléra ont été enregistrés au cours des quelques dernières semaines mais le nombre de décès a été limité à cinq, selon des responsables de la santé cités mardi par la BBC. Tout est fait pour procurer de l'eau potable chlorée et une éducation sanitaire dans les camps, ont-ils ajouté. Le gouvernement n'a voulu donner aucun calendrier pour le démantèlement des camps, se limitant à dire que les gens rentreraient chez eux dès que la sécurité aurait été restaurée. Il a affi rmé qu'avec un "partenariat adéquat" des organisations de secours, les camps seraient viables, du moins comme solution temporaire, a ajouté la BBC.

Nairobi, le 22 décembre 1999

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN]