Burundi + 2 more

Bulletin quotidien d'information No. 824 pour la région des Grands Lacs

Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
Réseau intégré d'information régional
Pour l'Afrique centrale et de l'Est
Tel : +254 2 622147
Fax : +254 2 622129
E-mail : irin@ocha.unon.org

RWANDA: Les Nations Unies sévèrement critiquées

Une enquête indépendante sur le rôle des Nations Unies pendant le génocide de 1994 a révélé des défaillances de l'organisation au niveau du leadership et de la prise de décisions. La commission d'enquête, présidée par l'ancien premier ministre suédois, In gvar Carlsson, a présenté mercredi son rapport au Secrétaire Général des Nations Unies, Kofi Annan, qui avait commandé l'étude. "Au moment o=F9 le génocide a commencé, la mission [de l'ONU] ne fonctionnait pas comme un tout homogène pendant les heures et le s jours o=F9 la crise était à son paroxysme", indique le rapport, cité par les agences de presse. Il y avait "un manque de leadership politique, un manque de capacité militaire, de graves problèmes de commandement et de contrôle, et un manque de coordinatio n et de discipline". La mission, qui comptait 2 500 hommes, aurait dû pouvoir limiter les massacres, ajoute le rapport. Il estime que les insuffisances du mandat de la mission relèvent de la responsabilité du secrétaire général de l'époque, Boutros Boutro s Ghali, et reproche au Conseil de Sécurité des Nations Unies "d'avoir tardé à identifier les événements au Rwanda comme étant un génocide". Le rapport épingle également le département de maintien de la paix, que dirigeait M. Annan.

"S'il est vrai que la présence des casques bleus des Nations Unies au Rwanda a débuté comme une opération traditionnelle de maintien de la paix...les massacres du génocide auraient dû induire les décideurs au sein des Nations Unies, du secrétaire général au Conseil de Sécurité, en passant par les responsables du secrétariat et la direction de l'UNAMIR [la mission de l'ONU au Rwanda], à se rendre compte que le mandat initial, et en fait le rôle neutre de médiation des Nations Unies, n'était plus approprié et requérait une réponse différente, plus intransigeante, associée aux moyens nécessaires pour mener cette action", estime le rapport.

RWANDA: Annan exprime ses remords

M. Annan a publié mercredi un communiqué dans lequel il déclare: "Au nom des Nations Unies, je reconnais cette erreur et exprime mon profond remords". "Nous devons tous regretter amèrement de n'avoir pas fait davantage pour l'empêcher [le génocide]."

BURUNDI: Appel à la Tanzanie pour arrêter les assassins de Rutana

Le gouvernement burundais a identifié neuf des assaillants qui, selon lui, ont assassiné sept employés Burundais et deux employés internationaux des Nations Unies, au cours d'une visite aux personnes déplacées de Muzye, dans la province de Rutana, en octo bre dernier. Présentant les conclusions d'une enquête gouvernementale sur ces meurtres, le Ministre de la justice, Terence Sinunguruza, a déclaré mercredi aux journalistes que les assaillants étaient des membres du groupe rebelle 'Forces de défense pour la démocratie' (FDD) qui se sont repliés vers leurs bases arrières en Tanzanie. Il a déclaré que le gouvernement avait appelé la communauté internationale et le gouvernement tanzanien à arrêter les neuf personnes, dont les noms et lieux d'origine sont mentionnés dans le rapport. Le rapport reproche également au gouverneur de la province de Rutan a de n'avoir pas pris des mesures de sécurité suffisantes "sachant que les collines entourant Muzye étaient une zone de combats". Le gouverneur a depuis été limogé. Le rapport conclut que l'incident "est le résultat
d'une mauvaise préparation combinée à d es imprécisions dans l'organisation de la visite".

BURUNDI: Le CNDD-FDD rejette les conclusions du gouvernement

Le porte-parole du mouvement rebelle CNDD-FDD, Jérôme Ndiho, a rejeté les conclusions présentées dans le rapport et demandé l'ouverture d'une enquête internationale. Dans un entretien diffusé par le service en kirundi de la BBC, il a répété les accusation s du CNDD-FDD selon lesquelles le gouvernement est responsable des meurtres. "On ne peut être accusé, enquêteur et juge à la fois", a-t-il dit.

BURUNDI: Les attaques rebelles seraient en diminution dans certaines zones

Les attaques rebelles auraient diminué dans certaines parties du pays, même si le nombre d'opérations militaires et d'actions de représailles des rebelles dans le sud est toujours très élevé, selon des sources humanitaires. Les combats auraient diminué da ns le Bujumbura Rural, de même que les attaques rebelles contre la capitale, Bujumbura. Dans le nord, des affrontements sporadiques ont été signalés, attribués aux rebelles en route vers la forêt de Kibira, en provenance de Tanzanie. Dans la province de M uramvya, environ 500 personnes venant de deux collines de la zone de Kirama, près de la forêt, ont été regroupées au début du mois pour des raisons de sécurité.

BURUNDI: Kirundo sévèrement touché par la sécheresse

La grave sécheresse qui a frappé le pays

pendant la saison des semailles, en septembre-octobre, a fortement touché les provinces de Kirundo, Gitega, Ruyigi, Cankuzo, Karuzi, Muyinga, Rutana et Makamba, ont indiqué des sources. La situation est particulièr ement alarmante à Kirundo, o=F9 le PAM a déjà distribué 420 tonnes de vivres à 52 000 personnes. Les prix des denrées alimentaires dans la province ont connu une augmentation significative et une mobilisation urgente d'intrants alimentaires sera nécessaire pour la saison 2000B.

BURUNDI: Deux ambassadeurs promettent de relancer la coopération

Les nouveaux ambassadeurs américain et belge se sont engagés à relancer la coopération avec le Burundi, a rapporté mercredi l'Agence burundaise de presse (ABP). Au cours d'entretiens séparés avec le Président Pierre Buyoya, l'ambassadeur américain, Mary Carlin, a déclaré que 25 millions de dollars avaient déjà été décaissés pour l'aide humanitaire au Burundi, et l'ambassadeur belge, Jan Franz Mutton, a rappelé qu 'un accord de coopération dans le secteur de la justice était en cours de finalisation. "Nous accompagnerons le Burundi sur le chemin de la paix", aurait-il déclaré.

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO: Masire prend le temps de la réflexion

L'ancien président du Botswana, Ketumile Masire, réfléchit s'il doit ou non accepter le poste de médiateur du conflit en RDC. Il a déclaré à la BBC qu'il ne s'était pas proposé et n'avait pas imaginé être choisi. Mercredi, le Secrétaire Général de l'OUA, Salim Ahmed Salim, a officiellement désigné M. Masire, indiquant que tant les parties rebelles que le Président Laurent-Désiré Kabila étaient favorables à sa médiation. Dans un communiqué de presse, parvenu à IRIN, M. Salim a estimé que cet accord entre l es différentes parties au conflit "constitue une avancée importante" dans les efforts visant à appliquer l'accord de cessez-le-feu de Lusaka. "Plus spécifiquement, il crée les conditions essentielles au dialogue inter-congolais", a-t-il ajouté. Le Président zambien, Frederick Chiluba, reste le coordinateur global du processus de paix en RDC.

RDC: Le calendrier de déploiement des équipes d'OLM est établi

Selon le calendrier de déploiement des équipes d'officiers de liaison militaire (OLM) établi par la mission d'observation des Nations Unies, la MONUC, les premiers déploiements, dont celui de Kindu, devraient être terminés d'ici vendredi, a indiqué à IRIN le porte-parole de la MONUC, le général David Hannah . Quatre équipes devraient ensuite être rattachées, d'ici le 23 décembre, aux localités des CMM régionales, Boende, Lisala, Kabinda, o=F9 se trouve déjà le personnel de l'OUA, et en temps voulu, Kabalo. Quatre autres équipes devraient être positionnées à Kisangani, Gemena, Isiro et Lubumbashi avant le 30 décembre; et deux autres enfin à Kalemie et Mbuji-Mayi respectivement, devraient être en place avant le 7 janvier, a indiqué le général Hannah.

RDC: Réunion des groupes rebelles prévue en Ouganda

Une réunion des trois groupes rebelles est à nouveau prévue à Kabale, dans le sud-ouest de l'Ouganda, selon la radio Uvira contrôlée par le RCD. Le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), le RCD-Mouvement de libération (RCD-ML) et le Mouvement d e libération du Congo (MLC) devraient chacun envoyer sept représentants à Kabale jeudi. Selon la radio, les entretiens porteront principalement sur le partage du pouvoir et la fusion des armées rebelles pour créer un front uni, en prévision du dialogue na tional. Les ambassadeurs rwandais et ougandais devraient également participer à la rencontre.

RDC: Des attaques de l'UNITA signalées au Bas-Congo

Un nombre croissant d'incidents de sécurité impliquant des soldats en retraite du mouvement angolais de l'UNITA ont été signalés à l'ouest de la province du Bas-Congo, ont indiqué à IRIN des sources humanitaires. Ceci fait suite à une offensive du gouvern ement angolais qui a obligé les rebelles de l'UNITA à fuir. Un centre de santé, soutenu par une ONG internationale, a été attaqué et un civil est mort, ont précisé les sources. Ces dernières s'inquiètent par ailleurs de ce que l'insécurité croissante au B as Congo, l'une des principales régions productrices de vivriers, n'affecte encore davantage l'approvisionnement en vivres des marchés de Kinshasa.

RDC: Les combats risquent de "ramener la guerre totale"

La Grande-Bretagne a déclaré mercredi que la situation se détériorait et que la reprise des combats dans le pays risquait de "ramener la guerre totale". La communauté internationale "doit insister pour que les parties - toutes les parties - en reviennent à leurs engagements de Lusaka" et il "doit être clairement dit, publiquement et en privé", qu'il n'y a pas d'alternative à une paix négociée dans le cadre de l'Accord de Lusaka", a déclaré au Conseil de Sécurité de l'ONU le secrétaire d'Etat aux affaires étrangères pour l'Afrique, Peter Hain. M. Hain a également déclaré que la Grande-Bretagne était favorable à une force de maintien de la paix des Nations Unies, à condition qu'il y ait un cessez-le-feu clair, que les modalités d'un retrait soient mises en place, et que le Conseil de Sécurité ait donné son feu vert pour une mission "ayant la capacité de se protéger sur la base de solides règles d'engagement et d'un armement adéquat".

GRANDS LACS: La FAO annonce des pénuries alimentaires inquiétantes

La FAO a signalé qu'une pénurie alimentaire sévère menaçait toujours la région des Grands Lacs du fait de la persistance des conflits civils. Dans un communiqué de presse publié mercredi, la FAO a déclaré que les difficultés d'approvisionnement au Burundi s'étaient aggravées par la récente escalade de la violence dans certaines régions du pays. Selon l'organisation, la situation alimentaire précaire actuelle se détériorera probablement au cours des prochains mois.

En RDC, du fait de la guerre civile, quelque 10 millions de personnes "ne savent quand elles mangeront leur prochain repas", prévient le rapport. Les deux pays, de même que le Rwanda, font partie des 15 pays menacés d'urgences alimentaires.

Nairobi, le 16 décembre 1999

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]