Burundi + 4 more

Bulletin quotidien d'information No. 821 pour la région des Grands Lacs

Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
Réseau intégré d'information régional
Pour l'Afrique centrale et de l'Est
Tel : +254 2 622147
Fax : +254 2 622129
E-mail : irin@ocha.non.org

OUGANDA: Sécurité renforcée dans l'ouest

L'armée ougandaise a renforcé son dispositif de sécurité dans l'ouest, en réaction à une résurgence d'attaques par les rebelles des 'Allied Democratic Forces' (ADF). Selon le quotidien semiofficiel 'New Vision' de lundi, des troupes supplémentaires ont ét é envoyées de Gulu, dans le nord, vers Bundibugyo. Dimanche, un hélicoptère de combat a pilonné les positions des ADF dans le parc national de Semliki, à l'ouest de Bundibugyo. Les populations de la région ont été mises en garde et priées de guetter les r ebelles qui chercheraient à échapper à l'armée en se cachant dans les villages.

OUGANDA: Nouvelles attaques des ADF

Après l'assaut de jeudi contre la prison de Katojo, à Fort Portal, au cours de laquelle les rebelles ont libéré plus de 360 prisonniers, de nouvelles attaques ont été lancées contre des positions de l'armée ce week-end. Vendredi, les ADF ont attaqué cinq casernes militaires à Butama, Ngite, Kabango, Ndugutu et Kanyamirima, dans le district de Bundibuygo;
quatre soldats sont morts au cours de l'attaque et un certain nombre d'autres ont été blessés, a indiqué le Ministre d'Etat à la défense, Stephen Kavuma, cité par la radio ougandaise. Six rebelles ont également été tués. M. Kavuma a souligné que l'armée poursuivait les rebelles qui se sont repliés en République Démocratique du Congo (RDC) voisine.

Selon 'New Vision', des tirs d'artillerie lourde ont ébranlé les sous-comtés de Bunyangabu et Kibota, dans le district de Kabarole, à la mi-journée vendredi; les échanges de tirs entre l'armée et les rebelles ont duré près de deux heures. D'autres combats ont été signalés à Bundibugyo ville samedi, o=F9 un groupe d'environ 50 rebelles des ADF a échangé des tirs pendant deux heures avec l'armée. Le chef d'état-major ougandais, le général de brigade James Kazini, était dans la ville au moment de l'attaque. Se lon le journal, les rebelles ont été repoussés, et M. Kazini a expliqué aux habitants que les insurgés avaient attaqué Bundibugyo pour distraire l'armée de ses opérations de nettoyage dans les montagnes. Des combats sporadiques ont été signalés dans les m onts Rwenzori, o=F9 les ADF ont leurs repaires.

Les analystes notent que cette intensification des combats intervient au lendemain de la signature d'un accord de paix, la semaine dernière à Nairobi, entre les présidents du Soudan et d'Ouganda. Les autorités ougandaises pensent que le Soudan a procuré a rmes et entraînement aux rebelles des ADF, dont le noyau est musulman Tabliq. Par ailleurs, les rebelles ont apparemment ignoré une offre d'amnistie présentée la semaine dernière par le Président Yoweri Museveni.

OUGANDA: Un dirigeant Tabliq exhibe d'anciens rebelles

Parallèlement, le chef de la secte Tabliq en Ouganda a exhibé de présumés rebelles lors de la prière marquant le début du mois de Ramadan, a rapporté 'New Vision'. Sheikh Suleiman Kakeeto a présenté sept présumés anciens rebelles à la mosquée de Nakasero et exhorté les musulmans à ne pas s'engager dans des activités rebelles. "Des gens avant vous ... ont été induits en erreur et amenés à prendre le maquis par des gens animés d'intérêts égoïstes, pour se joindre aux activités rebelles", a-t-il déclaré aux fidèles. "Ils ont besoin d'aide, ils sont au chômage...". Il a déclaré aux suspects qu'ils étaient libres de frayer avec la communauté Tabliq et les a exhortés à ne pas reprendre le maquis.

OUGANDA: Holbrooke rencontre les dirigeants rebelles de RDC

L'ambassadeur américain auprès de l'ONU, Richard Holbrooke, a rencontré les dirigeants des trois groupes rebelles de RDC à Kampala vendredi, a rapporté 'New Vision'. M. Holbrooke, qui effectue une tournée en Afrique pour discuter du conflit en RDC avec le s dirigeants régionaux, a rencontré Jean-Pierre Bemba du Mouvement de libération du Congo (MLC),
Emile Ilunga du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) et Ernest Wamba dia Wamba du RCD-Mouvement de libération (RCD-ML).

Holbrooke a ensuite déclaré à la presse que "rien ne peut remplacer" les pourparlers directs. "Nous avons appris beaucoup", a-t-il dit. Il a répété qu'un facilitateur devait être trouvé aussi vite que possible pour mettre en ouvre l'accord de cessez-le-fe u de Lusaka, signé par toutes les parties au conflit en RDC. Les groupes rebelles ont demandé que l'ancien président du Botswana, Ketumile Masire, soit désigné comme facilitateur.

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO: La question du facilitateur discutée à l'OUA

De Kampala, M. Holbrooke s'est rendu à Kinshasa o=F9 il a eu des entretiens avec le Président Laurent-Désiré Kabila. Selon la télévision d'Etat de RDC, M. Holbrooke a déclaré que le Secrétaire Général de l'OUA, Salim Ahmed Salim, convoquerait une réunion ma rdi pour examiner la question du facilitateur. M. Holbrooke a également déclaré" que M. Kabila avait "clairement et franchement" exprimé son engagement en faveur de l'accord de Lusaka. "Les Etats-Unis et le gouvernement de RDC ont convenu de l'importance de l'accord de Lusaka", a-t-il ajouté.

RDC: Pas de paix sans retrait des forces ennemies, prévient un ministre

S'exprimant avant l'arrivée de M. Holbrooke, le Ministre congolais des affaires étrangères, Yerodia Abdoulaye Ndombasi, a déclaré que son pays était favorable à l'accord de Lusaka, mais exigeait le retrait préalable des "forces d'occupation". "Rien, absol ument rien ne peut être accompli en termes de paix et conformément à l'accord de Lusaka, si la contradiction majeure n'est pas résolue, c'est à dire si les forces d'occupation de l'Ouganda, du Rwanda et du Burundi ne quittent pas
immédiatement et sans con dition notre pays", a dé claré M. Ndombasi dans un discours diffusé vendredi par la télévision d'Etat.

RDC: Chute d'une ville sous contrôle du MLC

Le dirigeant du mouvement rebelle MLC, Jean-Pierre Bemba, a annoncé lundi que son groupe avait perdu le contrôle de la ville de Nkonya, a u nord-ouest du pays, au profit des troupes gouvernementales, a rapporté l'agence Associated Press. Les combats pour la ville, dimanche, ont fait 119 morts dans les rangs de l'armée régulière et deux parmi les rebelles, a-t-il signalé. Il a également annoncé que son mouvement se joindra it aux deux autres groupes rebelles de RDC pour renforcer la coopération militaire co ntre Kabila.

RDC: Kabila rencontre Sassou Nguesso

Vendredi, le Président Kabila a rencontré son homologue du Congo-Brazzaville, Denis Sassou Ngeusso, pour discuter des moyens d'améliorer la coopération entre les deux pays, a rapporté la télévision d'Etat de RDC. Un communiqué final souligne que les deux parties ont convenu de garantir la sécurité pour la libre circulation des personnes et des biens, et rappelé leur engagement en faveur d'une surveillance conjointe le long de leur frontière commune. Ils ont par ailleurs convenu de ne pas permettre que leurs territoires respectifs soient utilisés comme bases arrières de " forces subversives".

BURUNDI: Arusha reste le siège des pourparlers

Le médiateur du conflit burundais, Nelson Mandela, a appelé la communauté internationale à soutenir les efforts en cours pour ramener la paix dans ce pays, a rapporté samedi la radio tanzanienne. Un communiqué publié par le secrétariat du médiateur a égal ement indiqué que la ville d'Arusha, au nord de la Tanzanie, resterait le siège des pourparlers de paix et que toutes les parties concernées seraient impliquées. Le juge Mark Bomani, de la Fondation Nyerere, continuera à être le représentant du médiateur et le chef de l'équipe de médiation, tandis que le juge Joseph Warioba restera premier conseiller et le général de brigade Hashim Mbita porte-parole.

RWANDA: Une ancienne ministre traduite en justice pour génocide

Une ancienne ministre a comparu pour une première audience devant un tribunal de Kigali pour répondre d'accusations de génocide, a rapporté la radio rwandaise. Agnès Ntamabyaliro, de la préfecture occidentale de Kibuye, était ministre de la justice du gou vernement intérimaire de Jean Kambanda en 1994. Mme Ntamabyaliro, membre de la faction 'Pouvoir' du Parti libéral, est accusée d'incitation au meurtre de Tutsis et de Hutus modérés qui s'étaient réfugiés au stade Gwataho de Kibuye. Elle a été arrêtée en 1997 au cours du rapatriement massif de réfugiés de RDC, a précisé la radio. Mme Ntamabyaliro a plaidé non coupable des charges retenues contre elle.

Nairobi, le 13 décembre 1999 [FIN]

[ UN IRIN-CEA: Tel: +254 2 622 147, Fax: +254 2 622 129, e-mail: irin-cea@ocha.unon.org ]

Item: irin-french-855

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un departement d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne refletent pas necessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous reimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette reserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une reference aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archives sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 1999