Burundi + 3 more

Bulletin quotidien d'information No. 816 pour la région des Grands Lacs

Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
Réseau intégré d'information régional
Pour l'Afrique centrale et de l'Est
Tel : +254 2 622147
Fax : +254 2 622129
E-mail : irin@ocha.unon.org

RWANDA: Rutaganda condamné à la prison à vie pour génocide

Le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) a condamné lundi l'ancien chef de la milice Interahamwe, Georges Rutaganda, à la prison à vie pour un chef de génocide et deux chefs de crimes contre l'humanité. Les juges Laity Kama, Lennart Aspegren et Navanethem Pillay ont jugé à l'unanimité que M. Rutaganda "avait une responsabilité criminelle individuelle, en particulier pour avoir ordonné, encouragé et exécuté des meurtres et pour avoir provoqué de graves dommages corporels ou mentaux à des membr es du groupe ethnique tutsi" au cours du génocide rwandais de 1994, indiquait lundi un communiqué de presse du TPIR. "M. Rutaganda a joué un rôle important en tant que leader et instigateur... il a ordonné des meurtres en plusieurs occasions. Il n'a pris aucune mesure pour empêcher la milice Interahamwe de commettre des crimes, il a au contraire commis des crimes de ses propres mains", a déclaré le juge du TPIR, Laity Kama, selon l'agence de presse Hirondelle.

Le Tribunal a par contre estimé que M. Rutaganda était innocent de deux autres chefs d'accusations. M. Rutaganda, qui était second vice-président de la milice Interahamwe au cours du génocide de 1994, avait plaidé non coupable de tous les chefs d'accusati ons retenus contre lui. L'avocat de la défense, Tiphaine Dickson, a annoncé qu'elle interjetterait appel du verdict et de la condamnation, a précisé lundi le TPIR.

Le jugement de lundi dans l'affaire Rutaganda était le sixième rendu par le Tribunal depuis sa création en 1994 et la quatrième condamnation à la réclusion à perpétuité. Les condamnations précédentes sont celles de l'ancien maire Jean-Paul Akayesu, l'anci en Premier Ministre Jean Kambanda et l'ancien préfet de Kibuye Clément Kayishema, a rappelé Hirondelle.

RWANDA: Le procureur du TPIR demande l'annulation de la décision Barayagwiza

Le procureur du TPIR, Carla del Ponte, a officiellement demandé la révision de la décision de la chambre d'appel de libérer le présumé génocidaire, Jean-Bosco Barayagwiza, a rapporté vendredi l'agence de presse Hirondelle. Elle a déclaré qu'elle espérait que de nouveaux détails en sa possession permettraient d'accélérer l'annulation de la décision. Parallèlement, Mme del Ponte est arrivée à Kigali samedi après que le Rwanda ai adouci sa position et accepté de lui délivrer un visa. Le Ministre des affaires étrangères, Augustin Iyamuremye, a cependant déclaré à l'agence de presse Rwanda News Agency que cette décision ne signifiait pas que la coopération ait été rétablie avec le tribunal. Le Rwanda a temporairement suspendu sa coopération avec le TPIR en réa ction à la décision de la cour d'appel.

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO: Bemba met Wamba en garde dans le dossier FIBG

Samedi, Jean-Pierre Bemba, dirigeant de la faction rebelle Mouvement de libération du Congo (MLC) a mis en garde Ernest Wamba dia Wamba du RCD-ML (Rassemblement congolais pour la démocratie - mouvement de libération) et lui a déconseillé d'accepter les 16 millions de dollars "d'aide au développement" de la First International Bank of Grenada, convenus le mois dernier. M. Bemba a émis des doutes concernant les commanditaires de la banque de Grenade et déclaré que les concessions commerciales consenties rev enaient à "vendre la souveraineté du pays", a rapporté lundi le journal ougandais semi-officiel 'New Vision'. M. Bemba a mis en évidence une clause de l'accord entre le RCD-ML et la First International, qui concerne l'établissement d'une 'Banque de Réserv e de l'Union Africaine', et s'est interrogé: "Comment pouvez-vous dire que cous contrôlez le pays si vous ne contrôlez pas la banque centrale. Si vous vendez la banque centrale, est-ce que cela ne veut pas dire que vous avez vendu la souveraineté de votre pays?"

RDC: Les violations ne feront pas dérailler le cessez-le-feu, déclare l'Ouganda

Le gouvernement ougandais a déclaré vendredi que les violations de l'accord de paix de Lusaka ne feraient pas dérailler l'accord car les violations "font partie du processus". "S'il y a des violations çà et là, tant que nous sommes engagés, il n'y a pas d e problèmes", a déclaré le Ministre des affaires étrangères Eriya Kategaya.

RDC: Trois Russes arrêtés, un Antonov saisi

Les trois pilotes russes d'un avion Antonov affrété par le gouvernement de Kinshasa sont parmi les prisonniers pris par le MLC de Jean-Pierre Bemba lors de la prise de la ville de Basankusu, dans la Province de l'Equateur, mercredi dernier, a rapporté ce week-end l'AFP. Les pilotes ont expliqué à des journalistes, à Gbadolite, qu'ils travaillaient pour une compagnie belge, Filair, qui exploite l'Antonov pour le gouvernement de RDC, et qu'ils ne savaient pas, au moment de leur atterrissage, que Basankusu a vait été capturée par les rebelles le matin même.

Le MLC, qui a précisé avoir saisi 150 000 colliers de munitions et un grand nombre de mortiers dans l'Antonov, a justifié la prise de Basankusu en disant que le gouvernement utilisait la ville pour lancer une offensive contre les positions rebelles, dans le but de prendre la ville de Lisala.

OUGANDA: Kampala refuse de laisser partir des armes saisies

Le gouvernement ougandais a refusé de libérer une grande cargaison d'armes destinée au Burundi et saisie à Kampala, tant que le gouvernement burundais n'aura pas démontré son engagement en faveur des négociations de paix avec les rebelles, a rapporté lund i le journal 'EastAfrican'. Le Ministre d'Etat ougandais pour la coopération régionale, Amama Mbabazi, a déclaré que bien que les sanctions économiques régionales contre le Burundi aient été levées en début d'année, la question de l'embargo sur les armes n'avait toujours pas été réglée, a indiqué le journal. "En situation de guerre, il n'est pas bon que les armes prolifèrent dans le pays. Ce n'est pas bon pour la résolution des conflits", a déclaré M. Mbabazi. Les 14 camions chargés d'armes non spécifiées ont été saisis pour des raisons de sécurité, sur la route en provenance de Mombasa, en octobre dernier. Depuis, le gouvernement burundais négocie pour les récupérer.

BURUNDI: Les ONG priées "d'arrêter de se mêler des affaires du pays"

Le gouvernement du Burundi a demandé aux ONG opérant dans le pays "d'arrêter de se mêler" des affaires de politique intérieure, a rapporté l'agence PANA. Le Ministre des affaires étrangères, Séverin Ntahomvukiye, qui a rencontré les représentants des ONG vendredi à Bujumbura, a déclaré que les questions de politique et de sécurité étaient de la seule responsabilité du gouvernement et des Burundais. Selon l'agence PANA, il a critiqué la "malhonnêteté" de certaines ONG qui ne distribuent plus l'aide humanit aire sous prétexte que certains sites de regroupement sont d'accès malaisé. "Si vous ne pouvez toucher ces personnes en détresse, donnez-nous la nourriture et les médicaments, et nous les distribuerons nous-mêmes", a-t-il dit.

BURUNDI: Le Conseil de Sécurité se félicite de la désignation de Mandela

Le Conseil de Sécurité des Nations Unies a salué la désignation de l'ancien président sud-africain, Nelson Mandela, comme médiateur du processus de paix burundais. Dans un communiqué de presse, le Conseil a exhorté toutes les parties à faire montre de fle xibilité et à coopérer pleinement avec le nouveau facilitateur. Il a félicité les partis burundais et le gouvernement, qui ont montré leur volonté de poursuivre les négociations, et a invité toutes les parties restées en dehors du processus à cesser les h ostilités.

BURUNDI: Personne ne sera laissé de côté, déclare Mandela

Parallèlement, M. Mandela a appelé à la reprise des pourparlers de paix en février. Dans un entretien diffusé à la télévision sud-africaine, il a indiqué que personne ne devait être écarté des négociations. "Nous ne pouvons écarter personne qui puisse cré er de l'instabilité dans le pays; nous devons donc trouver un moyen de les intégrer à ces discussions, soit en les invitant à s'y joindre soit en s'adressant à elles séparément, mais vous ne pouvez les ignorer", a-t-il déclaré. M. Mandela a ajouté que "dans chaque ethnie, il y a des gens qui pensent que la violence, les tensions et la haine ne sont pas dans l'intérêt du Burundi en tant que pays". Reconnaissant que "beaucoup de moments durs" étaient encore à venir, M. Mandela a déclaré que "nous devons uti liser le bon et le mauvais pour créer une harmonie et une compréhension entre les parties".

Les quatre groupes de travail ont entamé leurs travaux à Arusha et devraient les poursuivre pendant 10 jours, a rapporté lundi le quotidien tanzanien 'Guardian'.

BURUNDI: Création d'une nouvelle alliance

Neuf personnalités politiques se sont réunies au sein d'une l'Alliance nationale pour le changement (ANAC), créée pour mettre fin à l'impunité et à la violence dans le pays. Selon l'agence de presse privée, Netpress, les membres sont Domitien Njourizeye, secrétaire général (extérieur) du FRODEBU, Séverin Ndikumugongo, vice-président du Parti du peuple, Cyrille Barancira, vice-président du PARENA, Jean-Baptiste Mukuri, secrétaire général de l'ABASA, Philippe Nzobonariba, secrétaire général du parti RPB, André Biha, député, Antole Kanyenkiko, ancien premier ministre, Pierre Claver Rurerekana de la SOJEDEM et le député Terence Nahimana. L'ANAC a indiqué qu'elle avait pour objectif de promouvoir une vision commune pour le changement et le refus d'accepter le statu quo. Selon Netpress, la création de l'ANAC est une "réponse" à la création, en octobre dernier, de la Convergence nationale pour la paix et la réconciliation (CNPR), qui réunit l'aile intérieure du FRODEBU et des partis principalement tutsis.

AFRIQUE: Annan nomme un nouveau conseiller pour la région des Grands Lacs

Le Secrétaire Général des Nations Unies, Kofi Annan, a nommé vendredi le Nigérian Ibrahim Gambari comme son Conseiller pour les Missions Spéciales en Afrique, avec niveau de Secrétaire Général adjoint. Les domaines de priorité de M. Gambari incluront l'Af rique Centrale et la région des Grands Lacs, ainsi que l'Angola et l'Afrique Australe, a déclaré à la presse à New York le porte-parole de M. Annan, Fred Eckhard. L'envoyé spécial de M. Annan pour l'Afrique, Mahmoud Sahnoun, concentrera son action sur l'Afrique du Nord et la Corne de l'Afrique, en particulier l'Erythrée, l'Ethiopie et le Soudan, a ajouté M. Eckhard. M. Gambari est nommé pour une période initiale d' un an à dater du 1er décembre.

Nairobi, le 6 décembre 1999 [FIN]

[ UN IRIN-CEA: Tel: +254 2 622 147, Fax: +254 2 622 129, e-mail: irin-cea@ocha.unon.org ]

Item: irin-french-842

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un departement d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne refletent pas necessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous reimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette reserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une reference aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archives sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 1999