Burundi + 2 more

Bulletin quotidien d'information No. 815 pour la région des Grands Lacs

Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
Réseau intégré d'information régional
Pour l'Afrique centrale et de l'Est
Tel : +254 2 622147
Fax : +254 2 622129
E-mail : irin@ocha.unon.org

RDC: 20 000 évacués après les inondations à Kinshasa

Les inondations à Kinshasa, provoquées par les niveaux d'eau record du fleuve Congo, ont obligé les autorités de la ville et les ONG à évacuer 20 000 personnes de leurs habitations dans 13 des 24 communes de la capitale, a signalé jeudi le Bureau de Coord ination des Affaires Humanitaires (BCAH). Etant donné que la saison des pluies devrait connaître son point culminant au cours de ce mois-ci et que deux tiers de Kinshasa sont vulnérables aux inondations, "le risque est grand de devoir déplacer une grande partie des six millions d'habitants de Kinshasa vers des lieux plus sûrs", avertit un rapport du BCAH sur les inondations.

Les sources d'eau potable risquent d'être contaminées et la montée des eaux menace l'installation hydraulique d'Inga qui fournit l'électricité à Kinshasa et à la capitale de la République du Congo, Brazzaville, précise le rapport. Les autorités sanitaires sont préoccupées du fait que le système d'assainissement à Kinshasa est déjà précaire et le choléra endémique. Un comité de crise présidé par le Ministère de Santé a appelé les donateurs à fournir une assistance, et la liste préli minaire des besoins "en cas de détérioration drastique de la situation" inclut: tentes, métrages de plastique, sels de réhydratation orale, chlorine, kits médicaux, ustensiles de cuisine, carburants et denrées alimentaires pour environ 500 000 personnes p endant trois mois, a ajouté le BCAH.

[Voir le Rapport de Situation du BCAH sur le site internet http://www.reliefweb.int]

RDC: Les rebelles cèdent Bokungu

Le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) a annoncé vendredi qu'il avait cédé jeudi la ville stratégique de Bokungu, dans la Province de l'Equateur, aux forces qui soutiennent le gouvernement, après d'intenses bombardements. Les rebelles n'ont pu résister aux assauts portés par hélicoptère et par voie fluviale à Bo kungu, au nord-ouest du pays, mais se sont repliés sur une nouvelle ligne de défense d'o=F9 ils peuvent empêcher le gouvernement et les forces zimbabwéennes d'accéder aux forces alliées assiégées à Ikela, a déclaré le porte-parole du RCD, Kin-Kiey Mulumba, cité par l'agence de presse Associated Press. Il y a eu "une attaque massive" de l'alliance gouvernementale, impliquant trois canonnières, quatre hélicoptères et des bombardiers Antonov, a affirmé M. Mulumba.

RDC: Le Zimbabwe admet avoir bombardé des positions rebelles

Dans la capitale du Zimbabwe, Harare, un porte-parole de l'armée, le colonel Chancellor Diye, a confirmé que ses forces avaient utilisé des frappes aériennes et des canonnières contre les rebelles, au cours de ce qui a été qualifié de pires combats depuis l'accord cessez-le-feu de Lusaka. Il a prévenu qu'elles continueraient cette offensive jusqu'à ce qu'elles forcent le passage et puissent joindre les forces zimbabwéennes à Ikela, ont rapporté les agences de presse. "Ces forces sont cernées à l'aéroport. Les rebelles les bombardent dans leurs positions et essayent de couper les lignes d'approvisionnement vers Ikela", a expliqué le colonel Charles Maredza, cité par la BBC. Ikela a été désignée zone sous contrôle gouvernemental par l'accord de Lusaka, a in diqué M. Diye.

RDC: Kinshasa demande à l'OUA de témoigner des violations du cessez-le-feu

Parallèlement, les Forces armées congolaises (FAC) ont affirmé jeudi qu'elles avaient subi des attaques incessantes "sur toutes les positions des FAC", et ont à nouveau déclaré que des rebelles angolais de l'UNITA étaient impliqués. L'armée gouvernemental e a condamné "l'attaque et l'occupation de Basankusu", dans la Province de l'Equateur, mardi, ainsi que l'action des rebelles à Kimpangu, dans la Province du Bas-Congo, de dimanche à mardi, a rapporté jeudi la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC). Les forces gouvernementales "respectent les accords de Lusaka" et dénoncent les violations répétées du cessez-le-feu par les rebelles, indique un communiqué qui appelle l'OUA et les observateurs militaires en RDC à "témoigner de ces violations".

BURUNDI: Mandela se prépare à son rôle de médiation

L'ancien Président sud-africain, Nelson Mandela, est prêt à se mettre au travail, ce week-end, dans son nouveau rôle de facilitateur des pourparlers de paix pour le Burundi; le juge Mark Bomani (figure de proue du processus de paix d'Arusha sous le mandat de feu Julius Nyerere) est attendu samedi en Afrique du Sud pour le mettre au courant, a indiqué le porte-parole de M. Mandela, Parks Mankahlana, cité par les agences de presse. Le Président sud-africain, Thabo Mbeki, a déclaré que la nomination de M. Ma ndela était une marque de confiance en la capacité de l'Afrique du Sud d'aider à résoudre les conflits régionaux, que son gouvernement ferait "tout ce qui est en son pouvoir" pour aider M. Mandela, et qu'il avait déjà envoyé de hauts responsables pour soutenir le processus de paix.

BURUNDI: Ne pas laisser mourir l'espoir, exhorte Refugees International

Si "la triste réalité a fortement limité la réponse humanitaire au Burundi", il ne faut pas que les populations vulnérables du pays soient livrées à elles-mêmes, et la communauté internationale doit faire tout ce qu'elle peut pour aider la société civile à traverser la crise actuelle, a exhorté l'ONG Refugees International. "Nous devons faire des investissements modestes qui passent des actions de secours transitoires à des projets de développement, pour montrer au gens qu'une amélioration est possible. C es programmes peuvent être mis en place dans les régions du pays qui restent sûres. Ils consolident la paix en amenant les gens à se concentrer sur l'avenir plutôt que sur le passé", a indiqué l'ONG dans un communiqué de presse.

Il ne suffit pas de soutenir le processus de paix et de faire clairement savoir qu'aucune aide au développement ne sera accordée tant que la sécurité et l'accès des travailleurs humanitaires ne seront pas assurés; les donateurs doivent également élaborer ensemble des plans pour remettre le Burundi sur le chemin du développement dès qu'un cessez-le-feu sera en place, a déclaré Refugees International. "Avoir ces plans prêts et sur la table est l'une des choses les plus importantes qu'ils puissent faire pour convaincre toutes les parties de progresser rapidement vers une solution pacifique", estime l'ONG, qui ajoute que les donateurs et les ONG devraient travailler en étroite collaboration avec les groupes de la société civile pour soutenir la réhabilitation dans les régions sûres, et planifier des programmes de transition dès qu'ils sont réalisables.

[Voir le document 'Give Burundi A Chance' sur le site internet http://www.refintl.org]

RDC-RWANDA: Le Rwanda est prêt à retirer ses troupes, affirme Kagamé

Le Vice-Président rwandais et Ministre de la défense, Paul Kagamé, a déclaré que son gouvernement était prêt à retirer ses troupes de RDC si les préoccupations du Rwanda étaient prises en compte. "nous n'avons rien à faire au Congo", a déclaré M. Kagamé d ans une interview exclusive accordée au quotidien allemand 'Die Tageszeitung', au cours d'une visite officielle à Berlin cette semaine. A la question de savoir si le Rwanda retirerait ses troupes si une force des Nations Unies était envoyée en RDC, M. Kag amé a répondu: "Que ce soit les Nations Unies ou quelqu'un d'autre, même un pays seul qui remplacerait nos forces et prendrait en considération nos préoccupation de sécurité, nous retirerions nos troupes le jour même".

Pendant sa visite en Allemagne, M. Kagamé a déclaré que la situation "restait volatile" dans la région des Grands Lacs, en raison notamment du grand nombre d'Interahamwe et autres milices opérant en RDC, a rapporté jeudi Radio Rwanda. M. Kagamé s'est dit optimiste qu'une "solution à long terme au problème soit trouvé" si les signataires de l'accord de Lusaka le respectent, mais a souligné que "si la communauté internationale avait répondu avait plus de diligence pour soutenir l'accord de Lusaka, cela aura it permis de contenir la situation volatile en RDC".

RWANDA: Introduction officielle de l'appel contre la décision de libérer Barayagwiza

Le Procureur général du Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) a officiellement introduit mercredi sa demande de révision de la décision de la Chambre d'appel du Tribunal de libérer le présumé génocidaire, Jean-Bosco Barayagwiza, pour vice de forme, a déclaré jeudi à la presse le porte-parole du Secrétaire Général des Nations Unies, Fred Eckhard. Mme del Ponte a déclaré qu'elle souhaitait pouvoir présenter de nouveaux faits qui devraient pouvoir entraîner une annulation de la décision; une alt ernative, a-t-elle indiqué, serait que le tribunal d'appel abandonne la clause stipulant que la libération doit se faire "au préjudice" du Procureur, ce qui permettrait au TPIR de procéder à une nouvelle arrestation de M. Barayagwiza, selon l'agence de pr esse indépendante Hirondelle. "Aucune date n'a été fixée pour que la Chambre rende sa décision", a déclaré jeudi M. Eckhard.

Ce dernier a par ailleurs indiqué que l'inculpation d'un ancien haut responsable rwandais arrêté en France la semaine dernière (c'était la première fois qu'une personne accusée par le Tribunal était arrêtée in France) a été "officiellement scellée" jeudi, et que les arrangements étaient pris pour le transfert de l'accusé vers Arusha. Selon de nombreuses sources, le suspect serait Jean de Dieu Kamuhanda, Ministre de l'éducation supérieure, de la recherche et de la culture du gouvernement intérimaire qui à présidé au génocide de 1994, arrêté le 26 novembre dans la ville française de Bourges.

Nairobi, le 3 décembre 1999 [FIN]

[ UN IRIN-CEA: Tel: +254 2 622 147, Fax: +254 2 622 129, e-mail: irin-cea@ocha.unon.org ]

Item: irin-french-840

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un departement d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne refletent pas necessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous reimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette reserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une reference aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archives sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 1999