Burundi + 3 more

Bulletin hebdomadaire no 35-98 d'information sur l'Afrique Centrale et de l'Est

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau pour la Coordination des Affaires Humanitaires / IRIN pour l'Afrique Centrale et de l'Est
Tel: +254 2 622 147
Fax: +254 2 622 129
e-mail: irin@ocha.unon.org

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC)

Les combats font rage autour de Kinshasa, Kisangani est tombee

Les combats ont fait rage toute la semaine a la peripherie de la capitale de la RDC, Kinshasa. Les forces gouvernementales, soutenues par l'Angola et le Zimbabwe, ont essaye de repousser les rebelles. Le Rassemblement rebelle congolais pour la democratie (RCD) a subi des revers sur son front occidental, mais aurait fait des prises sur le front oriental. Les rebelles ont admis avoir perdu la base militaire de Kitona suite a l'arrivee de troupes angolaises et zimbabweennes, venues pour appuyer le President Laurent-Desire Kabila. Cependant, dimanche dernier, ils ont pris la troisieme plus importante ville du pays, Kisangani, alors que les troupes gouvernementales ont fui leur avance. Le porte-parole du gouvernement de la RDC, Didier Mumengi, a fait savoir a l'AFP que les villes de Muanda, Banana, et Boma, sont retournees aux mains du gouvernement. Les forces rebelles ont egalement indique qu'elles avaient pris la ville de Kalemie situee sur le lac Tanganyika dans la province du Katanga. Cette declaration n'a pas ete confirmee de source independante.

Le President du RCD, Ernest Wamba dia Wamba, a accuse Kabila d'internationaliser le conflit, qui, selon lui, ne pourrait etre resolu que "politiquement et pacifiquement". Il a par la suite envoye un message au gouvernement angolais, cherchant a le rassurer que son mouvement n'etait pas en collaboration avec l'UNITA. Vendredi, le gouvernement rwandais a fait savoir "qu'il se reservait le droit de s'impliquer" dans le conflit". Dans un communique, il a decrit l'accusation faite par Kabila au sujet d'une invasion rwandaise comme etant "des mensonges malicieux et gratuits". Le communique demande instamment un cessez-le-feu immediat. Le President ougandais, Yoweri Museveni, a declare samedi que l'Ouganda, "si l'intervention unilaterale s'intensifiait, pourrait etre oblige... d'entreprendre une action independante pour proteger ses propres interets de securite". Le Rwanda a mercredi accuse Kabila d'avoir "un genocide pour ordre du jour" contre les peuples banyamulenge et banyarwandais. Le Ministre rwandais au bureau de la presidence, Patrick Mazimhaka, a declare que plus d'une centaine de corps de Tutsis avaient ete trouves a Kinshasa. "Le Rwanda pourrait se lancer dans la guerre du Congo, si necessaire, si Kabila poursuit son plan d'exterminer les gens sous pretexte qu'ils sont tutsis", a-t-il mis en garde, selon l'Agence rwandaise d'information.

Kinsangani n'a pas ete bombardee, selon les habitants

Les habitants de Kisangani ont informe IRIN qu'il n'y avait pas eu de bombardements aeriens sur la ville meme par avions de combats angolais et zimbabweens, comme l'avait pretendu un des chefs rebelles. Les sources ont fait savoir que la ville etait calme et que les troupes rebelles etaient surtout composees de Rwandais, de Banyamulenge et de Katangais. Le Gouverneur de la province orientale, Yagi Sitolo, a fui l'avance rebelle dans un avion de fret. D'autres sources ont informe IRIN que des combats se deroulaient au sud de la ville de Mbuji-Mayi, lorsque les forces gouvernementales ont identifie des troupes rwandaises.

Par ailleurs, un couvre-feu nocturne a ete instaure a Kinshasa. Le Ministre congolais de l'information, Didier Mumengi, a exhorte la population a rester calme, mercredi a la radio. Il a indique qu'une operation de ratissage etait en cours pour chasser les rebelles hors de la peripherie de la capitale. La presse a rapporte de violents combats autour de l'aeroport, mais a precise qu'on ne savait pas "qui avait le dessus". M. Mumengi a egalement fait savoir qu'il y avait eu une "volte-face en faveur de nos soldats", alors que d'un autre cote, un des dirigeants rebelles, Bizima Karaha, a fait savoir aux agences de presse que les forces rebelles avaient attaque "l'aeroport de Kinshasa et controlaient certains quartiers de la capitale".

Capture de soldats rwandais et ougandais

Des soldats rwandais et ougandais ont ete captures par les forces angolaises lorsque ces dernieres ont pris la base aerienne de Kitona alors qu'elle arrivaient en RDC en passant par l'enclave de Cabinda, ont fait savoir des sources militaires zimbabweennes. Selon un bulletin d'informations militaires, le nombre des rebelles sur le front occidental s'eleverait a 6 000 soldats, mais une avant-garde a ete arretee par les troupes zimbabweennes a une centaine de kilometres de Kinshasa, pres de Madimba. Harare a fait savoir que la prochaine cible de la force multinationale etait le barrage d'Inga, centrale hydro-electrique situee sur le fleuve Congo.

Selon le Vatican, 200 personnes ont ete tuees dans l'est du pays

Le Vatican pretend que 207 personnes ont ete massacrees dans l'est de la RDC, lors d'une attaque sur une mission catholique de Kazika, pres d'Uvira. Les missionnaires italiens et le Vatican ont rejete la responsabilite de cette attaque sur les Banyamulenge. Les informations ulterieures parlaient de la mort de 37 Congolais, dont un pretre et trois soeurs. Par ailleurs, la radio rwandaise a rapporte la presumee decouverte de charniers de Banyamulenge et de Rwandais pres de Kisangani.

Le Zimbabwe rejette l'appel au retrait

Le President zimbabween, Robert Mugabe, a rejete l'appel au retrait de toutes les troupes etrangeres en RDC, lance par l'envoye special americain, Howard Wolpe, a rapporte la radio officielle. M. Mugabe a, a la place, appele au retrait des forces "qui ont envahi" ce pays. M. Wolpe se trouvait a Harare dans le cadre d'une tournee regionale afin de negocier a cessez-le-feu. Toujours selon la radio, M. Mugabe a accuse certains gouvernements de parler de paix le jour et d'aider les rebelles la nuit. Il aurait declare qu'une "telle hypocrisie" sera mise a jour.

En reponse a cette raillerie, le porte-parole du President sud-africain Nelson Mandela, a declare que la question de savoir qui etait l'agresseur en RDC devait etre geree collectivement par tous les dirigeants de l'Afrique Australe, a rapporte la SAPA. "Le President Mandela pense que quelque soit les differences de tactiques entre les autres etats de la SADC et le Zimbabwe, tout le monde veut faire la paix sur le continent, y compris le President Mugabe", a indique le porte-parole, Parks Mankahlana. L'angola et le Zimbabwe n'etaient pas presents lors du sommet de la SADC, organise par M. Mandela pendant le week-end, qui a appele a un cessez-le-feu immediat. Par ailleurs, la mission regionale de paix, dirigee par le Ministre sud-africain des affaires etrangeres, Alfred Nzo, a ete repoussee jeudi, a cause des combats. La delegation des quatre ministres des affaires etrangeres de la Mozambique, de la Tanzanie et de la Zambie ont lance un nouvel appel a un cessez-le-feu, apres s'etre entretenu avec le Secretaire general de l'OUA, Salim Ahmed Salim, a rapporte la SAPA.

Le Zimbabwe envoie des renforts

Le journal officiel du Zimbabwe 'Herald' a annonce jerudi que des renforts avaient ete depeches a Kinshasa. Il a precise que des troupes zimbabweennes etaient en pleine action, depuis une journee entiere, dans le sud-est de Kinshasa et que des centaines de rebelles avaient ete tues et faits prisonniers. Il a ajoute que les pertes zimbabweennes s'elevaient a 2 morts et 15 blesses. Un analyste specialise dans le domaine de la defense a informe IRIN que la tactique "puissance de feu" etait utilisee, impliquant a la fois des helicopteres armes et des operations au sol.

Interruption de l'aide aux refugies angolais

Le HCR a rapporte que les combats en RDC avaient provoque l'interruption de l'assistance apportee a environ 25 000 refugies angolais, qui sont arrives depuis la mi-juin principalement dans la region de Kisenge, dans la province du Katanga. Le HCR leur avait distribue une ration alimentaire d'un mois, et se preparait a transporter une nouvelle ration de trois mois depuis Lubumbashi.

RWANDA

Davantage de distributions de nourriture dans le nord-ouest

Quelque 277 000 beneficiaires dans les prefectures de Ruhengeri et de Gisenyi, au nord-ouest du pays, ont recu 2 327 tonnes de nourriture depuis le mois de mai, a rapporte le PAM dans son dernier bulletin d'information sur les urgences. Les distributions de nourriture, qui ont commence le 15 juillet dans la prefecture de Ruhengeri, sont entrees dans leur deuxieme phase: Les gens, qui ont acces a la terre, ne recevrons plus qu'une demie ration. Ceux qui vivent dans des regions ou les taux de malnutrition sont encore eleves, sans opportunite de travail et ou la production agricole est faible, vont continuer a recevoir des rations completes, a ajoute le PAM.

Le TPIR fixe la date de l'audience prealable au jugement de Kambanda

L'ancien premier ministre rwandais, Jean Kambanda, devrait comparaitre devant le Tribunal penal international pour le Rwanda (TPIR) a Arusha le 3 septembre prochain pour une audience prealable au jugement, a rapporte l'agence de presse independante Hirondelle. Elle a rappele qu'en mai dernier, M. Kambanda avait plaide coupable des six chefs d'accusasion de genocide et de crimes contre l'humanite portes contre lui. Un accord aurait deja ete conclu entre M. Kambanda et le procureur, qui ne sera revele qu'apres le jugement, mais l'agence de presse a indique que l'accuse pourrait etre appele a temoigner contre d'autres suspects de genocide.

Date a venir pour le verdict d'Akayesu

En outre, le TPIR devrait rendre son premier verdict le 2 septembre, a declare Hirondelle. Presque quatre ans apres sa creation, le Tribunal va prononcer son verdict contre l'ancien maire de Taba, Jean-Paul Akayesu dont le proces s'est termine en mars dernier. Aucune date n'a ete fixee pour le jugement, a precise Hirondelle.

SOUDAN

Khartoum condamne le raid americain

Le President soudanais Omar al-Bashir a condamne et decrit l'attaque americaine avec des missiles de croisiere du 20 aout sur Khartoum comme etant "un acte d'agression". M. Bashir a dementi les allegations de Washington pretendant que le site attaque, l'usine pharmaceutique d'al-Shifaa, etait un lieu de fabrication d'armes chimiques. Dans un discours televise, M. Bashir a declare que tout le monde savait que cette entreprise fabriquait des medicaments et avait ete regulierement visitee par les dignitaires etrangers.

Sept personnes auraient ete blessees au cours de cette attaque avec des missiles tires depuis des bateaux de guerre americains naviguant en mer Rouge. En signe de protestation, des manifestants ont penetre dans l'ambassade americaine en scandant des slogans anti-americains. Un communique publie par le syndicat des etudiants et diffuse sur la television officielle, a promis une revanche, et a declare que "des attentats a la bombe sur des locaux americains allaient avoir lieu".

Museveni soutient l'action americaine

Le dirigeant ougandais, Yoweri Museveni, a cependant exprime son "fort soutien" a l'action americaine contre "les terroristes". Un communique de presse de la presidence reçu par IRIN, declarait que les usines attaquees fabriquaient des explosifs, et les liaient aux recents attentats a la bombe, qui ont eu lieu a Nairobi et a Dar es-Salaam. Pendant la semaine, des rebelles soupçonnes d'etre musulmans, en Ouganda, auraient tue 28 personnes lorsqu'une grenade a explose dans un bus pres de Mbarara. M. Museveni a reagi avec colere a l'attaque et a jure d'ecraser les groupes rebelles operant dans son pays.

'Human Rights Watch' appelle a un embargo international sur les armes

'Human Rights Watch' (HRW) a lance un appel pour un embargo international sur les armes aussi bien contre le gouvernement du Soudan que contre les rebelles soudanais, les accusant tous les deux de graves violations des droits de l'homme et du droit humanitaire international. Le rapport reçu jeudi par IRIN, detaille egalement des allegations concernant la production d'armes chimiques et d'entreposage effectues par le gouvernement de Khartoum.

Le rapport, intitule "Global Trade, Local Impact: Arms Transfers to All Sides in the Civil War in Sudan" (http://www.hrw.org), documente une serie de conflits de plus en plus intensifs et de conflits au sein des conflits, qui sont generalement ignores du grand public, mais pas des marchands d'armes.

Plus de 55 000 personnes deplacees a Kassala depuis le mois de janvier

Une recente mission conjointe, composee de l'ONU, du gouvernement soudanais, et de quelques ONG dans la region de Kassala estime a 55 876 le nombre total de personnes deplacees depuis le debut des combtas en janvier dernier, a rapporte le PAM. Il a precise que les recents affrontements le long de la frontiere soudano-erythreenne avaient entraine le deplacement de 19 432 personnes. Le PAM a immediatement organise une intervention alimentaire ciblant 20 000 personnes, en attendant une verification du nombre total de beneficiaires. Le gouvernement a pour sa part accepte de reinstaller les personnes nouvellement deplacees dans cinq endroits differentes. Par ailleurs, environ 1 700 personnes dans la ville de Kassala sont desormais sans abri, suite a la crue du fleuve Gash. Les familles touchees par les inondations cherchent actuellement refuge dans les ecoles.

Les personnes deplacees a Wau menacees par le manque de structures sanitaires

Le manque de structures sanitaires et d'eau potable dans la ville de Wau, dans le Bahr el-Ghazal, continue de menacer l'etat de sante precaire des personnes deplacees, a egalement rapporte le PAM. Beaucoup de nouveaux arrivants n'ont pas d'abri approprie et la fourniture de produits non-vivres est urgente, afin d'ameliorer la situation. Le PAM a declare que l'Equipe de reponse aux urgences etait en train de considerer le transfert d'une partie de la population deplacee vers un camp existant, evacue quand les combats ont commence a Wau en janvier dernier. Selon le PAM, 72 102 personnes ont jusqu'a present reçu une assistance alimentaire dans la ville de Wau, et les programmes de nourriture cuisinée fournissent actuellement des repas a 5 016 beneficiaires.

BURUNDI

Des refugies arrivent toujours de la RDC

Des refugies continuent a arriver dans la province de Cibitoke, fuyant les combats en RDC, a rapporte le bureau d'OCHA au Burundi. Il a indique que le nombre total d'arrivees depuis le declenchement du conflit au debut du mois, s'elevait au 16 aout a 2 961 personnes, comptant 400 arrivees par jour. Le HCR, en collaboration avec le Ministere de la reinstallation, a commence a enregistrer les nouveaux arrivants, qui sont accueillis sur trois sites differents a Rugombo et sur cinq autres a Buganda.

Une soixantaine de rebelle tues lors d'une operation militaire

Une soixantaine de rebelles ont ete tues mercredi lors d'une operation militaire dans la commune de Mutambu, situee a environ 20 km de la capitale Bujumbura, a rapporte l'AFP, citant une source militaire. Le porte-parole de l'armee, Isaie Nbizi, a declare que l'operation avait cible un groupe rebelle qui attaquait regulierement les camps de deplaces dans la province de Bubanza, au nord du pays. Le groupe se dirigeait vers le sud en direction de la Tanzanie afin de "se ravitailler", a-t-il indique, ajoutant que des armes et des documents avaient ete saisis lors de l'operation.

Nairobi, vendredi 29 aout 1998

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un departement d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne refletent pas necessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Pour plus d'information ou abonnement, veuillez contacter UN IRIN-CEA: Tel: +254 2 622 147, Fax: +254 2 622 129, e-mail: irin@ocha.unon.org. Si vous reimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette reserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une reference aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archives sur internet sous : http://www.reliefweb.int/, ou bien peuvent etre retrouves automatiquement par courrier electronique sous : archive@ocha.unon.org. Mailing liste: irin-cea-francais-hebdo]