Burundi + 8 more

Bulletin hebdomadaire d'information 13 pour l'Afrique Centrale et de l'Est

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
Réseau intégré d'information régional
Pour l'Afrique centrale et de l'Est
Tel : +254 2 622147
Fax : +254 2 622129
E-mail : irin@ocha.unon.org

CORNE DE L'AFRIQUE: Plus de 12 millions de gens menacés de famine

Plus de 12 millions de personnes pourraient avoir besoin d'une aide alimentaire d'urgence, à cause de la sécheresse dans la Corne de l'Afrique, a prévenu le PAM jeudi. Dans un communiqué de presse, l'organisation indique que d'autres facteurs affectent également la situation humanitaire dans la région, notamment la persistance des conflits armés et la présence de centaines de milliers de réfugiés et personnes déplacées. Le Directeur exécutif du PAM, Catherine Bertini, a été nommée envoyée spéciale du Secrétaire Général de l'ONU pour la sécheresse dans la région, et se rendra en Ethiopie, à Djibouti, au Kenya et en Erythrée le mois prochain. "Cette catastrophe peut être évitée avec une aide appropriée des donateurs", a déclaré la Coordinatrice adjointe du Secours d'Urgence de l'ONU, Carolyn McAskie, à New York. Selon le PAM, l'Ethiopie est le pays le plus touché et représente 80 pour cent des besoins alimentaires globaux. L'Erythrée, la Somalie, le Soudan, le Kenya, Djibouti et l'Ouganda sont également touchés.

ETHIOPIE: La guerres restreint les capacités du gouvernement, selon SCF

La sécheresse actuelle, la réduction de la taille des fermes, la baisse des opportunités d'emploi et l'érosion des stratégies communautaires de survie vulnérabilisent un nombre croissant de personnes mais certains problèmes structurels aggravent considérablement la situation, indique Save the Children (SCF) dans un rapport. Les principaux chargements de vivres n'étant pas attendus avant juin, la baisse des Réserves de Sécurité Alimentaire en Ethiopie, à environ 60 000 tonnes (soit nettement moins qu'une seule distribution mensuelle), est particulièrement préoccupante, indique le rapport de SCF. De plus, la guerre avec l'Erythrée a eu "un impact dramatique sur la sécurité alimentaire" car elle détourne les capacités de transport et fait grimper les coûts; elle empêche l'accès aux ports érythréens de Massawa et Assab, ce qui entraîne une dépendance dangereuses vis à vis de Djibouti; et coupe les ménages des régions rurales de leurs sources traditionnelles de revenus supplémentaires en Erythrée et au Tigré occidental, ajoute SCF. De sérieux doutes sont émis quant à la capacité de l'Ethiopie à transporter les 120 000 tonnes d'aide alimentaire par an envisagées pour cette année, surtout si la guerre, qui connaît actuellement une période d'accalmie, se déchaîne à nouveau, ajoute l'organisation.

ETHIOPIE-ERYTHREE: Report des 'pourparlers de proximité'

Les 'pourparlers de proximité' sur la question des modalités techniques du plan de paix de l'OUA n'ont pas eu lieu le vendredi 24 mars, mais ont été reporté du fait que l'Erythrée insistait pour que soient clarifiés d'avance le format des discussions et les questions spécifiques à aborder. Dans un communiqué publié par le gouvernement, l'Erythrée a exprimé sa volonté de coopérer aux efforts déployés actuellement par l'OUA pour établir la paix mais a demandé, "pour garantir le succès de la nouvelle série d'efforts," que "les questions spécifiques à débattre ainsi que le format et les modalités des discussion soient totalement clarifiés à l'avance". Le gouvernement érythréen insiste également sur le fait que l'OUA doit officiellement annoncer que les arrangements techniques, "qui ont été soumis comme non amendables", sont maintenant sujets à discussion par les deux parties.

DJIBOUTI: Le dirigeant pur et dur du FRUD rentre d'exil

Ahmed Dini, président de la faction armée afar pure et dure, le Front pour la Restauration de l'Unité et la Démocratie (FRUD), est rentré à Djibouti mercredi matin, après neuf années d'exil, a rapporté l'Agence France Presse. Le retour du Yémen de M. Dini fait suite à la signature, en février dernier, d'un accord de paix entre le gouvernement et le FRUD, qui prévoit une cessation des hostilités, une amnistie générale pour tous les combattants du FRUD en exil, et la libération des prisonniers détenus par les deux camps, a ajouté l'agence. Le FRUD a été lancé en tant que mouvement rebelle en 1991 par les Afars, seconde communauté du pays qui vit principalement dans la moitié nord du pays. Une faction a fait la paix et formé une coalition avec le gouvernement en 1994, mais le FRUD "combattant" de M. Dini est resté fidèle à la résistance armée.

SOMALIE: Suspension des opérations des Nations Unies à Kismayo

Toutes les opérations terrestres et aériennes des Nations Unies dans la région de Kismayo ont été suspendues jusqu'à nouvel ordre, après qu'un appareil des Nations Unies transportant un pilote et trois membres du personnel international d'UNICEF ait été la cible de tirs alors qu'il décollait de l'aéroport. Selon un communiqué de presse des Nations Unies, personne n'a été blessé dans la fusillade mais des balles ont traversé l'appareil. Cependant, l'avion a pu poursuivre sa route et a atterri à Baidoa. Cette fusillade s'est produite le lendemain du jour o=F9 le représentant d'UNICEF pour la Somalie avait visité Kismayo pour explorer la possibilité de reprendre le travail humanitaire des Nations Unies dans la région, selon le communiqué.

SOUDAN: Le gouvernement aurait perturbé les vaccinations à Nuba

Le groupe rebelle 'Sudan People's Liberation Army/Movement (SPLA/M) a accusé mardi le gouvernement de violer son propre cessez-le-feu en lançant une offensive militaire sur quatre fronts à Heiban, Buram, Western Jabal et Dalami, dans la région de Kordofan, au sud des Monts Nuba. Le porte-parole du SPLM, Samson Kwaje, a indiqué que 8 000 personnes avaient été déplacées rien qu'à Buram, et avaient un besoin urgent d'aide humanitaire, puisque leurs champs et leurs greniers ont été pillés ou incendiés. Il a également condamné le refus du gouvernement d'autoriser les vols des Nations Unies qui devaient partir mardi pour la seconde phase d'une campagne de vaccination contre la polio dans les Monts Nuba.

L'opération Lifeline Sudan (OLS) a indiqué jeudi à IRIN que la seconde série de vaccinations dans la région de Nuba, prévue pour cette semaine, avait été reportée du fait que l'accord du gouvernement sur les Jours de Tranquillité nécessaires pour l'opération n'avaient pu être obtenu. Les négociations se poursuivaient pour fixer les dates auxquelles la seconde phase de la campagne de vaccination pourrait avoir lieu.

SOUDAN: Les rebelles attaquent le stratégique aéroport de Kassala

Le commandant du SPLM, John Garang, a indiqué jeudi que ses combattants étaient responsables de l'attaque contre l'aéroport de Kassala, une ville du nord-est du pays, attaque au cours de laquelel auraient été détruits, selon lui, un bombardier Antonov, le dépôt de carburant de l'aéroport et les principaux magasins de munitions. L'armée soudanaise a reconnu que la tour de l'aéroport avait été attaquée mais n'a mentionné aucun dégâts, selon la BBC. M. Garang a déclaré que l'avion avait été visé car c'est l'un de ceux qui ont bombardé des civils au sud du Soudan, et parce qu'il servait à transporter les troupes des bases de Juba et Wau, au sud du pays, vers l'offensive gouvernementale sur le front est. L'attaque est "très grave" puisque Kassala est située sur la route principale reliant Khartoum à Port Sudan, par laquelle sont acheminées toutes les importations et exportations du pays, a ajouté la BBC.

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO: Les Mayi-Mayi encerclent des Banyamulenge

Selon certaines informations, les milices Mayi-Mayi auraient encerclé la région du Moyen Plateau, au Sud Kivu, et lancé des attaques contre la population tutsie banyamulenge qui y réside, ont indiqué jeudi à IRIN des sources humanitaires indépendantes. Les Mayi-Mayi seraient sous commandement zimbabwéen, et des sources banyamulenge parlent de lourdes pertes en vies humaines. Ce bilan n'a pas été confirmé de source indépendante, mais la communauté banyamulenge du Sud Kivu a publié, le 19 février dernier, un communiqué annonçant qu'une "campagne pour les exterminer" étaient en préparation. Des tracts anti-banyamulenge ont été distribués à Bukavu, et Radio Patriote, la radio de propagande haineuse anti-tutsi a repris ses émissions. Des sources humanitaires ont indiqué à IRIN que 700 Banyamulenges avaient fui vers la capitale burundaise, Bujumbura, depuis le début de l'année.

RDC: Appel au calme à Kisangani

L'Ouganda et le Rwanda ont tous deux expliqué qu'il n'était pas dans leur intérêt de fomenter une crise qui risquerait d'engendrer des affrontements entre leurs troupes dans la ville congolaise de Kisangani, huit mois après les graves combats qui ont fait des centaines de morts militaires et civils. "Nous avons appelé les Ougandais à s'occuper de leurs troupes", a indiqué mercredi à IRIN le major Emmanuel Ndahiro, porte-parole du président intérimaire rwandais et ministre de la défense, Paul Kagamé. Ces commentaires intervenaient à la suite d'un communiqué publié dimanche par le groupe rebelle RCD-Goma, soutenu par le Rwanda, qui accusait l'Ouganda de masser des troupes à Kisangani "d'une manière qui rappelle ce qui a précédé les combats d'août 1999" entre forces ougandaises et rwandaises.

L'Ouganda a démenti qu'il y ait des tensions à Kisangani. "Il n'y a rien que l'on puisse qualifier de tension à Kisangani, nous sommes en contact régulier avec nos gens sur le terrain et la vie suit son cours normal", a déclaré à IRIN le lieutenant-colonel Noble Mayombo, directeur adjoint du service du renseignement militaire ougandais. "En ce qui concerne l'armée ougandaise, il n'y a pas lieu de s'inquiéter".

BURUNDI: Reprise du processus de paix

Le processus de paix pour le Burundi a repris lundi à Arusha, au nord de la Tanzanie, en présence de plusieurs chefs d'Etat et du facilitateur, Nelson Mandela. Les dirigeants africains, dont les présidents Daniel arap Moi du Kenya, Sam Nujoma de Namibie, Yoweri Museveni d'Ouganda, Pierre Buyoya du Burundi, Benjamin Mkapa de Tanzanie et un ministre libyen, se sont réunis à huis clos avant la réunion, a rapporté la radio kenyane. Les spécialistes de la région soulignent que le processus de paix d'Arusha a reçu une nouvelle impulsion avec l'inclusion des groupes rebelles armés, bien que ceux-ci n'aient pas participé à la présente série de pourparlers.

BURUNDI: Il est trop tôt pour un accord, prévient Buyoya

S'exprimant à l'aéroport de Bujumbura, dimanche, avant de s'envoler pour Arusha, le président Pierre Buyoya, a déclaré que si les pourparlers paix étaient à un stade avancé, il n'en restait pas moins que trop peu de progrès avaient été accomplis pour qu'un accord de paix puisse être conclu. "Il n'y aura pas d'accord de paix à la réunion qui commence demain [lundi]...ce n'est pas possible", a-t-il déclaré, selon Radio Umwizero, qui émet depuis Bujumbura. M. Buyoya a souligné que les pourparlers n'avaient pas encore commencé à propos de la question d'un cessez-le-feu, lequel doit précéder la signature d'un accord de paix.

BURUNDI: Des délégués ne sont pas satisfaits de la proposition d'accord

Certains délégués au processus de paix d'Arusha se sont déclarés insatisfaits de la proposition d'accord de 200 pages qui leur a été soumise cette semaine par les médiateurs, car ils estiment qu'elle ne contient rien de nouveau. "Pour nous, ce n'est pas une proposition d'accord mais une compilation des différentes positions exprimées par les différentes délégations aux négociations", a déclaré à l'AFP Godefroid Hakizimana, président du Parti Social Démocrate (PSD, pro-tutsi). Le porte-parole du CNDD, Jean- Marie Sinjourigaya, ne disait pas autre chose. "Ce projet d'accord ne propose rien de nouveau par rapport aux documents qui ont été distribués fin février", a-t-il déclaré à l'agence de presse. "C'est une compilation ... du travail que nous avons déjà fait". Les questions qui doivent encore être discutées incluent la réforme de l'armée, le futur système électoral et les modalités de la transition.

RWANDA: Découverte d'un mémorandum de l'ONU sur le crash de 1994

Le porte-parole de l'ONU, Fred Eckhard, a signalé que l'organisation avait découvert un "mémorandum interne de trois pages" sur la destruction en vol, en 1994, d'un avion transportant les présidents du Rwanda et du Burundi. Il a expliqué dans un point de presse qu'il n'y avait pas de rapport à proprement parler, comme cela avait été affirmé dans un article du quotidien canadien 'National Post'. Cet article, publié début mars, affirmait que le document des Nations Unies contenait des allégations de complicité du Front Patriotique Rwandais (FPR) dans l'attaque contre l'appareil. "Ce mémo a été rédigé par Michael Heureigan, qui avait été chef d'une équipe d'enquête pour le bureau du procureur du Tribunal au Rwanda, lequel enquêtait sur le génocide de 1994 dans ce pays", a injdiqué M. Eckhard. "Il a ensuite été engagé pour une courte période aux [bureau pour les] services de contrôle interne, ici à New York, et c'est à cette époque qu'il a rédigé ce mémo interne". Le mémorandum a été transmis au Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) qui déterminera si oui o=F9 non il doit être mis à la disposition d'avocats de clients traduits en justice. M. Eckhard a souligné que le mémo était le produit d'un individu qui "a couché par écrit ses pensées, et les informations qui lui ont été transmises" et qui ont ensuite été "enterrées dans un dossier".

RWANDA: Kagamé confirmé comme président intérimaire

La Cour Suprême a décidé ce week-end que le vice-président, Paul Kagamé, devait assumer les fonctions du président du Rwanda jusqu'à ce qu'un successeur ait été trouvé pour remplacer l'ancien président Pasteur Bizimungu, qui a démissionné jeudi dernier. La cour a publié un communiqué samedi, dans lequel elle stipule que "le protocole d'accord entre les forces politiques signé le 24 novembre 1994, qui crée le poste de vice-président, prévaut sur les accords de paix d'Arusha signés en 1993 lorsqu'il y a conflit entre les deux", a rapporté Radio Rwanda. Un communiqué de presse du parti au pouvoir, le Front Patriotique Rwandais (FPR), a indiqué que son bureau politique se réunirait à nouveau le 1er avril pour désigner ses deux candidats à la présidence pour succéder à M. Bizimungu. Une session conjointe du parlement et du gouvernement devra ensuite choisir entre les deux.

OUGANDA: Des réfugiés rentrent au Rwanda

Cinquante et un réfugiés ont été rapatriés mardi vers le Rwanda depuis des camps du sud-ouest de l'Ouganda, a indiqué à IRIN une responsable du HCR. Un convoi transportant 18 familles candidates au retour a traversé les Monts Miroma dans le district de Ntungamo, et est arrivé sans encombres au Rwanda, a indiqué jeudi la responsable. Pour le moment, aucun autre rapatriement n'est prévu à partir des camps, a-t-elle ajouté.

Nairobi, le 31 mars 2000

[FIN]

[IRIN-CEA: Tel: +254 2 622147 Fax: +254 2 622129 e-mail: irin-cea@ocha.unon.org ]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]