Burundi + 7 more

Bulletin hebdomadaire d'information 11 pour l'Afrique Centrale et de l'Est

Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires - IRIN
Pour l'Afrique Centrale et de l'Est
Tél: +254 2 622 147
Fax: + 254 2 622 129
E-mail: irin@ocha.unon.org

RWANDA: Le gouvernement pourrait engager des poursuites contre l'ONU

Le gouvernement a déclaré qu'il envisage d'engager des poursuites contre les Nations Unies suite à la publication d'un rapport accusant le Rwanda de soutenir le mouvement rebelle angolais, l'UNITA et de violer les sanctions internationales, a rapporté la BBC vendredi. Le Rwanda a fortement démenti les allégations contenues dans ce rapport, qui a été divulgué avant sa présentation officielle au Conseil de sécurité mercredi. Le gouvernement rwandais a promis de démasquer les 'forces' à l'origine des allégations contenues dans ce rapport. 'Il y a une conspiration délibérée de la part de certaines organisations et certains individus pour ternir l'image du Rwanda sur le plan international et ce complot dure depuis quelque temps,' a fait savoir mardi à IRIN Nicholas Shalita, directeur de l'information au bureau du vice-président. Un communiqué de presse publié par le ministère de la défense rwandais a contesté lundi tout lien avec l'UNITA. 'Le vice-président [et ministre de la défense] Paul Kagamé n'a jamais été en contact avec Jonas Savimbi ou aucun autre membre de l'UNITA, a indiqué le communiqué. Quiconque a proféré une telle accusation devrait être considéré comme un menteur, et traité avec le mépris qu'il mérite.'

RWANDA: Le Danemark va extrader un suspect du génocide

Le Danemark a annoncé mardi sa décision d'extrader vers le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) sis à Arusha en Tanzanie, un suspect du génocide qui devra répondre de plusieurs chefs d'accusation, ont rapporté les agences de presse. Le suspect, Innocent Sagahutu, un ancien capitaine de l'armée rwandaise lors du génocide de 1994, a été arrêté le mois dernier au Danemark sous le coup d'un mandat d'arrêt international du TPIR qui réclamait son extradition, a fait savoir Associated Press (AP). Sagahutu, 38 ans, est accusé de crimes contre l'humanité, viols collectifs, et est soupçonné d'avoir été impliqué dans le meurtre de 10 casques bleus belges, a rapporté l'agence. Le ministère de la justice danoise a établi que l'extradition de Sagahutu ne violerait pas la loi danoise en dépit de son statut légal de réfugié, a fait savoir l'AP, ajoutant que Sagahutu avait fait appel de cette décision.

RWANDA: Visite de Miyet à Kigali et à Kampala

Le sous-secrétaire général de l'ONU pour les opérations de maintien de la paix, Bernard Miyet, effectuant une tournée pour préparer le déploiement d'une force d'observateurs en RDC, a achevé mardi sa visite au Rwanda avant de gagner l'Ouganda. 'Le sous-secrétaire général nous a donné un compte-rendu du déploiement de la force d'observateurs,' a confirmé mardi à IRIN le ministre à la présidence rwandaise, Patrick Mazimhaka. 'A ce stade, les parties renouvellent leur engagement dans l'accord de Lusaka. Il y a des questions concrètes à débattre à propos du déploiement réel de la force car il n'existe encore aucun programme définitif.'

La radio nationale a annoncé que M. Miyet avait promis de traiter le problème de la milice de l'Interahamwe 'sans entrer en guerre'. 'Ce doit être clair désormais: les forces de l'ONU ne se livreront pas à des opérations militaires,' a déclaré M. Miyet. 'Cela n'a jamais été le cas, ce ne sera pas le cas. Par conséquent, nous devrons trouver des solutions qui permettront de traiter...les problèmes de l'Interahamwe. Mais vous ne pouvez pas espérer que les forces de l'ONU se battront, au nom d'une quelconque partie.'

RDC: Les rebelles prennent une ville stratégique

La faction rebelle basée à Goma, le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) aurait pris mardi deux villes dans le Kasaï occidental. 'Après des semaines de provocations par les troupes de Kabila et ses alliés sur nos positions à Kole et à Dekese, nous avons décidé de reprendre Idumbe et le port de Longakolo en direction de la ville d'Ilebo,' a indiqué mercredi à IRIN le vice-président du RCD, Moïse Nyarugabo. Il a déclaré que les troupes congolaises s'étaient servi de ces villes pour amener des renforts. 'Si elles essaient à nouveau d'attaquer nos positions, nous poursuivrons notre avancée,' a-t-il prévenu. A Harare, l'armée zimbabwéenne a confirmé la chute d'Idumbe et menacé de riposter face à ce qu'elle a appelé une menace directe contre la capitale Kinshasa, a rapporté Associated Press. Idumbe se trouve à 600 km à l'est de Kinshasa.

RDC: Déplacements 'massifs' dans le Sud-Kivu

D'autres déplacements massifs de civils ont été signalés dans le Sud-Kivu en raison de l'insécurité, a annoncé le PAM dans son dernier rapport hebdomadaire d'urgence, soulignant une 'forte présence de milices' dans la région. 'Au cours des deux dernières semaines, les hostilités militaires se sont déplacées des centres urbains vers les forêts. En raison du manque d'accès, les acteurs humanitaires disposent de peu d'informations sur la condition des populations de ces régions,' a précisé le rapport. Sur environ 200 000 déplacés, seuls quelque 60 000 se trouvaient actuellement dans des régions accessibles, a indiqué le rapport.

RDC: Poursuite des affrontements à Shabunda

Parallèlement, des affrontements 'd'intensité variable' se poursuivaient à Shabunda ainsi que dans les zones minières de Lulingu et Kachungu, a indiqué le rapport du PAM. Les attaques perpétrées par la milice de l'Interahamwe se sont déplacées vers le nord-ouest, de Kalonge en direction de la forêt de Bunyakiri. Quelques activités humanitaires à Bunyakiri, Katana et Uvira ont dû être momentanément suspendues en raison de l'insécurité le long de l'axe septentrional. On estime à 55 000 le nombre de personnes déplacées qui sont arrivées depuis janvier dans la seule région de Bukavu, a indiqué le rapport, ajoutant que les taux de malnutrition augmenteraient tant que les déplacements se poursuivraient.

RDC: Des 'bases fragiles' pour des relations amicales avec la Belgique

Le ministre belge des affaires étrangères Louis Michel a fait état de 'bases fragiles' pour la reprise des 'relations amicales' entre son pays et la RDC. Lors d'une allocution télévisée en RDC en début de semaine, à l'occasion de sa visite a Kinshasa, M. Michel a déclaré qu'il pensait que les 'choses changeaient' en RDC. 'Je ne suis pas venu ici pour faire un jugement de valeur, mais seulement pour voir comment un petit pays, un ami du peuple congolais, peut aider à restructurer de manière plus efficace notre coopération et peut-être la renforcer à long terme,' a-t-il dit.

BURUNDI: Le ministre de la défense rencontre Mandela

Le ministre de la défense Cyrille Ndayirukiye a tenu jeudi des discussions à Johannesburg avec le facilitateur du processus de paix, Nelson Mandela, a confirmé vendredi à IRIN l'ambassade burundaise en Afrique du Sud. Elle n'a donné aucun détail sur la rencontre, mais a indiqué que des discussions entre le gouvernement et la faction rebelle, les Forces de défense pour la démocratie (FDD) - qui ont également une délégation en Afrique du Sud - n'étaient pas prévues 'cette fois-ci'. Selon les propos du porte-parole des FDD Jérôme Ndiho, cités par la BBC, des négociations directes entre l'armée et les rebelles étaient nécessaires si le gouvernement voulait la paix.

BURUNDI: Grève des transporteurs en raison de la hausse du prix des carburants

L'organisation des transporteurs burundais, Atrabu, a répondu à l'augmentation des prix des carburants décidée par le gouvernement en se mettant en grève jeudi et vendredi. Les hausses annoncées par le ministre du commerce Gervais Nkanagu ont porté le prix du litre de super à 570 francs burundais, du diesel à 520 francs et du kérosène à 450 francs. La grève des transports a été 'très pénible pour la population' de Bujumbura jeudi. Les travailleurs ont dû effectuer de longues distances à pied pour se rendre à leur travail, a indiqué à IRIN une habitante de la capitale burundaise. Pour aggraver la situation, les automobilistes n'avaient pas de carburant et le transport en taxi avait augmenté, variant entre 1 500 et 3 500 francs, a-t-elle indiqué. Les fonctionnaires étaient particulièrement mécontents, et des troubles sociaux menaçaient d'éclater si la montée des prix des carburants n'était pas compensée par des hausses salariales.

GRANDS LACS-CORNE: 'Nouvel élan' pour enrayer la prolifération des armes

Les membres d'une délégation participant à une conférence sur la prolifération des armes légères dans la région des Grands Lacs et de la Corne de l'Afrique sont convenus de travailler ensemble pour enrayer ce problème. Une déclaration prononcée mercredi à l'issue de cette rencontre de quatre jours à Nairobi a appelé au renforcement et à l'adoption de lois nationales et de mécanismes visant à contrôler la détention d'armes par la population civile. Les délégués ont indiqué que la conférence avait apporté à la région des Grands Lacs et à la Corne de l'Afrique un 'nouvel élan' dans leur lutte contre l'afflux d'armes illégales. Bien que les représentants des différents pays aient exprimé des préoccupations et des zones de priorité différentes, 'une chose est sûre, c'est qu'il y a un problème, et nous devons le régler', a confié à IRIN un délégué éthiopien.

ETHIOPIE: Feux de forêt 'maîtrisés'

Les feux de forêt qui ont éclaté le mois dernier au sud-est de l'Ethiopie, dans les régions de Bale et de Borena de l'Etat d'Oromiya auraient fini par être maîtrisés. Le chef d'équipe du département de la forêt et de la faune au ministère de l'agriculture, Million Bekele, a indiqué à IRIN jeudi que même s'il restait quelques feux dans certaines zones, 'il y a une grande différence par rapport à ce qu'il en était, encore la semaine dernière'. 'Les feux ont été maîtrisés grâce à des experts qui ont apporté à la population locale les techniques adéquates pour les éteindre,'

DJIBOUTI: Reprise des liens diplomatiques avec l'Erythrée

Le gouvernement érythréen a accueilli 'avec satisfaction' lundi la décision de Djibouti de restaurer les liens diplomatiques. 'Le gouvernement érythréen, qui a toujours attaché une grande importance à l'entretien de bonnes et cordiales relations de voisinage entre les peuples fraternels des deux pays, est prêt, pour sa part, à normaliser et à restaurer les liens diplomatiques avec la République de Djibouti,' a-t-on appris dans un communiqué du ministère des affaires étrangères érythréen. Il a exprimé sa gratitude envers le dirigeant libyen, le colonel Muammar Khadaffi 'et d'autres gouvernements amis qui ont consenti des efforts en vue de la réalisation de cet objectif'.

SOMALIE: La Libye met en garde les leaders opposés au plan de Djibouti

Trois chefs de faction somaliens, qui se sont rendus en Libye cette semaine, ont été mis en garde par Khadaffi que 'notre amitié cessera' s'ils ne se mettaient pas d'accord sur la formation d'un gouvernement national, selon le quotidien somalien 'Xog-Ogaal'. Le chef de file de la faction de Mogadiscio, Hussein Aideed, le leader de l'Etat auto-proclamé du Somaliland Mohamed Egal, et le chef de Puntland Abdullahi Yusuf sont retournés en Somalie mardi à l'issue d'une visite de trois jours en Libye. Les trois leaders sont opposés au plan de paix de Djibouti prévoyant la formation d'un gouvernement national en Somalie. 'Nous ne voulons pas de Somalie divisée ni de quelqu'un attaché à la fragmenter,' selon les propos rapportés du colonel Khadaffi.

SOUDAN: Le transport des rebelles par OLS était un 'incident isolé'

L'ONU a admis que les rebelles soudanais avaient été transportés à bord d'un avion de l'ONU le mois dernier, mais a déclaré qu'il s'agissait 'd'un incident isolé et non habituel'. La question a été soulevée après une prise d'otages au début du mois de février lorsque quatre fonctionnaires et personnel associé ont été détenus pendant huit jours par des membres de la milice progouvernementale qui affirmait que l'ONU avait transporté trois chefs rebelles sur un autre vol, a rapporté le journal britannique 'Financial Times'. Le porte-parole de l'ONU, Fred Eckhard, a répondu vendredi que le rapport était 'dans l'ensemble correct'. Les résultats d'une enquête interne sur la prise d'otages survenue à Old Fangak du 2 au 10 février n'étaient pas encore connus mais le rapport confirmait déjà que le programme de l'ONU, Operation Lifeline Sudan (OLS) avait transporté trois rebelles sur l'un de ses avions, et ceci avait provoqué la prise d'otages, a-t-il dit. 'Il est correct qu'OLS a renforcé ses procédures pour empêcher que ce genre de choses ne se reproduise.

SOUDAN: Turabi met en garde contre une 'tierce force'

Le gouvernement a prolongé dimanche l'état d'urgence au Soudan, décrété par le président Omar al-Bashir le 12 décembre dernier, jusqu'à la fin de cette année. Le cabinet a déclaré que cette décision avait été prise 'pour permettre au gouvernement d'exécuter ses programmes', mais qu'il s'engagerait à une ouverture externe et donnerait la priorité aux intérêts des citoyens, a rapporté la télévision soudanaise. L'ancien président du parlement Hassan al-Turabi - qui est maintenant marginalisé - a appelé la population à user de son pouvoir pour protéger la constitution soudanaise d'éventuelles violations 'si les forces régulières n'y parviennent pas'. Turabi, cité par le journal soudanais 'Al Ray al-Amm', a prévenu que la persistance de la confusion au sein du parti du Congrès 'engendrerait une tierce force provenant des forces armées ou de la rue pour combler le vide'.

Nairobi, le 17 mars 2000

[FIN]

[IRIN-CEA: Tél: +254 2 622147 Fax: +254 2 622129
e-mail:irin-cea@ocha.unon.org]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]