Burundi

Appel au renouvellement de la Commission d’enquête sur le Burundi du Conseil des Droits de l’Homme

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

45ème Session du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies
Déclaration orale

ITEM 4 : Dialogue Intéractif avec la Commission d’enquête sur le Burundi
23 septembre 2020

Monsieur le Vice-Président,

La FIDH et son organisation membre au Burundi, la Ligue ITEKA, réitèrent l’importance de renouveler d’une nouvelle année le mandat de la Commission d’enquête sur le Burundi.

En ce sens, nos organisations rappellent qu’aucun progrès en matière de droits humains n’a pu être noté malgré l’élection d’un nouveau gouvernement.

Des violations graves des droits humains continuent à être commises, et l’impunité persiste pour les auteurs de ces violations. Depuis la prise de fonction du nouveau gouvernement, la ligue ITEKA rapporte, entre le 1er juillet et le 20 septembre 2020, que 186 personnes auraient été tuées, 290 arrêtées arbitrairement, 24 auraient été victimes de violences sexuelles et basées sur le genre, 33 torturées et 11 enlevées.

L’espace civique demeure réduit, et la société civile toujours en exil, alors qu’un certain nombre de défenseurs restent arbitrairement détenus dans les prisons burundaises, à l’instar de Germain Rukuki, Nestor Nibitanga, et quatre journalistes d’IWACU.

Dans ce contexte, la Commission d’enquête demeure le seul mécanisme indépendant capable de documenter les violations et de mesurer les progrès en matière de droits humains dans le pays.

La lutte contre l’impunité à laquelle la Commission d’enquête contribue par son travail est primordiale pour une paix durable et la construction d’une société apaisée dans le pays, sans lesquelles de multiples crises et conflits sont à prévoir. Son travail contribuera également aux enquêtes du Bureau de la Procureure de la Cour pénale internationale (CPI) sur la situation au Burundi, se focalisant sur les crimes contre l’humanité qui auraient été commis au Burundi ou par des ressortissants burundais à l’extérieur du pays entre le 26 avril 2015 et le 26 octobre 2017.

Je vous remercie.