Burkina Faso + 4 more

Situation précaire au Sahel, besoin d’actions urgentes face à la soudure

Format
Assessment
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

La situation sécuritaire continue de se dégrader chaque année un peu plus au Sahel, chaque année avec une forte tendance à s’étendre à d’autres zones affectant gravement la vie des communautés désormais étayée de nombreux incidents meurtriers. La violence et les attaques provoquent une insécurité chronique dans plusieurs régions et augmentent fortement les besoins en aide humanitaire. Au total 29 millions de Sahéliens ont besoin d’assistance et de protection, soit 7 millions de plus qu’en mars 2020. La sécurité alimentaire et nutritionnelle atteint un pic sans précédent mettant en danger la vie des plus vulnérables (notamment les femmes, les enfants de moins de 5 ans, les indigents, les personnes âgées).

La violence au Sahel affecte considérablement la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Les effets cumulés des conflits et de la violence se concentrent dans les zones en insécurité alimentaire et nutritionnelle. La situation la plus complexe est signalée dans le Sahel central et dans la région du bassin du Lac Tchad. Les dernières données du cadre Harmonisé (CH) de mars 2021, montrent pour les pays du G5 Sahel - Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad - plus de 6.057.000 personnes actuellement en situation de crise alimentaire (phase 3).

Ces chiffres vont encore augmenter pendant la période de soudure (période précédant la récolte de juin à août) avec plus de 8.700.000 millions, soit plus de 1.600.000 de plus qu'en 2020.

Les populations en situation d'urgence (phase 4) nécessitant une action immédiate ont augmenté dans les pays du G5 Sahel (de 2019 à 2021). En 2019, elles étaient plus de 143 000 personnes et en 2021, elles sont plus de 811 000 individus.

Dans la zone du Sahel Central, aux 3 frontières (Mali, Niger, Burkina Faso) les tendances observées depuis 2017, sur la base des données du Cadre Harmonisé, montrent une augmentation du nombre de personnes en situation de crise.

La situation en Mauritanie montre également une augmentation du nombre de personnes en situation de crise pendant la période de soudure (281 156 en 2017 à 409 940 en 2021).

En raison des effets conjugués des conflits, du faible accès aux services sociaux de base, des variabilités climatiques et du déficit alimentaire chronique pendant la période de soudure, le Sahel est sujet aux niveaux les plus aigus d'insécurité alimentaire. C'est pourquoi la région est considérée comme une priorité absolue par l'équipe spéciale des Nations Unies sur la prévention de la famine et par le nouveau compacte du G7 pour la prévention de la famine et des crises humanitaires.