Burkina Faso + 9 more

Se préparer à l’invasion : La menace du criquet pèlerin en Afrique de l'Ouest

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
La formation à l'utilisation sûre et efficace des pesticides est un élément clé des préparatifs de la FAO en vue d'une éventuelle urgence dans la lutte antiacridienne. © FAO/Luis Tato

Les opérations de contrôle sont prêtes en cas de déplacement des essaims d'Afrique de l'Est vers l'ouest

De nombreux essaims de criquets pèlerins qui se sont formés au Kenya et en Éthiopie depuis janvier pourraient se déplacer vers l'ouest dans les semaines à venir, menaçant les champs, les pâturages et les moyens d’existence en Afrique de l'Ouest.

Mais les opérations de surveillance nationales battent leur plein et les mesures de lutte sont prêtes grâce à l'important effort d'alerte précoce et de réponse rapide coordonné par la FAO.

"Nous avons été témoins de la menace sans précédent que représente le criquet pèlerin pour la sécurité alimentaire et les moyens d'existence en Afrique de l'Est, et nous faisons tout notre possible pour éviter qu'une crise similaire ne se reproduise dans la région du Sahel, qui connaît déjà plusieurs crises en cours", a déclaré Coumba Sow, coordinatrice de la FAO pour la résilience dans la région.

Le criquet pèlerin est considéré comme le ravageur migrateur le plus destructeur au monde. Un seul essaim couvre un kilomètre carré et contient jusqu'à 80 millions de criquets. Il peut manger la même quantité de nourriture en une journée qu'environ 35 000 personnes. Le nombre de criquets est multiplié par 20 en trois mois à chaque nouvelle génération.

Selon l'Observatoire du criquet pèlerin de la FAO, les essaims qui se sont reproduits au printemps en Afrique de l'Est se déplacent maintenant vers les zones de reproduction estivale, et les pays à l'ouest de la Corne de l'Afrique doivent rester en alerte. La plupart des essaims du nord-ouest du Kenya devraient être transportés par les vents du nord pour traverser le Sud-Soudan et atteindre le Soudan. A moins qu'il ne pleuve davantage dans le désert soudanais, offrant des conditions de reproduction favorables aux criquets, les criquets ne resteront pas longtemps au Soudan et se déplaceront plutôt vers l'ouest à travers le Sahel en Afrique de l'Ouest à la recherche de nourriture et de zones de reproduction favorables.

Prévenir une crise de sécurité alimentaire

La FAO a travaillé en étroite collaboration avec les pays à risque de la région pour coordonner une grande campagne de préparation au cas où le pire se produirait.

"Nous nous préparons à cette crise potentielle depuis de nombreux mois", a déclaré Mohamed Lemine Hamouny, secrétaire exécutif de la Commission de lutte contre le criquet pèlerin dans la région occidentale (CLCPRO) de la FAO.

La FAO, par l'intermédiaire de la CLCPRO et en collaboration avec les pays à risque, a préparé un plan d'action régional d'urgence contre les criquets, qui permet de mettre rapidement en place des mesures de lutte et de sauvegarde de l'environnement si les essaims se déplacent vers l'ouest.

Les plans d'urgence nationaux sont désormais activés, et un système d'alerte précoce composé de 32 équipes de surveillance formées et équipées de l'outil de suivi eLocust3 conçu par la FAO collecte et analyse les données. Ces importants efforts de surveillance contribuent au système mondial d'alerte rapide de la FAO qui tient les pays et les partenaires informés de la situation actuelle et des dernières prévisions.

Les équipes au Tchad suivent particulièrement de près la situation car ce pays est voisin du Soudan et constitue la première ligne de défense contre une éventuelle invasion de criquets en Afrique de l'Ouest.

Dans le cadre du travail de la FAO, des hélicoptères sont déployés au Tchad pour la surveillance et des drones seront utilisés dans des zones difficiles d'accès ou peu sûres au Tchad, au Niger, au Mali et en Mauritanie. Deux bases opérationnelles ont également été établies au Tchad et en Mauritanie, qui sont prêtes à lancer des efforts de lutte contre les infestations d'essaims de criquets pèlerins.

En état d'alerte

La CLCPRO a également coordonné un programme dans toute la région à l’occasion duquel les pays les moins menacés par les criquets ont fait don de pesticides et d'équipements pour les positionner dans les pays les plus menacés. Le programme permet aux pays à risque d'accéder rapidement aux pesticides, en évitant les longues procédures d'achat, tandis que les pays moins à risque peuvent éviter d'accumuler des pesticides excédentaires ou de les voir expirer avant de pouvoir les utiliser.

La FAO coordonne les transferts et le transport de ces matériaux et s'assure que les pesticides donnés sont conformes aux certifications des laboratoires. La FAO a également organisé des sessions de formation au Burkina Faso, au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Sénégal et au Tchad sur l'utilisation sûre et efficace des pesticides et a aidé les pays à préparer des plans d'urgence nationaux qui comprennent des messages sur la sécurité des pesticides à destination des communautés.

Compte tenu des niveaux de menace actuels, les opérations de contrôle au sol - c'est-à-dire l'utilisation de pulvérisateurs manuels ou installés sur des véhicules - sont pour l'instant prioritaires.

Des sessions de formation à l'application sûre et efficace des pesticides ont été organisées au Burkina Faso, au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Sénégal et au Tchad, et dans certains pays, des biopesticides ont également été achetés et positionnés.

La CLCPRO gère également un petit fonds d'urgence, alimenté par les contributions volontaires des pays membres de la Commission, afin que les pays puissent réagir rapidement avant même l'arrivée des fonds des donateurs.

Pour l'instant, les pays restent en état d'alerte. "Parce que les invasions peuvent être difficiles à prévoir, nous devons être bien préparés à l'avance et prêts à réagir aussi rapidement et efficacement que possible lorsque des essaims arrivent", a déclaré M. Harmouny.

Tout en se préparant à d'éventuelles invasions de criquets, la FAO aide également les pays à renforcer leurs plans de sécurité alimentaire et de moyens d'existence, en veillant à ce que les populations conservent leur capacité à subvenir à leurs besoins et à se nourrir durant cette crise, ou tout autre type de crise.