Burkina Faso + 15 more

Rapport mensuel sur les mouvements mixtes - Septembre 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Introduction

Le présent rapport, fait état de la situation de mise en œuvre du projet de monitoring des frontières dans les mouvements mixtes dans les cinq régions couvertes, à savoir le Centre, les Cascades, le Sahel, les Hauts Bassins et l’Est.

I- Développements majeurs

a. Faits saillants

Excepté la Région du Centre, la situation sécuritaire est restée préoccupante dans les quatre autres régions d’intervention du projet.

Ainsi, dans les Hauts Bassins deux attaques terroristes ont été relevées les 14 et 15 septembre dans le village de Mao situé à 4 km de Faramana.

Dans la région des Cascades plusieurs incidents particulièrement dans la zone de Mangodara ont été rapportés avec la présence régulière d’hommes armés non identifiés (HANI) le long des forêts longeant les localités de Kimini, Mitérédougou et Folonzo située dans la commune de Niangoloko. Ainsi le 02 septembre, suite à une attaque à Sirakoro, village situé à 20 kilomètres de Mangodara, un VDP a été enlevé et une personne blessée. Le 09 septembre, l’attaque du village de Noumoutiédougou a enregistré 01 Dozo tué et occasionné la fermeture des CSPS de Diya, Sirakoro, Noumoutiédougou. Le 17 septembre 2021, le village de Noumoutiédougou dans la zone de Mangodara a fait l’objet d’attaque d’HANI.

Dans la Région de l’Est, il a été noté des irruptions d’HANI le long des routes nationales menant aux pays voisins. Ainsi, un convoi sécurisé d’une société minière a été la cible d’une attaque le 12 septembre par des HANI avec un bilan de six militaires tués.

Dans la région du Sahel il a été signalé l’assassinat d’un habitant du village d’Inawas par des hommes armés non identifiés dans la nuit du 29 au 30 septembre 2021. Ces derniers sont régulièrement signalés sur l’axe Markoye-Gorom Gorom où ils procèdent à des contrôles d’identité et recueillent des informations liées à l’ethnie des passagers des véhicules.

Il est important de rappeler que les frontières terrestres sont toujours fermées en raison de la COVID 19, ce qui a pour conséquence la restriction des mouvements des populations et le développement des voies de contournement.