Burkina Faso

Rapport mensuel de Protection region du nord - novembre 2020

Format
Situation Report
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

CONTEXTE/POINTS SAILLANTS

Dans la région du Nord, durant le mois de novembre une accalmie relative de la situation sécuritaire a été observée. Selon les informations relayées par les informateurs clés, il n’y a pas eu d’incidents majeurs au niveau de la région. Cette accalmie serait probablement due aux nombreuses négociations entre les Groupes d’Opposition Armés radicaux (GOA), et les Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP). Ces négociations pour un retour de la paix ont eu lieu dans les communes de Koumbri, Tangaye, Thiou, Banh et Sollé.

Il faut noter que dans lesdites communes, un consensus n’a toujours pas été trouvé entre les GOA et populations hôtes. Selon les informations recueillies du monitoring, les GOA auraient imposé leurs lois ; une imposition que les leaders communautaires n’ont pas acceptée. Des cadres de négociations sont prévues en décembre 2020 en vue d’aboutir à un consensus.

Dans la commune de Thiou, le soir aprèsl’entame du processus de négociations, des tirs de sommation y ont été entendus. Ainsi, certains leaders communautaires s’inquiètent sur ces comportements des GOA. D’ailleurs, les incidents enregistrés ne sont pas de nature à rassurer quant à la sincérité de toutes les parties.

Plusieurs villages de la commune de Tangaye n’ont pu participer aux votes du 22 novembre du fait des menaces de représailles des GOA.

Cependant, dans la commune de Banh, les négociations avec les GOA semblent porter des fruits ; en ce sens que les animations dans les marchés ont repris et l’axe Bahn- KoumbriOuahigouya déminée ; donc praticable. Des déplacements ont été effectués par des résidents de Banh en direction de Ouahigouya et des camions ont pu rejoindre Banh sans incidents. Cette situation constitue une lueur d’espoir pour les populations déplacées et les ONG humanitaires qui étaient jusque-là confrontées à la question de l’accès aux zones à risques comme Banh.