Burkina Faso + 1 more

Rapport mensuel de protection région de l'Est - Août 2020

Format
Analysis
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

La région de l’Est a connu un contexte sécuritaire et de protection alarmant au cours du mois d’Aout 2020. C’est le mois qui a connu le plus grand nombre d’incident depuis le début du monitoring de protection dans cette région en mai 2020. Il a été marqué par une série d’enlèvement de civils (leaders communautaires), des assassinats, des destructions de biens publics et des déplacements forcés de populations. Cette dégradation de la situation sécuritaire a entrainé des violations de droits de l’hommes telles que l’atteinte au droit à la liberté et sécurité de la personne, l’atteinte au droit à la propriété, l’atteinte au droit à la vie et au déplacement forcé des populations.

Les provinces du Gourma et de la Tapoa sont les plus touchées, précisément dans les communes de Fada, Matiacoali, Kantchari, Botou, Tansarga et Logobou.

L’incident le plus violent du mois a été l’attaque du marché de bétail à Namoungou le 07 aout 2020 à 30 km à l’est de la ville de Fada. Cet incident coûté la vie à 21 personnes (toutes des civils) et a causé la blessure de 40 personnes.

« Attaque dirigée contre des écoles ou des hôpitaux constitue une des 6 violations graves en période crise » selon sur la Résolution 1612 du Conseil de Sécurité. Au cours du mois d’aout 2020, le monitoring de protection a enregistré la destruction de 17 infrastructures scolaires par des hommes armés non identifiés dans la province de la Tapoa, dont treize (13) dans la commune de Tansarga, deux (02) dans la commune de Botou et deux (02) dans la commune de Kantchari.

Les groupes d’auto-défense tels que les Kolweogos et les volontaires de la défense pour la patrie, font des patrouilles dans les communes rurales notamment celles de Diapangou, Tibga, Diabo, Yamba dans la province du Gourma et Botou, Kantchari, Logobou, Tansarga, Partiaga, Kantchari dans la province de la Tapoa où on constate une faible présence des forces de défense et de sécurité.