Burkina Faso

Rapport de protection - Boucle du Mouhoun (Novembre 2020)

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

CONTEXTE/POINTS SAILLANTS

Au cours du mois de novembre 2020, le contexte sécuritaire de la région de la Boucle du Mouhoun est resté quelque peu précaire. En effet, la région a connu deux incidents majeurs (Gani et Kassoum) qui ont provoqué des déplacements de populations vers d’autres localités plus stables.

Dans la Kossi, le village de Gani a fait l’objet d’attaque par des hommes armés non identifiés qui a causé des pertes énormes en termes de destruction de champs et de pillage ayant affecté environ 200 habitants. A la suite de cet incident communautaire, des mouvements de population ont été observés vers les communes de Bomborokuy et de Djibasso. Ces populations nouvellement déplacées présentent d’énormes besoins d’assistance notamment dans les secteurs des abris /AME et de l’alimentation.

Au Sourou, les menaces et intimidations contre les populations des communes de Kiembara et de Kassoum par des HANI, le mois dernier (octobre 2020), continuent d’impacter négativement le secteur de l’éducation dans cette province. Ainsi sur l’axe Tougan – Kassoum, ce sont au total 12 écoles primaires et le Collègue d’Enseignement Général (CEG) de Bassan qui ont été fermées après le départ du personnel enseignant. Les élèves touchés par ces fermetures d’écoles sont estimés au nombre de 2000 dont la majorité s’est déplacée dans la commune de Tougan, à la recherche de places dans les écoles publiques. Cette situation implique la nécessité pour les acteurs humanitaires d’accompagner ces élèves pour l’accès à l’éducation dans leur localité d’accueil.

Comparativement au mois d’octobre qui a enregistré 09 incidents de protection, le monitoring réalisé au cours de ce mois a permis de rapporter 05 incidents dont 03 survenus dans le Sourou et 02 dans la Kossi. Cette tendance à la baisse pourrait s’expliquer par un maillage sécuritaire conséquent du territoire pour le bon déroulement de la campagne électorale et des élections couplées du 22 novembre 2020. Dans la Kossi, l’engagement des communautés peulh et dogon à promouvoir la cohabitation pacifique à travers la signature d’une charte constituerait également un facteur d’apaisement dans cette localité. Il est aussi à noter la multiplication des patrouilles par les forces de défense et de sécurité (FDS) pour permettre aux populations des zones à risques de récolter leurs champs.