Burkina Faso + 6 more

L'OIM reprend l’évacuation humanitaire des migrants bloqués en Côte-d'Ivoire

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Côte-d'Ivoire - Un convoi de l'OIM de neuf bus, transportant un total de 639 migrants maliens et mauritaniens, est arrivé dans la ville de Bouaké, après avoir quitté Abidjan, la capitale économique, samedi 16 avril. Il s'agit de la première évacuation menée par l'OIM depuis fin mars, lorsque les lourds affrontements à Abidjan ont mis halte à toutes les opérations.

Le personnel de l'OIM explique que la reprise fait suite à une période d’accalmie relative et d’amélioration de la sécurité à Abidjan, qui est toujours confrontée aux pénuries d’essence et où de nombreux magasins dans le quartier des affaires de Plateau restent fermés.

Avant l’arrêt des opérations, l'OIM avait aidé au rapatriement de plus d’un millier de migrants mauritaniens depuis la Côte-d'Ivoire vers leur pays d'origine, et était en train d'évacuer 400 Maliens supplémentaires.

Cependant, les affrontements de rue dans les environs des ambassades mauritanienne et malienne dans les quartiers de Cocody et de Deux Plateaux, où des centaines de migrants avaient trouvé refuge, avait contraint le convoi à être annulé.

Le 14 avril, après un apaisement des combats à Abidjan, une équipe de l'OIM s’est rendue dans les ambassades où elle a trouvé 357 Maliens et 282 Mauritaniens dans l'attente d’être évacués. Il y avait, parmi eux, 24 femmes et 36 enfants.

L'équipe a décrit l’état des migrants comme profondément préoccupant, après avoir enduré deux semaines dans un sous-sol sans air frais, ni eau, ni nourriture.

Quatre des migrants avaient survécu à des blessures par balles et ont été transportés vers un hôpital français d’Abidjan pour y être soignés.

Les quatre bus transportant les Mauritaniens ont quitté Bouaké hier pour effectuer le voyage de deux jours vers Bamako, la capitale malienne, où une équipe de l'OIM organisera leur prochain voyage vers le sud de la Mauritanie, dans les villes d'Al Oyun et de Neema.

Le convoi de cinq bus transportant les migrants maliens doit quitter Bouaké plus tard dans la journée, et fera escale dans la ville frontalière de Zegoua au Mali, d'où une équipe de l'OIM et les autorités maliennes accompagneront le convoi jusqu'à Bamako.

En janvier, quatre pays (Mauritanie, Mali, Burkina Faso et Liberia) avaient officiellement demandé l'aide de l'OIM pour rapatrier leurs ressortissants dans leurs pays respectifs.

L'OIM travaille également avec les organisations nationales de gestion des catastrophes dans tous les pays voisins, notamment la Guinée et le Ghana, afin d'aider à l’accueil et à la réintégration des ressortissants de retour de Côte-d'Ivoire.

Avant la crise en Côte-d'Ivoire, environ 40 000 Mauritaniens vivaient et travaillaient dans le pays. L'OIM avait également été informée, par l'ambassadeur malien à Abidjan, du besoin d'aide à l’évacuation d’environ 20 000 Maliens. L'OIM estime qu’environ 100 000 migrants bloqués en Côte-d'Ivoire auront besoin d'aide.

Dans le même temps, 840 migrants et ressortissants ivoiriens ont trouvé refuge dans la ville frontalière de Harper, dans la région libérienne du Maryland, ces deux dernières semaines. L'équipe de l'OIM sur le terrain, qui a participé à leur examen médical et leur enregistrement, insiste sur le besoin urgent et immédiat d'eau, de nourriture, de médicaments et d'aide de secours à Harper.

L'équipe de l'OIM a accueilli et rapatrié 74 ressortissants guinéens à Conakry. 11 Ghanéens, se dirigeant vers Monrovia, la capitale libérienne, bénéficieront aussi de l'aide au retour dans leur pays de la part de l'Organisation.

L'OIM a lancé un appel de 41,6 millions de dollars afin de mener à bien une série d’opérations comprenant l'aide aux déplacés, aux ressortissants ivoiriens et aux migrants bloqués en Côte-d'Ivoire.

A ce jour, l'Organisation a reçu 1,8 million de dollars du Bureau de la population, des réfugiés et des migrations (PRM) du Département d'Etat américain, du Fonds central des Nations Unies pour les interventions d'urgence (CERF) et de l'Agence suédoise de la coopération internationale au développement (Sida).

Pour plus d'informations, veuillez contacter:

Jean-Philippe Chauzy Tel: +41.79 285 43 66 E-mail: jpchauzy@iom.int

ou

Jumbe Omari Jumbe Tel: +41 79 812 77 34 E-mail: jjumbe@iom.int

International Organization for Migration
Copyright © IOM. All rights reserved.