Burkina Faso

Inondations au Burkina Faso: OCHA Rapport de Situation No. 4

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
OCHA Situation Report
Inondations au Burkina Faso No. 4

Le contenu de ce rapport de situation est basé sur des informations transmises par le Gouvernement, la Croix Rouge du Burkina Faso, les agences des Nations Unies, les ONGs et les agences de presse nationales.

I - Situation

1. Du 21 au 23 septembre 2007, des missions de terrain ont été déployées dans les zones affectées par les inondations, notamment dans le nord (province du Loroum) et le sud du pays (province du Nahouri).

2. Le nombre de personnes sinistrées dans le nord du Burkina Faso, (provinces du Yatenga, du Zandoma, du Passoré et du Loroum), est de 9,955. Au total, 2,472 habitations ont été détruites tandis que 1,285 greniers ont été emportés par les eaux. Par la même occasion, 8,440 ha de cultures ont été perdus du fait des inondations.

3. Dans le sud du pays (province du Nahouri), les inondations ont affecté 33,400 personnes (dont 17 décès), provoqué l'écroulement de 8,893 maisons, détruit plus de 7,764 hectares de cultures, entraînant dans l'ensemble des dégâts importants dans le domaine de l'agriculture estimés à 700 millions de Francs CFA. Des villages restent encore inaccessibles dans le département de Guiaro.

4. Dans les deux zones sus mentionnées, les inondations ont eu un impact dramatique sur divers secteurs, particulièrement ceux qui concernent l'alimentation, la santé / nutrition, les abris et l'habitat, l'eau / assainissement et l'éducation.

- Sur le plan alimentaire au Nahouri on note, d'une part, un grave déficit de produits de subsistance, étant donné que les personnes affectées n'ont pas pu sauver les réserves qu'elles avaient conservées dans des greniers et, d'autre part, l'absence de ressources financières relatives à l'achat de denrées alimentaires ;

- Dans le domaine de la santé, des besoins importants ont été exprimés par les populations et le corps médical en termes de prise en charge des malades. Dans la province du Loroum, les agents de santé on signalé une hausse des cas de paludisme, de la diarrhée et d'autres maladies liées aux inondations. Habituellement, la zone est caractérisée par des taux importants de malnutrition chez les nourrissons et les femmes enceintes ou allaitantes. La situation est identique dans la province du Nahouri ;

- Dans le secteur des abris et de l'habitat, des besoins urgents en abris temporaires (principalement des tentes) ont été exprimés. En outre, à la veille de la rentrée scolaire, les autorités provinciales du Nahouri sont en train de recenser des habitations privées et des infrastructures publiques aux fins de reloger les sinistrés actuellement hébergés dans les lycées et écoles.

- Au titre de l'éducation, on note chez les parents victimes des inondations une forte préoccupation liée à la prise en charge des frais et fournitures scolaires à la veille de la rentrée des classes ;

- L'eau potable et l'assainissement constituent également une priorité pour les personnes affectées et le personnel local de santé. Par exemple dans le Loroum, des cas d'infections de la peau liés à une hygiène défectueuse et à un approvisionnement insuffisant en eau potable ont été notifiés par les agents de santé. Certains sites d'accueil provisoires (cas particulier du site de la mairie de Banh en construction) ne disposent pas de latrines. Les coins douches sont également quasi inexistants, à l'exception d'un seul cas observé sur le site du collège de Banh.

II - Coordination

5. Le Conseil National des Secours d'Urgence et de Réhabilitation (CONASUR), sous la tutelle du Ministère de l'Action sociale et de la Solidarité nationale, incarne la contrepartie nationale et sert de point focal et de point de jonction entre le Gouvernement et les autres partenaires bilatéraux et multilatéraux (agences des Nations Unies, partenaires techniques et financiers, ONGs). Il est chargé de la coordination de l'assistance, de la répartition et de l'acheminement des contributions reçues à Ouagadougou. Cependant, l'insuffisance des moyens humains, financiers et logistiques mis à sa disposition entraîne parfois des retards dans la délivrance de l'assistance aux victimes des inondations.

6. Une équipe de OCHA, constituée du Conseiller régional chargé des catastrophes naturelles et du Chargé des Affaires Humanitaires au sein du Bureau du Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies, est en train d'appuyer l'Equipe pays des Nations Unies, la Croix Rouge du Burkina Faso et les ONGs membres du Groupe de Coordination Humanitaire dans le travail d'évaluation et de coordination ainsi que dans la formulation des actions relatives à la mobilisation des ressources destinées à couvrir les besoins urgents des populations affectées.

7. La Représentante du PAM est chargée de la coordination des activités humanitaires au sein de l'Equipe pays des Nations Unies.

III - Réponse nationale et internationale

8. Dans les deux zones visitées par les missions de terrain, il a été constaté que le Gouvernement, à travers le CONASUR, a apporté une assistance en produits alimentaires et non alimentaires aux personnes affectées. D'autres initiatives ont été prises ou sont en train d'être prises par des opérateurs privés et des personnes physiques. Dans le nord du pays, 180 tonnes de denrées alimentaires ont été distribuées aux populations et 59 tonnes vont l'être dans les prochains jours. De même, 75 tentes familiales et 417 cartons de biscuits énergétiques ainsi que d'autres produits non alimentaires seront bientôt distribués.

Dans le sud, les populations ont reçu diverses aides du CONASUR (12 tonnes de denrées alimentaires et autres articles non alimentaires comme les nattes et les couvertures). D'autres aides seront livrées dès que possible.

9. Une réunion des chefs d'agences des Nations Unies est prévue dans l'après midi du 25 septembre. Cette réunion sera axée sur la mise en œuvre des conclusions des missions de terrain déployées récemment dans le nord et le sud du pays.

10. En terme de perspective, ECHO (European Community Humanitarian Office) pourrait mettre à la disposition de ses partenaires au Burkina Faso une enveloppe financière de 500,000 euros (soit approximativement 328 millions de francs CFA) dans le cadre d'un soutien aux trois pays les plus touchés par les inondations en Afrique de l'Ouest. Pour la mise en œuvre de ces actions, les éventuels partenaires d'exécution seront les organisations ayant déjà signé des accords de partenariat avec ECHO.

IV - Gaps dans la réponse

11. Si la conjugaison des efforts des communautés locales, du Gouvernement, des structures déconcentrées de l'Etat, des autorités locales et des acteurs humanitaires a permis de résorber la crise en parant au plus urgent dès la survenue des inondations, il faut reconnaître que d'importants besoins restent à couvrir durant les semaines à venir. Il s'agit en particulier de :

- besoins alimentaires, car l'assistance apportée par le Gouvernement à travers la mobilisation du Stock National d'Intervention (SNI) et les différentes contributions ne permettent pas de couvrir tous les besoins des populations affectées. Il est donc nécessaire de poursuivre la distribution des vivres au mieux jusqu'aux prochaines récoltes, au pire jusqu'à ce que les ménages concernés puissent recouvrer leur capacité à se prendre en charge sur le plan alimentaire. En outre, il serait approprié de développer un programme agricole fondé sur la culture de contre saison, de réhabiliter les champs détruits par les inondations et de préserver le cheptel vis-à-vis des risques d'épizooties découlant des inondations ;

- produits de désinfection et des médicaments relatifs à la prise en charge d'éventuels cas de maladies hydriques ou de paludisme ainsi que celles liées aux mauvaises pratiques d'hygiène. Dans les zones habituellement exposées à la malnutrition, un suivi spécifique des populations cibles (nourrissons et femmes enceintes ou allaitantes) pourrait s'avérer judicieux ;

- des abris temporaires sont toujours nécessaires dans le cadre du relogement des personnes actuellement hébergées dans les bâtiments scolaires. En outre, sur le plan de la reconstruction à moyen et long termes, il est indispensable de promouvoir un programme de développement de l'habitat social à partir des matériaux durables.

12. Le Bureau du Coordonnateur Résident du Systèmes des Nations Unies au Burkina Faso, en relation avec le Bureau Régional de OCHA pour l'Afrique de l'Ouest, publiera régulièrement des rapports liés à la situation des inondations dans le pays.

CARTE : Burkina Faso: Situation des inondations au 20 Septembre 2007

Pour de plus amples informations veuillez contacter les personnes suivantes :

M. Hervé Ludovic de Lys, Chef du Bureau Régional OCHA pour l'Afrique de l'Ouest
Tel Bureau: +221 869 85 50
Fax Bureau: +221 824 00 00
Mail : delys1@un.org

M. Félix Alexandre Sanfo, Chargé des Affaires Humanitaires (OCHA)
Unité d'Appui à la Coordination du système des Nations Unies
01 BP 575 Ouagadougou 01
Tel Bureau : + 226 50 30 67 62/63/64
Cel : + 226 78 83 44 70
Mail : felix.sanfo@undp.org / sanfof@un.org

M. Marcel Mikala, Conseiller Régional Chargé des Catastrophes Naturelles, OCHA ROWA
S/c Unité d'Appui à la Coordination du Système des Nations Unies
Cel : + 221 639 21 38
Mail : mikala@un.org

Press contact :

Mme Stephanie Bunker
Tel Bureau: + 1 917 367 5126
Fax Bureau: + 1 212 963 1312

Mme Elisabeth Byrs
Tel Bureau: +1 41 22 917 2653
Fax Bureau: + 41 22 917 00 20
Mail : byrs@un.org

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.