Burkina Faso

Enquête Nutritionnelle Nationale, SMART - Décembre 2020

Format
Assessment
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Resumé

La présente enquête nutritionnelle nationale de 2020, s’est déroulée du 18 octobre au 10 novembre 2020 dans un contexte marqué par l’insécurité et la maladie à coronavirus (Covid-19). Le niveau de representativité était provincial dans 36 provinces et mixte c’est-à-dire provinciale et régionale dans 4 régions (Boucle du Mouhoun, Nord, Est et Sahel).

Au total 40 strates ont été concernées par la collecte de données. L’enquête visait à fournir non seulement des données actuelles sur les prévalences de la malnutrition et sur la morbidité, mais aussi sur les pratiques optimale d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE), la situation nutritionnelle chez les femmes en âge de procréer (15-49 ans), la mortalité retrospective chez les enfants de moins de cinq ans, la couverture de la supplémentation en vitamine A chez les enfants de 6 à 59 mois, le déparasitage chez enfants de 12-59 mois et enfin la disponibilité du sel iodé dans les menages.

Les prévalences de la malnutrition aiguë, de la malnutrition chronique et de l’insuffisance pondérale au plan national, étaient respectivement de 9,1 % (dont 1,0 % sous la forme sévère) ; 24,9 % et 17,6 %. La surcharge pondérale a concerné 2,8% des enfants dont 1,9% d’enfants souffrant d’obésité.

L’évaluation de la situation nutritionnelle des femmes en âges de procréer montre une prévalence de la malnutrition aiguë de 4,1% selon le périmètre brachial (PB) et de 9,0% selon l’indice de masse corporelle (IMC). Parmi ces femmes, 13,5% etaient concernés par le surpoids et 7,6% par l’obésité.

Pour ce qui est des pratiques optimales d’ANJE, 63,4% des enfants de 0-23 mois ont bénéfié d’une mise au sein précoce et 64,3% des enfants ont été exclusivement allaités.

La poursuite de l’allaitement a été effective chez 96,4 % des enfants de 12 à 15 mois. Elle a été effective chez 80,1 % des enfants âgés de 24 mois.

Pour ce qui est de l’alimentation de complement, 29,2 % des enfants ont consommé au moins quatre groupes d’aliment et 21,9 % ont bénéficié d’une alimentation minimale acceptable.

Quant aux femmes en âge de procréer (15-49 ans), 17,5 % d’entre elles ont consommé au moins cinq groupes d’aliments et 81,7% ont pris plus de 90 comprimés de fer/acide folique au cours de leur dernière grossesse. Par ailleurs, 89.6% des ménages disposaient de sel iodé.

Enfin, le taux brut de mortalité chez les moins de cinq ans durant les 90 jours précédant l’enquête était de 0,190‰0/j au niveau national.