Burkina Faso

Burkina Faso : Rapport mensuel de protection région de l'Est - Février 2021

Format
Situation Report
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. Contexte/Points saillants

La région de l’Est est toujours sous l’emprise des exactions des hommes armés non identifiés dans la majorité de ses provinces. Des assassinats individuels ou collectifs, des attaques à la mine, la région de l’Est connait aujourd’hui une autre forme de violation de droits humains allant des menaces à la persistance d’une imposition d’idéologie religieuse aux populations des différentes localités qui sont devenus le terrain de jeu des HANI.

Le contexte sécuritaire au cours de ce mois de Février 2021 demeure toujours précaire, notamment dans les provinces du Gourma, de la Tapoa, de la Komondjari et de la Gnagna avec une forte présence des hommes armés non identifiés (HANI). Seule la province de la Kompienga connait une stabilité sécuritaire depuis Décembre 2020 à Février 2021.

Au cours de ce mois de Février 2021, des incidents sécuritaires ont été enregistrés tels que la neutralisation de 02 présumés HANI par des FDS lors de leur patrouille dans la Komondjari, la riposte d’une attaque par des FDS a, Sakoani, l’enlèvement d’un membre du groupe d’auto-défense Kolgweogo dans la Tapoa.

Quant aux incidents de protection, il s’agit d’abord des enlèvements de civils, de Leaders communautaires et de militants politique à Nampoansiga dans la Tapoa, à Koulfo dans la Gnagna, auxquels s’ajoutent les menaces à la soumission à la charia islamique par l’obligation de port de voile par les femmes, de la barbe et des pantalons sautés par les hommes, ajouté à cela, l’interdiction des boissons alcoolisées, des débits de boissons, l’extermination sans conditions des animaux tels que les chiens et les porcs. Ce type d’incidents a été enregistré à Logobou, à Botou dans la Tapoa, à Mani dans la Gnagna et à Nassougou dans le Gourma. Enfin, la destruction des biens par les incendies dans la commune de Kantchari et de Matiacoali. L’atteinte au droit à la vie est caractérisée par la découverte de corps sans vie dont les auteurs sont inconnus.

Sur le plan sanitaire, la région n’a pas enregistré de cas de Covid 19 au cours de ce mois, les autorités régionales et les acteurs humanitaires mettant plus d’accent sur l’observation des mesures barrières par des sensibilisations à travers les médias.

Un couvre-feu est en vigueur à partir de 19h00 à 04 h dans les communes concernées par l’état d’urgence, de 22h-à 04h dans les chefs-lieux des provinces et de 00h-04h au chef-lieu de la région.
En résumé, le contexte sécuritaire de la région de l’Est au cours de ce mois demeure précaire avec une répétition de type d’incidents observés au cours des derniers mois dans ses différentes localités. De l’analyse, il ressort que la violation portant atteinte au droit à la vie a été moins considérable, faisant place à une prédominance des enlèvements des civils par des HANI qui serait une manière de soutirer des informations sur la collaboration de la communauté avec les Forces de défense et de sécurité (FDS), les volontaires pour la défense de la patrie (VDP) et les groupes d’auto-défense Kolgweogo.