Burkina Faso

Burkina Faso : Rapport mensuel de monitoring de protection - Région du Sahel (Mars 2021)

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. CONTEXTE

Dans la Région du Sahel, le mois de Mars a été marqué par l’accentuation des attaques des groupes armés non identifiés (GANI). Cette crise sécuritaire touche l’ensemble des provinces occasionnant des situations de précarité et de vulnérabilité extrême au sein des populations. A l’instar du mois de février, le mois sous revue a connu aussi des incidents sécuritaires et/ou de protection.

Comparativement au mois dernier, il est constaté plus d’incidents sécuritaires au cours de ce mois de Mars. Il a été enregistré 41 incidents ce mois contre 38 le mois précèdent. Ces attaques ont occasionné de nombreuses violations des droits humains notamment les violations du droit à la vie, du droit à la propriété, du droit à l’intégrité physique et psychique, du droit à la liberté et à la sécurité. Et cela est perceptible dans presque toutes les provinces. En effet, Le 02 mars 2021, une ambulance du CMA de Djibo évacuant une femme malade à Ouagadougou a sauté sur une mine à Gaskindé. Les passagers au nombre de 06 sont tous morts. La province du Yagha, quant à elle, est plus confrontée aux cas d’enlèvements. Ainsi, Dans la journée du jeudi 18 mars 2021, cinq (05) personnes ont été victimes d’un enlèvement sur la route Sebba-Mansila. Il s’agit de quatre agents de santé du centre médical (CM) de Mansila et un bénévole du même CM.

Concernant les mouvements de populations, Le 04 mars 2021 des GANI en grand nombre ont fait irruption dans plusieurs villages de la commune de Déou et ont donné un ultimatum aux habitants de quitter les lieux. Cette situation a occasionné un mouvement de population vers la ville de Déou.

Dans la Région du Sahel, les provinces qui accueillent le plus de personnes déplacées internes sont celles du Soum notamment la ville de Djibo, du Seno avec les villes de Dori et de Gorgadji ainsi que l’Oudalan notamment la ville de Gorom-Gorom. La province du Seno a été la moins touchée par les incidents, mais demeure toujours une zone à risque où la situation sécuritaire reste précaire et volatile. Cependant, le chef-lieu de Région qui est la commune de Dori reste la ville la plus stable où toutes les administrations fonctionnent normalement.