Burkina Faso

Burkina Faso : Rapport mensuel de monitoring de protection - Région de la Boucle du Mouhoun (octobre 2021)

Format
Situation Report
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Résumé

A l’instar des autres régions affectées par la crise humanitaire au Burkina Faso, le contexte sécuritaire de la Boucle du Mouhoun s’est énormément détérioré au cours du mois d’octobre 2021, marqué par une forte recrudescence d’incidents ayant négativement impacté l’environnement de protection dans la région. Cette situation sécuritaire difficile serait la conséquence directe des incursions massives de colonnes de GANE signalées dans les communes de Toéni, de Gomboro, de Lanfiéra, de Di et de Kassoum, en provenance du Mali depuis le début de ce mois. En termes d’incidents, les localités les plus impactées demeurent les provinces à forts défis sécuritaires à savoir le Sourou et la Kossi où les GANE semblent avoir consolidé leur présence. Il a été également observé, dans la province du Mouhoun, une montée de l’insécurité en milieu urbain avec une recrudescence d’actes criminels (secteurs 1 et 6) de braquage (axe Dédougou – Koudougou) et de tentative de vol à main armée dans la ville de Dédougou.

La dégradation continue de la situation sécuritaire pourrait être analysée aussi bien en termes d’incidents (19 enregistrés contre 6 pour le mois précédent) que du point de vue du nombre de victimes des violations de droits identifiées (1007 contre 48 pour le mois précédent). Cette dégradation s’est caractérisée par une multiplication sans précédent d’incidents de protection contre les populations et d’attaques armées contre les positions des Forces de Défense et de Sécuritaire (5 attaques contre les postes des FDS).

Dans le Sourou, les GANE ont également poursuivi les menaces et autres actes d’intimidation contre le personnel enseignant et effectué des contrôles irréguliers sur quelques axes routiers. En ce qui concerne la typologie des incidents enregistrés sur la période, l’atteinte à la liberté et à la sécurité demeure la principale atteinte (08 cas), suivie de l’atteinte à l’intégrité psychique (04 cas), l’atteinte à l’intégrité physique (01 cas), l’atteinte à la vie (03 cas), l’atteinte à la propriété (02 cas) et des violences basées sur le genre (01 cas).

Comme conséquences directes de ces menaces sécuritaires, il a été constaté la fermeture des écoles dans certains villages des communes de Tougan (Daka, Yankoré) et de Kiembara et un déplacement d’élèves vers le chef-lieu de province. Le Sourou fait également face à une restriction des espaces de circulation en raison de la présence régulière des GANE sur certains axes routiers (Tougan – Di et Tougan – Ouahigouya). Quant à la répartition géographique des incidents, le Sourou vient largement en tête avec 13 incidents contre 03 pour chacune des provinces de la Kossi et du Mouhoun.

Quant à la situation de crise sanitaire liée au COVID – 19, bien qu’aucun nouveau cas ne soit signalé au cours du mois dans la région, les populations sont vivement invitées à recevoir gratuitement le vaccin sur les sites indiqués dans le cadre de la campagne de vaccination.

Zone de couverture Dans la Boucle du Mouhoun, la détérioration du contexte sécuritaire a énormément contribué à restreindre l’espace humanitaire surtout dans le Sourou. Ainsi, les équipes déployées sur le terrain n’ont pu réaliser le monitoring qu’à Tougan – Centre (pour le Sourou) et dans les communes de Nouna et de Bomborokuy dans la Kossi.

Dans la Kossi, les activités ont été directement mises en œuvre par les staffs dans les secteurs 01, 03 et 06 (commune de Nouna) et les secteurs 01 et 03 pour la commune de Bomborokuy. Au niveau du Sourou, les missions de monitoring se sont effectuées dans les secteurs 02, 03,04 et 06 de la ville de Tougan. La couverture effective de ces localités par les équipes de terrain a nécessité 16 missions de monitoring dont 11 effectuées dans le Sourou contre 05 pour la Kossi. En raison des mouvements récurrents des GANE dans les localités sous leur influence, le monitoring à distance s’est poursuivi dans les autres communes des provinces de couverture du projet