Burkina Faso

Burkina Faso : Rapport mensuel de monitoring de protection - Plateau Central (Octobre 2021)

Format
Situation Report
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Résumé

La crise sécuritaire que traverse le Burkina Faso affecte les différentes régions. A cet effet le Plateau-Central en dépit de sa stabilité sur le plan sécuritaire, accueille 18.081 PDI selon les chiffres du CONASUR en date du 30/09/21. Les PDI proviennent en majorité des régions du Sahel et du Centre-Nord.

Cette stabilité sécuritaire favorise la quasi-fonctionnalité des services sociaux de base et le nombre faible d’incidents dans le Plateau central. Au cours de la période sous couverture un seul incident en lien avec la protection de l’enfant a été enregistré. Il s’agit de l’abandon d’un nourrisson (garçon) au sein de la communauté hôte par sa mère dans des buissons. Apres avoir été saisis, les services de santé et de police ont pu retrouver la mère du bébé et une procédure est actuellement en cours. Également des violations de droits liés aux VBG ont été signalées notamment 07 cas dont les survivants sont des PDI. 95 nouvelles PDI provenant des régions du Centre-Nord et du Sahel, ont été identifiées et orientées vers les services en charge de l’action humanitaire pour leur profilage.

Courant la période 14 cas positif à la Covid-19 ont été enregistrés dans le Plateau central soit une hausse de plus 09 cas comparativement au mois passé. Également, deux missions conjointes de suivi des activités du projet Protection HCR ont été effectuées avec les services en charge de l’Action humanitaire dans les provinces d’Oubritenga et du Ganzourgou et un renforcement de capacité a été effectué avec la collaboration des services de l’action humanitaire de l’Oubritenga au profit des structures communautaires autour des thématiques de VBG et des techniques de mobilisation et d’animation communautaire.

De façon générale, il ressort du monitoring communautaire que les PDI au Plateau central sont dans des conditions de vie précaires du fait de la réponse très limitée des acteurs de réponse (INTERSOS, Action humanitaire, Association YIIKRI) et de la durée de séjour prolongé (plusieurs années sans aucune réponse adéquate). Les besoins alimentaires, d’abris, d’eau, d’AGR, de santé et d’éducation sont criards. Cette précarité pourrait expliquer la fréquentation des sites d’orpaillage (surtout par les enfants), la déscolarisation, l’exploitation économique des PDI par les communautés hôtes… Afin de réduire ces risques de protection dus à la précarité des conditions de vie des PDI, il s’avère nécessaire pour les acteurs de réponse en matière de sécurité alimentaire, d’abris, de Wash et de protection de l’enfance d’apporter des soutiens urgents pour alléger la souffrance des PDI dans le Plateau central.