Burkina Faso

Burkina Faso: Plan de réponse - avril-décembre 2020 Atténuer l’impact de la maladie à coronavirus 2019 (covid-19) sur la sécurité alimentaire

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Contexte

Une insécurité croissante aggravée par la maladie à coronavirus 2019 (covid-19)

Depuis début janvier 2018, le Burkina Faso est confronté à une insécurité grandissante qui a engendré des mouvements massifs de population. Outre la crise sécuritaire qui touche le pays, les premiers cas de personnes infectées par la pandémie de la covid-19 ont été confirmés le 9 mars 2020. Au 1er juin 2020, 883 cas ont été confirmés dont 322 femmes, enregistrés dans neuf régions du pays - le Centre, les Hauts Bassins, le Centre-Nord, la Boucle du Mouhoun, le Plateau Central, les Cascades, le Centre-Sud, le Sud-Ouest et le Sahel.

Afin de lutter contre la pandémie, le Gouvernement du Burkina Faso a mis en place quatre types de mesure: (i) les mesures de protection et de prévention de la propagation du virus; (ii) la réalisation d’une étude d’analyse macroéconomique de l’impact de la covid-19; (iii) les mesures de mitigation; et (iv) la formulation d’un plan de riposte. Par conséquent, certaines mesures mises en place ont impacté la vie économique, sociale et politique du pays, notamment l’interdiction de tout regroupement de plus de 50 personnes, l’instauration d’un couvre-feu de 19h à 5h du matin, la fermeture des frontières terrestres et ferroviaires, l’isolement de certaines villes et la fermeture de certains marchés dont à Ouagadougou. Suite à une relative stabilité des cas d’infection, confirmée par les services techniques du Ministère de la santé, le Gouvernement a progressivement levé certaines restrictions et révisé certaines mesures afin de réduire leurs impacts sur les populations (réduction des heures de couvre-feu de 21h à 4h du matin, reprise progressive du travail au bureau, ouverture des marchés et de centre de culte religieuse), en instaurant cependant une forte sensibilisation sur la distanciation et le port obligatoire de masque. Néanmoins, la situation reste instable et des risques de contamination persistent, surtout au sein des populations les plus vulnérables, si ces différentes mesures ne sont pas respectées.