Burkina Faso

Burkina Faso : Mise à jour éclair - Déplacements au Nord, 4 janvier 2022

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Déplacements au Nord

Presque 50 000 personnes se sont nouvellement déplacées vers Ouahigouya et d’autres localités de la région du Nord depuis le 1 décembre 2021, à la suite d’une série d'attaques de groupes armés non étatiques (GANE) dans plusieurs communes. A la date de publication, les autorités régionales sont engagées au dénombrement des personnes nouvellement déplacées. Cependant des nouveaux mouvements de Titao vers Ouahigouya sont signalés à la suite de l'attaque du 23 décembre 2021contre un convoi commercial escorté par les VDP, qui a fait 41 morts, dont un éminent dirigeant local du VDP.
D’autres flux de nouveaux déplacements ont été signalés de la commune de Thiou, par suite d’une attaque le 16 décembre et de Ouindigui suite aux attaques rapportés entre le 12 et 15 décembre.
Ces attaques, à travers desquelles aux moins cinq (5) personnes ont été tuées, plusieurs femmes violentées et de nombreuses habitations, boutiques et greniers incendiés selon les rapports initiaux, auraient vidé Ouindigui de sa population de 35 000 personnes, qui ont fui vers les villes de Séguénéga, Kossouka et Titao.
En plus, entre le 30 novembre et le 4 décembre, il s’agit des communes de Namissiguima, Sollé et Tangaye d’où des irruptions des GANE ont été signalées, avec des menaces contre la population, des vols de bêtes et biens et des incendies des boutiques et des greniers rapportés. A la date du 7 décembre 2021, le dernier chiffre de dénombrement disponible auprès des autorités régionales, presque 15 000 personnes nouvellement déplacées ont été indiquées à Ouahigouya, Tangaye-centre et Sollé, dont 8 254 personnes (1 179 ménages) venant de la commune de Tangaye, 4 717 personnes (674 ménages) de Namissiguima, et 1 980 personnes (160 ménages) de Sollé.

Impact et besoins humanitaires

Les premières évaluations montrent que les besoins les plus urgents exprimés par les ménages déplacés sont la nourriture, les abris/AME et les moyens de subsistance. Plusieurs PDI ont abandonné des greniers remplis de nourriture ; les vivres ayant été soient emportés, soient brûlés par les GANE.
Dans les zones d’accueil, les déplacées se trouvent dans des familles d'accueil avec un haut degré de promiscuité tandis que d'autres sont sans abri ou vivent dans des abris de fortune.
A Ouahigouya, les autorités peinent actuellement à trouver un endroit pour loger les PDI en raison de l'afflux, tandis qu'à Séguénéga, un site a été identifié mais il y a un manque de matière d’abri.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.