Burkina Faso

Burkina Faso Key Message Update: Des achats atypiques de céréales pour la constitution de stocks préventifs dans l’extrême nord du pays, Novembre 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Key Messages

  • Avec la faible production de la saison et la perte des avoirs, les PDI et ménages hôtes pauvres dans le nord du pays sont atypiquement dépendant des marchés. L’enquête de sécurité alimentaire (ENISAN, Octobre 2021) révèle que dans les zones accessibles des provinces de l’Oudalan, du Soum, du Sanmatenga et de la Komandjoari, aux moins 50 pour cent des ménages consacrent plus de 75 pour cent de leurs revenus aux dépenses de nourriture. Malgré tout, les restrictions alimentaires, notamment la réduction des quantités consommés, du nombre de repas, et la consommation des adultes, concernent au moins 20 pour cent des ménages. Des gaps plus importants pourraient être observés dans les zones inaccessibles, en particulier dans l’Oudalan où les PDI et ménages hôtes pauvres sont exposés à l’Urgence (Phase 4 de l’IPC).

  • Les incidents sécuritaires ont augmenté d’environ 70 pour cent en octobre comparé à la moyenne mensuelle enregistrée depuis le début de la saison des pluies en juin. Les tueries continuent et ce mois de novembre a été particulièrement meurtrier pour les forces de défense et de sécurité (FDS) et les volontaires pour la défense de la patrie (VDP).Toutes les régions frontalières sont touchées par les menaces des groupes militants. Ces incidents obligent certaines populations à abandonner leurs récoltes. Ils affectent aussi négativement les flux internes des produits agricoles.

  • Dans les provinces les plus touchées par l’insécurité, entre 32 et 65 pour cent des ménages qui ont pu produire estiment que leurs stocks issus de l’autoproduction ne pourront pas excéder trois mois. Autrement, ils seront précocement dépendants des marchés dès le mois de janvier. Déjà pour anticiper l’épuisement des stocks et la hausse des prix, ils augmentent les déstockages du bétail pour constituer des stocks préventifs de céréales et aussi d’aliment pour bétail. Par exemple, sur le marché de Gorom-Gorom, les offres d’animaux, principalement des ménages moyens et aisés ont augmenté de 18 pour cent pour les petits ruminants et 66 pour cent pour les bovins par rapport au mois passé.

  • Malgré les récoltes en cours, l’offre de produits agricoles reste en-dessous de la moyenne pour la période. En lieu d’une baisse saisonnière, les prix des céréales de base sont restés dans l’ensemble stables par rapport au mois passé. Des hausses légères ont même été observées sur les marchés de Bogandé, Haaba, Gayéri (région de l’Est), Titao (région du Nord) et Kongoussi (région du Centre-Nord). Par rapport à la moyenne quinquennale, les prix affichent au niveau national des augmentations de 38 pour cent pour le maïs, 17 pour cent pour le sorgho et 12 pour cent pour le mil. Des variations atypiques dépassant 50 pour cent sont observées sur les marchés de Haaba (dans la Komandjoari), Kelbo et Tongomayel (dans le Soum).