Burkina Faso

Burkina Faso : iMMAP/DFS COVID-19 Situation Analysis (mai 2021)

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published

Attachments

APERÇU DE L’ÉPIDÉMIE DE COVID-19

Dès la déclaration de l’épidémie de la COVID-19 au Burkina Faso, les autorités gouvernementales ont mis en place le dispositif de riposte. Le CORUS,
Centre des Opérations de Réponse aux Urgences Sanitaires, a été chargé de coordonner la réponse contre la COVID-19. Les données du CORUS ainsi que les communiqués quotidiens du Système d’Information du Gouvernement (SIG), ont permis de constituer une base de données qui sert à établir l’aperçu de la COVID-19 dans le pays pour le mois de mai 2021.

CAS DE COVID-19

Baisse continue des nouveaux cas

Le pic de la seconde vague des cas COVID-19 au Burkina Faso enregistré en janvier 2021, a laissé la place à une baisse du nombre de nouveaux cas. Comme le montre le graphique #1, cette baisse des cas s’est poursuivie de manière constante les mois suivants et s’est confirmée au cours du mois de mai 2021. En effet, le nombre de nouveaux cas est passé de 545 au mois d’avril à 116 au mois de mai, soit une baisse de 79% et après avoir enregistré une baisse de 26% entre mars et avril. Au 31 mai 2021, le nombre total des cas COVID-19 au Burkina Faso s’établit alors à 13.435 cas confirmés.

Même épicentre et seules deux régions avec nouveaux cas confirmés en mai

Depuis le début de l’épidémie, les régions du Centre et des Hauts-Bassins constituent les deux principaux épicentres. Ces deux régions comptent environ 86% des cas confirmés dans le pays. L’épidémie qui touche déjà toutes les régions administratives du pays, connaît cependant un ralentissement dans plusieurs localités. Seules cinq (Sahel, Boucle du Mouhoun, Cascade, Haut-bassins et le Centre) régions (Centre et Centre-Nord) n’ont pas enregistré de nouveaux cas au cours du mois de mai. Cette tendance est observée depuis mars où certaines régions n’enregistrent plus de nouveau cas confirmé.

Baisse continue et forte des cas actifs au cours du mois de mai

L’importante baisse des cas actifs depuis le mois de mars s’est consolidée au mois de mai. Le nombre de cas actifs est passé de 132 à 12 entre avril et mai, soit une baisse de 91% après la baisse de 34% constatée entre mars et avril. Le fait qu’une telle baisse s’inscrive dans la durée est révélateur d’une certaine maîtrise de l’épidémie sur le plan local. Les cas actifs étant les personnes portant encore le virus et donc susceptibles de le transmettre, une baisse soutenue de ce nombre indique qu’une nouvelle flambée des cas est très peu probable dans le très court terme.

Enfin, un plan de vaccination mis en marche

Depuis lors, le Burkina Faso était le seul pays en Afrique de l’Ouest qui n’avait encore administré aucune dose de vaccin anti-COVID-19. La situation achangé depuis le 30 mai 2021 avec la réception de la première livraison de 115 000 doses de vaccin AstraZeneca financées par le dispositif Covax et la campagne vaccinale a débuté le 1er juin 2021. Ce dispositif prévoit entre autres la vaccination de 3% de la population pendant la première phase puis 17% pour la deuxième phase (soit 4 341 233 personnes).

Ensuite, le gouvernement a l’ambition, avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers, de vacciner 50% de la population restante, soit 5 410 623 personnes. Au total, 9 857 963 personnes seront vaccinées contre la COVID-19 au Burkina Faso (Ministère de la santé 09/02/2021). L’atteinte de cet important objectif requiert la mobilisation de 67 400 596 162 FCFA dont une partie sur le budget national. Le reste sera financé par les partenaires techniques financiers. En 2020, le budget de l’Etat a été lourdement impacté par la pandémie avec une baisse drastique des recettes et un plan de riposte sanitaire de 177,9 milliards FCFA, soit 1,8% du PIB (FMI 11/2020).