Burkina Faso

Burkina Faso : iMMAP/DFS COVID-19 : Analyse de la situation, Période Décembre 2020

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published

Attachments

Points essentiels

Aperçu épidémiologique: Au 31 décembre 2020, le nombre de cas confirmés de Covid-19 au Burkina Faso est de 6.828. En un mois seulement, ce chiffre a plus que doublé. Le nombre de cas actifs est de 1 591, soit plus de la moitié des cas enregistrés jusque-là en huit mois d’épidémie.17 nouveaux décès de Covid-19 sont à déplorer au cours du mois de décembre, ce qui porte le nombre total de décès à 85. Ce chiffre représente le double de la moyenne mensuelle des décès enregistrés depuis le début de l’épidémie. Au moins un cas confirmé a été notifié dans chacune des régions administratives que compte le Burkina Faso. Cependant les principaux épicentres restent les régions du Centre et des Hauts-Bassins avec 85% des cas confirmés.

Mesures d’endiguement et de prévention: Aucune nouvelle mesure n’a été prise au cours du mois de décembre malgré la flambée des cas. Depuis la campagne électorale du mois de novembre, le gouvernement ne cesse d’en appeler au sens de responsabilité de tous sans mesure concrète. L’indice de rigueur dans la réponse gouvernementale face à la Covid-19 est au plus bas au moment où les cas connaissent des records. Néanmoins, les frontières terrestres restent fermées.

Économie: Les mesures gouvernementales adoptées afin de réduire l’impact de la COVID-19 ont affecté directement l’économie du Burkina Faso. La baisse du PIB a fait suite à la perte d’activités des principaux secteurs économiques. La crise a, en plus, engendré des licenciements et une diminution des opportunités de travail. L’inflation générée par la fermeture des frontières et la baisse d’activités - ainsi que la perte de revenus des ménages ont une incidence marquée sur la pauvreté de la population. Pour contrer ce phénomène, le gouvernement a adopté un plan de sauvegarde de l’économie qui impacte d’autant plus la dette publique.

Sécurité: Le mois de décembre a connu de nombreux cas de vols et d’agressions sexuelles. Les cinq régions les plus affectées par les incidents sécuritaires sont toujours le Sahel, le Nord, le Centre-Nord, l’Est et la Boucle du Mouhoun. Du fait de l’activité des groupes armés, la situation sécuritaire s’est également fortement dégradée dans les régions Hauts-Bassins et Cascades, qui connaissaient une certaine stabilité il y a encore quelques mois. Les violences intercommunautaires sont également très présentes et nourrissent le plaidoyer des groupes armés qui recrutent les enfants déscolarisés.

Déplacements: Les attaques et affrontements armés répétés dans certaines régions du Burkina Faso ont conduit de nombreuses personnes à fuir leur localité. Au mois de novembre, la violence est restée le premier facteur de déplacement. À la suite des incidents sécuritaires, les personnes déplacées cherchent majoritairement à trouver refuge dans les centres urbains les plus proches. Au mois de décembre 2020, le nombre total de réfugiés s’élève à 296 600 dont 20 000 d’origine malienne et le nombre total de déplacés internes s’élève à 1 074 993 individus. L’engorgement des communautés hôtes, vivant déjà sous conditions précaires, constitue également un facteur de risque important de propagation de la COVID-19.