Burkina Faso

Burkina Faso : iMMAP/DFS COVID-19 : Analyse de la situation, juin - septembre 2020

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published

Attachments

Points essentiels

  • Depuis le début de la pandémie en Mars 2020, le Burkina Faso a enregistré un total de 1896 personnes contaminées par le virus de COVID-19 dont 56 personnes décédées. Les régions les plus affectées sont le Centre et les Haut-Bassins qui comprennent plus de la moitié des cas.
  • La portée limitée des campagnes de dépistage nuit à la précision et à la fiabilité des chiffres officiels de cas et de décès liés à la COVID-19.
  • Progressivement levées en juin, juillet et août 2020, les mesures gouvernementales ont depuis fait place à une résurgence de cas de contamination au mois de Septembre.
  • La restriction des déplacements et la fermeture des frontières ont aggravé les problèmes d’accès humanitaire aux populations des régions de l’Est, du Sahel, du Nord de la Boucle du Mouhoun et du Centre-Nord ainsi que des populations les plus vulnérables tels que les déplacés ou les enfants.
  • La fermeture des commerces et des frontières et la quarantaine ont fait plonger l’économie du pays et ont mené à la perte des emplois de 70% de la population.
  • L’insécurité présente dans une partie du pays a poussé 15% de la population dans le besoin d'aide alimentaire d'urgence. La situation sanitaire engendrée par la COVID-19 a empiré ce phénomène en créant une crise socio-économique majeure.
  • Le système de santé souffre de la superposition de la crise sécuritaire et de la crise sanitaire avec la fermeture d’une partie importante des infrastructures de santé à la suite des violences. 1,171,907 millions de personnes sont ainsi privées d’accès aux soins. S’ajoutent la difficulté d’approvisionnement en matériel de santé, le manque de personnel, l’arrêt des campagnes de vaccination etc.
  • Outre la violence engendrée au sein des foyers du fait du confinement et de la fermeture des lieux de collectivité, les mesures de lutte contre la pandémie de COVID-19 ont également entraîné une diminution de l’intervention humanitaire et associative en matière de protection.
  • Les répercussions de l’épidémie et des mesures adoptées par le gouvernement sur les populations ont poussé celles-ci à adopter des stratégies d’adaptation néfastes pour subvenir à leurs besoins vitaux. Une augmentation des activités illégales et dommageables pour les individus tels que le travail des enfants, la prostitution, les mariages forcés et les vols ont été rapportées.