Burkina Faso

Burkina Faso: Groupe de Travail Technique (GTT) d’appui au Système d’information nutritionnelle (SIN) Termes de Références (TdRs) Rédigé le 15 mai 2020 (version validée)

Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

1- Contexte et Justification

La malnutrition constitue un véritable problème de santé publique au Burkina Faso. En 2019, les prévalences de la malnutrition aiguë et de la malnutrition chronique étaient respectivement de 8,1% et 25,4% (ENN 2019).

A l’instar des autres pays sahéliens, le Burkina Faso connait des crises alimentaires et nutritionnelles récurrentes.
Le Burkina Faso, vit depuis 2018 une crise sécuritaire sans précèdent caractérisée par les déplacements massifs de population en interne et la fermeture des centres de santé. Le nombre de personnes déplacées a augmenté de façon exponentielle passant de 87,000 en Janvier 2019 à 560,033 en décembre 2019. Cette situation sécuritaire entraine une dégradation de la situation nutritionnelle des populations dans les zones affectées notamment les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes et allaitantes. A, cela s’ajoute la pandémie du COVID 19 depuis mars 2020 qui pourrait assombrir davantage cette question nutritionnelle des populations et de nombreux défis nouveaux se présentent à nous.

En effet, l’enquête nutritionnelle SMART Rapide réalisée en octobre 2019 dans les 6 communes abritant le plus de déplacés (Arbinda, Barsalogho, Djibo, Kaya, Matiacoali, Titao) et sur le site de déplacés internes de Barsalogho révèle des seuils d’alerte ( MAG ≥ 10%) et seuil critique (MAG ≥ 15% ) parmi les populations hôtes que les populations déplacées.

Face à cette situation d’insécurité l'approche cluster a été lancée au Burkina Faso le 11 Décembre 2019 et le cluster nutrition a été activé. Aussi, Plusieurs programmes et plans de réponse sont mis en œuvre avec un focus dans les zones affectées par l’insécurité.

Le sous-groupe de travail d’appui au système d’information nutritionnelle (SIN) est l’un des sous-groupes thématiques du cluster nutrition qui veut donc contribuer à l’amélioration du Système national d’information sanitaire (SNIS) déjà existant et qui intègre le volet nutritionnel au regard de nouveaux défis sécuritaires et du COVID 19.
Un système SIN inclut aussi des évaluations telles que les enquêtes SMART (Standardized Monitoring and Assessment in Relief and Transition), les enquêtes de couverture (SQUEAC et SLEAC) et les enquêtes UNHCR SENS.

Face au contexte de l’urgence, le système d’information nutritionnelle est une composante clé qui permet d’assurer le suivi de l’évolution de la situation nutritionnelle et pour informer la planification et la mise en œuvre des programmes de nutrition.

De nombreux défis existent dans le domaine du système d’information nutritionnelle :

• La faible qualité de certaines données • La faible promptitude et complétude des données • La non prise en compte de certains indicateurs dans le système d’information de routine et dans les enquêtes périodiques • L’insuffisance d’analyse et d’utilisation des données Le gouvernement bénéficie de plusieurs appuis sur le SIN de la part des partenaires à divers niveaux.

Toutefois, les interventions connaissent une insuffisance de coordination et d’intégration. La mise en place d’un sous-groupe sur le système d’information nutritionnelle permettra de renforcer la coordination des activités d’appui au SIN, la collaboration entre les partenaires pour plus de synergie d’action et pour des interventions efficaces et durables. Ce groupe permettra d’appuyer les enquêtes nutritionnelles SMART, les enquêtes de couvertures, l’intégration de la nutrition dans le système d’information sanitaire de routine, le partage de bonnes pratiques et des leçons apprises afin d’apporter un appui efficace au Cluster nutrition.