Burkina Faso + 5 more

Bulletin d'information No. 977 pour l'Afrique de l'Ouest

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
IRIN pour l'Afrique de l'Ouest
Tel: +225 22-40-4440
Fax: +225 22-41-9339
email: irin-wa@irin.ci

SIERRA LEONE: Les rebelles libèrent plus d'une centaine d'enfants soldats

Les rebelles sierra léonais ont remis en liberté 154 enfants soldats à la suite d'un accord de cessez-le-feu et de désarmement conclu mardi, a rapporté l'AFP en citant Ibrahim Sesay, le directeur local de l'agence catholique de bienfaisance CARITAS. Sesay a précisé que 142 des enfants ont été relâchés près de la localité de Makeni, sous contrôle rebelle dans le nord du pays.

Jeudi, la Mission de l'ONU en Sierra Leone avait confirmé que 115 enfants soldats avaient été remis en liberté mardi.

L'AFP a rapporté, toujours en citant Sesay, que certains enfants nécessitaient une attention médicale. « Nous projetons d'amener à Freetown ceux qui sont en mauvais état de santé pour une intervention chirurgicale », a-t-il indiqué.

BURKINA FASO: Interpellation de trafiquants d'enfants

Des gendarmes de Fada n'Gourma, à 222 km à l'est de Ouagadougou, ont arrêté le 13 mai sept trafiquants d'enfants qui se dirigeaient vers le Bénin voisin en compagnie de 23 enfants âgés de 11 à 14 ans. Les trafiquants, qui attendent d'être jugées, ont déclaré aux gendarmes qu'ils emmenaient les enfants travailler dans des plantations de coton.

Le capitaine Djibril Lalle, commandant de la gendarmerie de Fada, a expliqué à IRIN que les enfants lui avaient dit qu'on leur avait promis une bicyclette chacun et l'équivalent de 90 dollars à la fin de la saison de récolte du coton. La plupart viennent des départements de Tambarga et de Mondjoari, situés dans des régions montagneuses à la frontière avec le Bénin, a précisé Lalle. Ils ont été reconduits chez leurs parents.

[Voir dossier séparé intitulé 'BURKINA FASO : Child traffickers arrested']

CAMEROUN: L'Union européenne va enquêter sur les atteintes aux droits

L'Union européenne va enquêter sur des allégations de torture, de disparitions et d'exécutions qui se seraient produites l'année dernière au Cameroun, a rapporté le parlement européen jeudi. Une équipe de l'Union européenne procédera également à l'examen du rôle spécifique joué à cet égard par le Commandement opérationnel, une unité de lutte contre la criminalité. L'équipe rencontrera des représentants du gouvernement et offrira une aide technique au procès des accusés, a-t-il ajouté.

La décision de l'Union européenne d'enquêter au Cameroun fait suite à un tollé des ONG locales et internationales de protection des droits de l'homme suscité par la disparition de neuf jeunes gens le 28 janvier, soit cinq jours après leur arrestation à Douala par le Commandement opérationnel.

TCHAD: Elections présidentielles

Les Tchadiens décideront dimanche lequel des sept candidats présidentiels dirigera leur pays pour les cinq années à venir. Le président actuel, Idriss Déby, qui s'était emparé du pouvoir en 1990, avait remporté les élections de 1996 contre la plupart des candidats en lice pour le scrutin de dimanche.

Le principal adversaire est l'actuel président de l'Assemblée nationale et dirigeant de l'Union pour le renouveau et la démocratie, le général Wadal Abdelkader Kamougue, qui avait obtenu 30 pour cent des suffrages en 1996. Saleh Kebzabo, arrivé en troisième position en 1996, a été limogé du ministère de l'agriculture après l'annonce de sa candidature. Un autre rival, Kassire Koumakoye, avait été le premier ministre de Déby au début des années 1990 et candidat aux élections de 1996. Son parti, le Rassemblement national pour la démocratie et le progrès, ne dispose d'aucun siège au parlement.

Les autres candidats sont Oumar Saleh, du Parti pour la liberté et le développement ; Jean Bawoyeu, de l'Union pour la démocratie et la république et Ngarledjy Yorongar, de la Fédération action pour la république.

La campagne, qui a pris fin samedi, a été marquée par des intimations et par des violences, ont rapporté les médias. Le 3 mai, les six candidats de l'opposition avaient signé un accord transférant leurs voix au challenger, si l'un d'eux devait affronter Déby au second tour.

NIGERIA : Des communautés exigent une évaluation des dégâts pétroliers

Les habitants de la localité pétrolière de Warri, dans l'Etat du Delta au Nigeria, ont demandé une enquête d'évaluation des dégâts occasionnés par une marée pétrolière en avril dans les installations de Chevron Corp, dans leur région, a rapporté vendredi le journal local 'The Vanguard'.

Le quotidien de Lagos a rapporté que, selon les habitants du nord et du sud-ouest de la localité, les dégâts ont touché des cours d'eau et des infrastructures comme les canaux et les barrages. Dans une lettre adressée à Chevron, les conseils du gouvernement local ont indiqué que les ministères fédéral et local de l'environnement, les habitants et Chevron devraient constituer l'équipe chargée de l'enquête, a ajouté le quotidien.

Dans le même contexte, les habitants d'Umuakuni, dans l'Etat de Rivers ont émis un avis défavorable contre un plan proposé par 'Shell Petroleum Development Company' en vue de la construction d'une usine de recyclage des déchets dans la région, a rapporté 'The Guardian' vendredi.

Le porte-parole des communautés, Kosarim Nwuke, a souligné que celles-ci ne désiraient pas que se répètent les dégâts occasionnés lorsque Shell avait déversé des déchets industriels dans la rivière Otamiri, dans les années 1980, détruisant la vie aquatique et privant les communautés de leur principal moyen de subsistance.

« L'impact écologique négatif sera énorme car il affectera l'écosystème fragile de la région du Delta du fleuve Niger », a conclu Nwuke.

Les relations entre les compagnies pétrolières étrangères et les communautés de la région du Delta du Niger productrice de pétrole se sont détériorées au fil des dernières années. Les communautés ont régulièrement dénoncé l'exploitation et la dégradation de l'environnement, et ont demandé davantage de projets de développement.

LIBERIA: FAO et Monrovia signent un accord forestier

Le Liberia et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ont signé un accord d'un montant de 263 000 dollars destiné au renforcement de l'Autorité de développement forestier et d'un programme forestier national. Dans le cadre de l'accord, signé le 12 mai, la FAO aidera à la formation du personnel et fournira un soutien institutionnel aux bureaux de l'Autorité dans les villes de Sanniquellie, Zwedru, Tubmanburg et Greenville. L'accord fut signé par le ministre de l'agriculture, Roland Massaquoi et par le représentant de la Fao, Castro Camarada.

AFRIQUE : La FAO et les Etats sahélo-sahariens signent un accord de coopération

La Communauté des Etats sahélo-sahariens et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ont signé un accord de coopération dans le cadre du programme spécial de la FAO d'amélioration de la sécurité alimentaire, a rapporté jeudi l'institution de l'ONU sise à Rome.

Les domaines couverts par l'accord sont l'évaluation des ressources naturelles dans le but de promouvoir la sécurité alimentaire, le développement rural, le contrôle de la désertification et la protection de l'environnement, a ajouté la FAO. L'accord met aussi l'accent sur l'importance des échanges, notamment des techniques de contrôle de la désertification et des partenariats de formation du personnel.

La Communauté des Etats sahélo-sahariens est composée des pays suivants: Burkina Faso, Tchad, République centrafricaine, Djibouti, Egypte, Erythrée, Gambie, Libye, Mali, Maroc, Niger, Nigeria, Sénégal, Somalie, Soudan et Tunisie. Elle fut établie le 4 février 1998 dans la capitale Libyenne, Tripoli, en vue de la promotion de la paix et du développement rural et socioéconomique de la région.

Le programme spécial de la FAO pour la sécurité alimentaire a été créé en 1994 et opère dans 62 pays.

Abidjan, le 18 mai 2001

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite d'IRIN.]