Bulletin d'information No. 731 pour l'Afrique de l'Ouest

Report
from IRIN
Published on 05 Jun 2000
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
IRIN pour l'Afrique de l'Ouest
Tel [225] 22 40 44 40
Fax [225] 22 40 44 35
E-mail: irin-wa@irin.ci

SIERRA LEONE: 4 000 personnes déplacées à Mile 91

Quelque 4 000 personnes déplacées, selon les estimations, ont fui leurs domiciles des régions du nord et sont actuellement dans la région de Mile 91, à quelque 115 km à l'est de la capitale, a indiqué lundi à IRIN un responsable humanitaire des Nations Unies.

Le personnel humanitaire s'inquiète de ce que les personnes déplacées des villes de Makeni et Magburaka se dirigent vers Freetown o=F9 les installations existantes pour les personnes déplacées sont déjà surchargées. Une équipe inter-agences se rendra probablement dans la région vers la fin de la semaine pour évaluer les besoins, a précisé le responsable.

Selon les informations, les civils fuient le nord en raison de la tension croissante et des combats entre forces pro-gouvernementales et rebelles dans la région, en particulier autour de Lunsar, sur l'axe vers Makeni. Vendredi, le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, Oluyemi Adeniji, a signalé que des vols de reconnaissance au dessus de Lunsar n'avaient révélé aucune présence militaire, ce qui suggère que les troupes des deux camps se sont retirées après l'attaque menée mercredi par le Front révolutionnaire uni contre les forces gouvernementales.

SIERRA LEONE: Un nombre croissant de patients à la clinique de Lungi

Chaque jour, la clinique de Lungi, au nord de Freetown, traite un nombre croissant d'anciens combattants et leurs familles, ainsi que de personnes déplacées, indique le bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) dans son bulletin des 1-2 juin.

International Medical Corps (IMC), cité par OCHA, indique que la clinique traite en moyenne 120 patients par jour.

Parallèlement, IMC indique que le nombre de personnes déplacées au camp de Port Loko dépasse maintenant 11 000 et que les nouvelles arrivées se poursuivent. Récemment, le camp comptait 5 000 personnes. Sa clinique reçoit maintenant plus de 150 personnes par jour, dont la plupart souffrent d'affections respiratoires aiguës dues aux mauvaises conditions de vie et à de précédents séjours prolongés dans la brousse. Les autres affections sont des crises de paludisme et quelques cas de traumatismes, selon OCHA.

SIERRA LEONE: L'OMS poursuit sa lutte contre la polio

Poursuivant son objectif d'éradiquer la polio, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) accroît sa surveillance de la Paralysie Flasque Aiguë (PLA), a indiqué vendredi l'agence des Nations Unies. Le personnel de santé des districts de Pujehun, Moyamba et Bonthe, au sud du pays, sera formé à la surveillance de la PFA au cours des deux prochaines semaines.

L'OMS a par ailleurs signalé plusieurs épidémies de diarrhée hémorragique, en avril et mai, dans les districts de Port Loko, au nord, et Bo, au sud, selon le rapport. Le nombre total de cas enregistrés de janvier à mars est de 10 398, dont un tiers d'enfants de moins de cinq ans.

SIERRA LEONE: Le RUF bloque un convoi d'approvisionnement

Le RUF a intercepté ce week-end un convoi de cinq camions destinés au ravitaillement alimentaire de plus de 250 casques bleus indiens encerclés par les rebelles à Kailahun, dans l'est du pays, a indiqué M. Eckhard. L'un des camions a pu passer pour approvisionner les casques bleus mais les négociations se poursuivent pour faire libérer les autres véhicules.

SIERRA LEONE: Les Nations Unies contrôlent Rogberi

Les casques bleus ont repris le carrefour stratégique de Rogberi Junction, à environ 60 km au nord-est de Freetown, et la MINUSIL y masse quelque 700 soldats, a indiqué lundi le porte-parole du Secrétaire Général, Fred Eckhard.

Des soldats indiens des Nations Unies, se déployant derrière les troupes de l'armée de Sierra Leone (SLA) qui avançaient, ont occupé Rogberi vendredi. Deux compagnies des Nations Unies ont pu franchir des barrages routiers dressés par le RUF à quelque trois kilomètres au sud de la ville, provoquant des tirs de la part du RUF contre les soldats et un hélicoptère des Nations Unies, auxquels les casques bleus ont riposté à la mitrailleuse, a précisé M. Eckhard. Les rebelles du RUF ont fui dans la brousse et aucun des deux camps ne déplore de victimes.

Les troupes de l'ONU conservent le contrôle total de la situation et, a-t-il ajouté, préparent des patrouilles agressives quotidiennes le long d'une route stratégique allant de Freetown à Lunsar et Lungi.

Parallèlement, 110 Jordaniens supplémentaires sont arrivés lundi à Freetown pour se joindre à la force des Nations Unies, a signalé M. Eckhard. Le secrétaire général adjoint pour les opérations de maintien de la paix, Bernard Miyet, doit rencontrer lundi les représentants permanents des pays de la CEDEAO à New York pour discuter de la fourniture de troupes à la Sierra Leone.

SIERRA LEONE: Arrestation de présumés rebelles

La police et les troupes britanniques ont arrêté jeudi 14 présumés rebelles sur l'île de Gbane, près de Freetown, a indiqué le chargé des relations publiques de la force britannique, le capitaine Fergus Smith, cité par l'agence de presse de Sierra Leone (SLENA). Les suspects, qui affirment être des soldats du gouvernement et des gardes-frontière, étaient armés de fusils d'assaut et de munitions. Ils n'ont opposé aucune résistance.

SIERRA LEONE: Une équipe technique des Nations Unies à Freetown

Une mission d'évaluation des Nations Unies, composée de sept personnes, a été envoyée en Sierra Leone à la demande du Secrétaire Général, et a rencontré des responsables des Nations Unies et des représentants du gouvernement, a indiqué lundi à IRIN un responsable des Nations Unies. Cette équipe fera connaître au siège des Nations Unies ce qui doit être fait "pour to garantir que l'opération de maintien de la paix puisse effectivement mener à bien les tâches qui lui sont assignées", a déclaré vendredi à la presse le représentant spécial du Secrétaire Général, Oluyemi Adeniji.

Suite au récent sommet des dirigeants de l'Afrique de l'Ouest, à Abuja (Nigeria), une équipe de six techniciens de la Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), est attendue à Freetown cette semaine, pour examiner la situation avant que la CEDEAO ne fixe une date pour un cessez-le-feu, a indiqué M. Adeniji.

M. Adeniji a précisé que les dirigeants d'Afrique de l'Ouest étaient déterminés à garantir que les belligérants se retirent vers les positions qu'ils occupaient avant l'accord de paix de Lomé et "qu'aucun groupe ne tire avantage de la reprise des hostilités".

Au cours de leurs entretiens, les dirigeants de la CEDEAO ont également décidé d'ouvrir une enquête sur le commerce illégal de diamants en Sierra Leone. Aucune date n'a encore été fixée pour le début de l'enquête, a indiqué lundi à IRIN la directrice à l'information de la CEDEAO, Adrienne Diop.

LIBERIA: Taylor et Compaoré prêts à envoyer des troupes à l'ECOMOG

Le Président Charles Taylor a offert d'envoyer deux compagnies pour contribuer à la force de maintien de la paix de la Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) en Sierra Leone, une force pour laquelle 3 000 hommes supplémentaires ont été proposés. Son homologue du Burkina Faso, le Président Blaise Compaoré, a déclaré samedi à la radio gabonaise Africa No 1 que son pays était également prêt à participer au processus de paix en Sierra Leone et à fournir des troupes à la CEDEAO. M. Taylor s'est rendu au Burkina Faso en fin de semaine dernière.

La directrice à l'information de la CEDEAO, Adrienne Diop, a indiqué lundi à IRIN que son organisation n'avait encore reçu aucune offre officielle ni du Liberia ni du Burkina Faso, deux pays qui régulièrement démentent les allégations selon lesquelles ils soutiendraient le RUF.

Parallèlement, le représentant spécial des Nations Unies, Oluyemi Adeniji, a déclaré vendredi à la presse de Freetown que la Mission des Nations Unies en Sierra Leone (MINUSIL) et la CEDEAO avaient donné mandat à M. Taylor pour jouer le rôle d'interlocuteur du Front révolutionnaire uni (RUF) afin d'obtenir la restitution des véhicules et équipements des Nations Unies pris par les rebelles.

"On peut raisonnablement espérer qu'une grande partie de ces armes réapparaîtront", a déclaré M. Adeniji. Cependant, M. Taylor a récemment déclaré que la probabilité de récupérer les armes était mince.

LIBERIA: Londres ne doit pas armer la SLA, estime Taylor

Le Président Charles Taylor s'est déclaré opposé à ce que la Grande-Bretagne arme l'armée de Sierra Leone (SLA) et a appelé les Nations Unies et la CEDEAO à veiller à ce que seuls les casques bleus dans le pays soient armés, a signalé lundi Radio Liberia International. La Grande-Bretagne a annoncé voici deux semaines qu'elle fournirait à la SLA des armes et des munitions, puisque les rebelles ont rouvert les hostilités.

MAURITANIE: Nouakchott refuse l'exploitation du fleuve Sénégal par Dakar

L'intention affichée du Sénégal de reprendre un projet de développement du fleuve formant frontière avec la Mauritanie a rencontré de vives critiques à Nouakchott et déclenché une activité diplomatique intense sur fonds de départ des ressortissants mauritaniens au Sénégal, selon les médias.

La Mauritanie s'insurge contre une déclaration du Président sénégalais Abdoulaye Wade annonçant une exploitation unilatérale du fleuve Sénégal, parce que cette exploitation priverait la Mauritanie d'une eau dont elle a cruellement besoin. Le prédécesseur de M. Wade, Abdou Diouf, avait abandonné le projet après des protestations similaires de la Mauritanie.

La Mauritanie estime que les statuts de l'Organisation pour le Développement de la Vallée du Fleuve Sénégal imposent aux membres de l'instance sous-régionale de consulter les autres avant toute exploitation significative du fleuve. Outre ces deux pays, l'organisation, connue sous l'acronyme OMVS, comprend également le Mali.

Qualifiant d'arrogantes les déclarations de M. Wade, la Mauritanie a conseillé à ses ressortissants de quitter le Sénégal par crainte d'une détérioration des relations. Derrière cette décision, a expliqué lundi à IRIN un militant des droits de l'Homme, se profile le souvenir toujours sombre des massacres, en 1989, de Mauritaniens et de Sénégalais dans la capitale de l'autre Etat. Ces tueries avaient été déclenchées par des affrontements le long de la frontière entre planteurs sénégalais et éleveurs mauritaniens.

Voici trois semaines environ, la tension a monté d'un cran entre les pêcheurs sénégalais et les autorités frontalières mauritaniennes le long du fleuve, a indiqué à IRIN Alioun Tine, secrétaire exécutif national de l'organisation sénégalaise de défense des droits de l'Homme, Raddho.

Ce lundi, selon la BBC, le Premier Ministre sénégalais, Moustapha Niasse, s'est rendu à Nouakchott pour discuter de la crise. Cette visite intervient au lendemain d'un communiqué du gouvernement sénégalais, qui assure les Mauritaniens que leur vie n'est pas menacée et, selon M. Tine, "quelques étudiants sont restés".

Le roi Mohamed VI du Maroc a offert sa médiation si nécessaire, et a appelé les deux pays à faire montre de retenue. Le Maroc a des liens historiques étroits avec les deux nations.

TCHAD: Le sud est paisible, selon le gouvernement

Le Tchad a qualifié de sans fondements les informations faisant état d'une tension militaire dans le sud du pays, site d'un projet d'oléoduc s'appuyant sur des prêts de la Banque Mondiale, a rapporté la radio d'Etat.

Dans un communiqué diffusé vendredi, le gouvernement a déclaré que le sud avait retrouvé la paix depuis que les anciens leaders rebelles avaient abandonné leur campagne militaire contre le gouvernement du Président Idriss Deby. Le gouvernement a également démenti toute avancée rebelle dans la région du Tibesti, au nord du pays, o=F9 le Mouvement pour la Justice et la Démocratie au Tchad (MJDT), dirigé par l'ancien ministre de la défense, Youssouf Togoimi, est actif depuis septembre 1998 et s'efforce de renverser le gouvernement Deby.

En décembre 1999, 13 mouvements politiques armés ont formé une nouvelle alliance, dénommée Coordination des Mouvements Armés et Politiques d'opposition (CMAP), contre le Président Idriss Deby. Ce groupe est dirigé par l'ancien ministre des affaires étrangères, Antoine Bangui, qui est également le chef du Mouvement pour la reconstruction nationale du Tchad (MORENAT)

M. Bangui a récemment appelé tous les groupes d'opposition à se rencontrer hors du Tchad, pour préparer la chute politique du gouvernement Deby et son remplacement par une autorité de transition, a rapporté Radio France Internationale le 30 mai dernier.

GHANA: Soins médicaux gratuits pour les groupes vulnérables

Les groupes vulnérables des régions rurales du Ghana recevront des soins médicaux gratuits, maintenant que le Ministère de la santé a alloué 10 millions de cédis (2,2 millions de dollars) à ce programme, a rapporté jeudi l'agence de presse du Ghana.

Cette somme, qui constitue 3 pour cent du budget du secteur de la santé, couvrira les besoins des personnes âgées, des enfants en bas âge, des femmes enceintes, et des gens considérés par le département de la sécurité sociale comme pauvres ruraux.

Les plans du ministère ont été présentés dans un rapport sur les réalisations du Ghana en termes de mise en ouvre des objectifs du Sommet Social Mondial de 1995 de Copenhague. Le rapport note que depuis l'introduction d'un système de prestations de soins de santé "cash et carry" au Ghana, 69 pour cent des malades, dont une majorité de résidents des zones rurales, ne peuvent plus payer les services médicaux.

AFRIQUE DE L'OUEST: Don du Japon au Ghana et au Nigeria

Le Ghana et le Nigeria bénéficieront d'un don du Japon à l'UNICEF d'une valeur de 28 millions de dollars, pour éradiquer la polio dans six pays ciblés, a annoncé jeudi le Fonds de l'ONU pour l'enfance.

"Cette donation est un signe supplémentaire que le monde est fermement décidé à éradiquer le fléau de la polio. Le gouvernement japonais montre ainsi le type de leadership que cet effort requiert", a déclaré Carol Bellamy, le directeur exécutif de l'UNICEF.

La somme permettra de financer l'achat des vaccins, les installations de chaîne du froid, la logistique, la formation et l'éducation de la population dans les six pays o=F9 la maladie est endémique, dont le Bangladesh, l'Ethiopie, l'Inde et le Soudan. L'agence organisera également des journées nationales d'immunisation et aura besoin "d'un effort massif de volontaires des communautés de base" pour garantir que les vaccins oraux contre la polio entrent dans chaque foyer des pays ciblés.

Les six pays ciblés, indique l'UNICEF, font partie "des 30 pays prioritaires o=F9 la maladie continue à menacer de mort ou de paralysie des millions d'enfants". L'organisation espère pouvoir déclarer l'éradication totale de la polio dans le monde d'ici 2005.

Les partenaires du projet UNICEF sont l'Organisation Mondiale de la Santé, le Rotary International, les Centres de Prévention et Lutte contre les Maladies, la Fondation des Nations Unies, la Fondation Bill & Melinda Gates et la Banque Mondiale. Les gouvernements donateurs incluent la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et les Pays-Bas.

Abidjan, le 5 juin 2000 [FIN]

[IRIN-WA: Tel: +225 22-40-4440; Fax (Admin): +225 22-40-4435; Fax (Rédaction): 225-22-41-9339; e-mail:irin-wa@irin.ci]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]