Burkina Faso + 5 more

Bulletin d'information No. 663 pour l'Afrique de l'Ouest

Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
I R I N pour l'Afrique de l'Ouest
Tel: + 225 20-21-73-54
Fax: + 225 20-21-63-35
E-mail: irin-wa@irin.ci

SIERRA LEONE: Des rebelles bloquent les casques bleus

Des rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF) ont bloqué jeudi un groupe de casques bleus de la Mission des Nations Unies en Sierra Leone (MINUSIL) qui patrouillaient l'est du pays.

Deux compagnies du Ghana et d'Inde ont été arrêtées par quelque 300 hommes du RUF à Bendu, entre Kenema et Daru, sur l'axe menant à la ville diamantifère de Koidu, a indiqué à IRIN un porte-parole de la MINUSIL à Freetown.

Les rebelles étaient "déployés de manière tactique" sur des hauteurs au dessus des troupes des Nations Unies et étaient fortement armés, indique la MINUSIL. "Cela signifie que les hommes du RUF étaient en positions de combat", précise la source. "Ils avaient 6 ou 7 lance-grenades autopropulsés".

Après plusieurs heures de négociations infructueuses, avec la collaboration de Mike Lamine, un ancien officier du RUF actuellement membre du gouvernement, les casques bleus ont décidé de se retirer.

"Ils ont estimé qu'il était inutile d'en venir à une confrontation armée", a indiqué à IRIN la source à la MINUSIL.

NIGERIA: Les autorités de Kaduna mettent en place une commission d'enquête

Les autorités de l'Etat ont mis en place une commission d'enquête judiciaire composée de musulmans et de chrétiens pour faire la lumière sur les raisons des violences qui ont ensanglanté Kaduna pendant plusieurs jours cette semaine, ont rapporté les agences de presse.

Le gouverneur en exercice, Stephen Shakari, en investissant la commission de cinq membres jeudi, a indiqué qu'elle avait été mise en place pour "enquêter sur les actes malheureux, afin d'obliger les responsables de ces actes à rendre compte, en vue d'actions appropriées", aurait-il déclaré, selon 'The Guardian'.

Le comité sera chargé d'enquêter sur les causes des violences, d'identifier les individus et organisations qui pourraient avoir contribué aux émeutes, et d'évaluer les pertes en vies humaines et les dégâts matériels. Il recommandera ensuite les actions légales à entreprendre contre les responsables et conseillera le gouvernement sur les mesures à prendre pour éviter des troubles similaires à l'avenir, a rapporté 'The Guardian'.

De violents affrontements ont éclaté lundi entre musulmans et chrétiens après une marche organisée par l'Association des Chrétiens du Nigeria, pour protester contre une proposition d'introduction de la Charia dans l'Etat de Kaduna.

Parallèlement, les autorités ont commencé à nettoyer les rues de Kaduna après les violences, selon les médias de jeudi. Les corps en décomposition jonchant les rues sont enlevés, de même que les voitures incendiées, ont indiqué à IRIN des témoins. Aucun bilan officiel des victimes n'est encore disponible mais un membre de la Chambre des Représentants a déclaré mercredi que plus de 100 personnes étaient mortes, et les organisations de défense des droits de l'Homme basées à Kaduna estiment qu'entre 300 et 400 personnes pourraient avoir trouvé la mort. La police et l'armée ont pour instruction de maintenir un dispositif de sécurité serré autour des mosquées en prévision de la prière de vendredi, selon les médias.

NIGERIA: Washington exprime ses préoccupations

Le porte-parole du Département d'Etat, James Rubin, a exprimé sa préoccupation suite aux affrontements communautaires à Kaduna. "Nous déplorons la violence et les pertes en vies humaines et nous invitons chacun à respecter les luttes de tous les Nigérians et à trouver des moyens pacifiques de résoudre les différences", indiquait un communiqué de presse. Il a exprimé l'espoir que les événements de cette semaine aboutissent à la réconciliation et au dialogue.

NIGERIA: Kano rassure ses citoyens

Le gouvernement de l'Etat de Kano a annoncé jeudi qu'il prenait les mesures pour empêcher que des émeutes liées à la Charia ne s'étendent de l'Etat voisin de Kaduna vers la ville, ont rapporté les agences de presse.

Le gouvernement de l'Etat a expliqué qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter et que les mesures étaient prises pour contrôler les activités de certains éléments qui veulent troubler la paix en "engendrant une confusion inutile", a rapporté 'The Guardian'. De nombreux magasins et écoles ont été fermés jeudi après une dispute entre supporters de football que certains avaient pris pour une émeute religieuse, a signalé un porte-parole du secrétariat du gouverneur, cité l'AFP.

Kano est l'un des Etats du nord du Nigeria qui envisagent actuellement d'instaurer la Charia. Les gouverneurs des Etats du Niger et de Sokoto ont tous deux signé les lois par lesquelles la Charia doit entrer en vigueur dès le mois de mai. L'Etat de Zamfara a officiellement adopté la loi islamique en janvier.

NIGERIA: Action en justice contre l'instauration de la Charia

Un groupe de défense des droits de l'Homme groupe a introduit une action en justice contre l'adoption de la Charia par l'Etat de Zamfara, a rapporté jeudi l'agence Pana.

'Human Rights Law Service' a déposé plainte mercredi auprès de la Haute Cour de Zamfara pour demander que celle-ci se prononce sur la constitutionnalité de la Charia, soulevant la question de savoir si son application "me mettrait pas en danger la pérennité d'un gouvernement fédéral au Nigeria", selon la Pana. Aucune date n'a été fixée pour l'audience.

SENEGAL: Les ressortissants étrangers invités à ne pas sortir

Les gouvernements de Grande-Bretagne, de France et d'autres pays ont demandé à leurs ressortissants de ne pas sortir, dans la crainte d'une croissance des violences avant le scrutin présidentiel de dimanche.

Jeudi, des opposants au Parti socialiste (PS, au pouvoir) ont incendié deux maisons appartenant au maire PS de Rufisque, à quelque 25 km à l'est de Dakar, a indiqué à IRIN un responsable d'une ONG de défense des droits de l'Homme. Le même jour, à Thies, une ville à quelque 70 km à l'est de la capitale, des partisans du PS et du Parti démocratique sénégalais (PDS) ont incendié les bureaux du parti adverse. Le responsable de l'ONG, Alioune Tine, secrétaire exécutif de Rencontre africaine pour la défense des droits de l'Homme, a indiqué que trois personnes avaient été blessées par balles pendant les troubles.

Cet incident s'est produit avant que le Président actuel, Abdou Diouf, et son principal rival, le dirigeant du PDS, Abdoulaye Wade, ne fassent leur escale de campagne dans la ville.

La semaine dernière, les bureaux du Parti libéral sénégalais (PLS) dirigé par Ousmane Ngom ont été incendié. M. Ngom, ancien lieutenant de M. Wade, apporte maintenant son soutien au PS.

Le Président Diouf, face à son grand défi depuis son accession au pouvoir en 1981, a appelé au calme et a déclaré qu'il apporterait son soutien au vainqueur de l'élection. "C'est la première fois qu'il envisage publiquement l'éventualité d'une défaite", selon M. Tine.

COTE D'IVOIRE: Plus de 100 réfugiés libériens rapatriés de Guiglo

La semaine dernière, un peu plus de 100 réfugiés libériens ont quitté Guiglo, dans l'ouest de la Côte d'Ivoire, par des moyens transport mis à leur disposition par le HCR, selon un responsable du HCR à Abidjan.

La source a expliqué à IRIN que des petits groupes de Libériens traversent régulièrement la frontière dans les deux sens mais que c'est la première fois que l'agence des Nations Unies aide au rapatriement des réfugiés depuis que des violences ont éclaté dans comté libérien de Lofa, au nord du pays, en août dernier.

Quelque 40 000 réfugiés libériens se trouvent actuellement en Côte d'Ivoire.

GUINEE EQUATORIALE: Six présidents au sommet régional pour la paix Six chefs d'Etat d'Afrique Centrale ont participé jeudi à un sommet en Guinée Equatoriale pour voter l'adoption d'un organe pour la paix et la sécurité régionales, a rapporté l'AFP.

La Communauté économique des Etats d'Afrique Centrale (CEEAC) était rassemblée pour ratifier l'adoption d'un conseil pour la paix et la sécurité en Afrique Centrale et un pacte d'assistance mutuelle. Les présidents du Cameroun, de République Centrafricaine, du Congo, de Guinée Equatoriale, du Gabon et de Sao Tome et Principe étaient présents, tandis que les autres des 11 membres de la CEEAC ont envoyé des ministres, à l'exception du Rwanda qui n'était pas représenté, a rapporté l'AFP.

BURKINA FASO: Une commission demande que les assassinats politiques soient punis

La Commission Nationale de Réconciliation (CNR) du Burkina Faso a demandé au gouvernement d'organiser des procès spéciaux pour les personnes impliquées dans les crimes économiques perpétrés dans le pays et de punir les coupables d'assassinats politiques, a rapporté l'agence Pana.

Dans un rapport publié mercredi dans la capitale Ougadougou, la CNR fait plusieurs recommandations, notamment la mise sur pied d'un département spécial dans chaque tribunal de district pour examiner les cas de détournement de fonds publics, le châtiment des personnes reconnues coupables dans quelque 60 cas d'assassinats politiques, et le versement de dommages et intérêts aux veuves et orphelins des victimes. Elle a également fait une recommandation spéciale pour que soient accélérées les investigations concernant les décès de David Ouédraogo, du journaliste Norbert Zongo et de ses compagnons, et l'adoption d'une législation stricte à l'encontre de coupables d'actes de torture.

La CNR a été créée par le Président Blaise Campaoré, en novembre dernier, pour tenter de résoudre la crise politique provoquée par l'assassinat de M. Zongo en décembre 1998. A l'époque de sa mort, M. Zongo enquêtait sur le meurtre de David Ouédraogo, chauffeur du jeune frère du Président, François Compaoré.

Abidjan, le 25 février 2000

[FIN]

[IRIN-WA: Tel: +225 20 217354 Fax: +225 20 216335 e-mail:
irin-wa@irin.ci]
[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]