Burkina Faso + 5 more

Bulletin d'information No. 610 pour l'Afrique de l'Ouest

Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
IRIN pour l'Afrique de l'Ouest
Tel: + 225 21-73-54
Fax: + 225 21-63-35
E-mail: irin-wa@irin.ci

SIERRA LEONE: Aide alimentaire du PAM aux anciens combattants

Dans le cadre d'une nouvelle opération d'urgence, une aide alimentaire est fournie pour inciter les 45 000 combattants du pays à déposer les armes et à se préparer à la réintégration dans les communautés civiles, a indiqué le Programme alimentaire mondial (PAM).

Dans un bulletin daté du 3 décembre, le PAM a indiqué qu'il s'apprêtait à livrer 3 000 tonnes de vivres, notamment du riz, de l'huile, des légumes secs, des conserves de viande et de poisson, du sel et du sucre, dans les camps o=F9 vivent les anciens combattants. Ces vivres, d'une valeur d'environ 2,7 millions de dollars, seront distribués par le Comité National pour le Désarmement, la Démobilisation et la Réintégration (NCDDR).

Diverses organisations internationales et nationales soutiendront les programmes de réintégration des anciens combattants après leur départ des sites, a précisé le PAM.

SIERRA LEONE: Réhabilitation d'une route dans l'est

Le PAM et l'ONG 'World Vision Sierra Leone' (WVSL) ont commencé à réhabiliter la route Kenema-Kailahun, dans la Province Orientale, qui traverse des zones contrôlées par le Front révolutionnaire uni (RUF) et relie des régions contrôlées par le gouvernement et par l'ECOMOG.

WSVL distribuera des vivres du PAM dans le cadre de la mise en Suvre d'un programme 'nourriture contre travail'.

La route devrait devenir un important axe d'approvisionnement pour les opérations humanitaires et les planteurs pourront l'utiliser pour aller vendre leurs produits dans les villes voisines.

SIERRA LEONE: Il faut des vivres pour les groupes vulnérables à Segbwema

Une mission du PAM dans le district oriental de Kailahun a noté que des rations alimentaires pour groupes vulnérables devaient être procurées aux personnes âgées et aux enfants à Segbwema, à environ 260 km à l'est de Freetown.

Par contre, la mission a constaté que la situation nutritionnelle à Daru, également dans l'est, était satisfaisante par rapport aux données recueillies au mois de septembre. Selon la mission, la récolte en cours et l'accès aux zones précédemment sous contrôle du RUF ont permis cette amélioration.

GUINEE: Une mission évalue l'impact des réfugiés sur l'environnement

Une mission envoyée en Guinée par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), afin d'évaluer l'impact des réfugiés de Sierra Leone et du Liberia sur l'environnement, a pris fin lundi, selon un communiqué de presse du PNUE.

La Mission Environnement Guinée (MEG) a passé deux semaines à examiner les problèmes de déforestation, érosion et utilisation non durable des sols et, notamment dans les zones urbaines, les questions relatives à l'eau et à
l'assainissement.

La mission avait été décidée à l'issue de discussions, en début d'année, entre le Secrétaire Général de l'ONU, Kofi Annan, et des responsables gouvernementaux, au cours desquelles ces derniers s'étaient dits préoccupés de l'afflux de réfugiés, aujourd'hui plus de 450 000, dans les zones forestières proches des frontières de la Guinée, a indiqué le PNUE.

Les conclusions préliminaires de la MEG seront adressées à Klaus Toepfer, directeur exécutif du PNUE, qui a son tour fera des recommandations à M. Annan concernant les mesures à prendre pour protéger l'environnement.

GUINEE BISSAU: Résultats préliminaires des élections

Kumba Yala, du 'Partido da Renovacao Social' (PRS) a remporté 38,46 pour cent des votes valides, lors du scrutin présidentiel de Guinée Bissau, tandis que le président intérimaire, Malam Bacai Sanha, arrive en seconde position, selon les résultats préliminaires ubliés par la Comissao Nacional de Eleccioes (CNE).

M. Sanha, candidat du 'Partido Africano da Independencia da Guine e Cabo Verde' (PAIGC), a obtenu 23,42 pour cent des suffrages.

Aucun des 12 candidats n'ayant obtenu la majorité absolue des 363 319 bulletins valides déposés dans les urnes le 28 novembre dernier, les deux candidats arrivés en tête prendront part à un second tour prévu pour janvier.

Pour les élections législatives, tenues en même temps que les présidentielles, le PRS a obtenu 37 des 102 sièges à pourvoir au parlement (100 pour la Guinée Bissau et 2 pour les votes émis à l'étranger), suivi du parti 'Resistencia da Guinea' (RGB) avec 27 sièges et du PAIGC, le parti qui a dirigé le pays depuis l'indépendance vis à vis du Portugal en 1975, avec 25 sièges.

Les 13 sièges restant sont allés à cinq des 10 autres partis qui présentaient des candidats aux législatives.

La CNE devrait être en possession des résultats finaux jeudi. Ensuite, les gens auront 10 jours pour contester les résultats, et le second tour de l'élection présidentielle doit avoir lieu 21 jours après, a indiqué à IRIN une source humanitaire.

Le candidat arrivé troisième à la présidentielle, l'indépendant Faustino Imbali (8,17 pour cent des voix), a d'ores et déjà apporté son soutien à M. Yala. Dans un spot électoral radiodiffusé lundi, il a appelé ses partisans à voter pour le dirigeant du PRS au second tour.

M. Yala avait perdu de peu les élections présidentielles de 1994, juste derrière le président d'alors, Joao Bernardo Vieira.

GUINEE BISSAU: Fadul accuse le procureur général de violer la loi

Le Premier Ministre par intérim, Francisco Fadul, a reproché au procureur général, Amine Saad, de ne pas respecter les délais légaux dans les dossiers des soldats fidèles au président renversé, Joao Bernardo Vieira, qui sont détenus sans jugement depuis le renversement de M. Vieira en mai dernier, a rapporté mardi l'agence Lusa.

Lors d'un séminaire sur les droits de l'Homme, organisé lundi, M. Fadul a signalé que plus de 300 soldats arrêtés sur suspicion de violations des droits de l'Homme n'avaient pas été inculpés dans les délais légaux, a précisé Lusa.

Selon l'agence de presse, M. Fadul a déclaré que M. Saad avait également omis de demander une ordonnance du tribunal pour prolonger la détention des soldats au delà du délai légal, et qu'il n'avait pas répondu à sa demande de redresser cette situation.

Avant les élections générales du 28 novembre, M. Saad avait annoncé qu'il était prêt à libérer au moins 100 soldats détenus.

BURKINA FASO: Demande de fonds pour les migrants déplacés

Le gouvernement du Burkina Faso demande 2,6 milliards de francs CFA (4 millions de dollars) à la communauté internationale pour faire face aux besoins immédiats et à plus long terme de 12 000 Burkinabés qui sont retournés dans leurs pays, chassés par l'agitation dans le sud-ouest de la Côte d'Ivoire, selon un responsable du HCR.

Les violences entre les indigènes krumen et les planteurs migrants burkinabés, dont beaucoup étaient en Côte d'Ivoire depuis plus de dix ans, ont éclaté le 5 novembre dernier, à la suite d'un différend foncier.

"Le HCR n'a fait aucun recensement des Burkinabés qui quittent le sud-ouest de la Côte d'Ivoire pour rentrer chez eux", a indiqué à IRIN Emile Belem, chargé de programme du HCR au Burkina Faso. "Les chiffres que nous avons proviennent du gouvernement."

Il a ajouté qu'une évaluation menée récemment à Banfora et Gaoua, la région du sud-est du Burkina Faso dont étaient originaires la plupart des retournés de Tabou, a révélé que les derniers retournés arrivaient dans de meilleures conditions que les premiers.

"La première vague qui est arrivée à Gaoua autour du 8 novembre n'avait pratiquement rien", a indiqué M. Belem à IRIN. "Ceux qui sont venus plus tard ont pu emporter plus d'effets personnels", a-t-il ajouté.

L'évaluation a également révélé qu'environ 80 pour cent des nouveaux arrivants sont des femmes et des enfants, a précisé M. Belem.

Cette évaluation, menée du 1er au 3 décembre, comprenait le PNUD, l'UNICEF, le PAM, le HCR et l'organe du gouvernement chargé des interventions de secours.

Les retournés à Gaoua reçoivent actuellement une aide limitée de l'ONG Plan International, a indiqué M. Belem.

NIGERIA: Odi sera reconstruite

Le gouverneur de l'Etat de Bayelsa, au sud-est du Nigeria, a déclaré à la presse lundi que la ville d'Odi serait reconstruite après la violence qui s'y est déchaînée le mois dernier, ont rapporté les agences de presse.

Diepreye Alamieyeseigha, s'exprimant dans la capitale de l'Etat, Yenagoa, a déclaré qu'il souhaitait également que les habitants de la ville soient dédommagés.

Des dizaines de gens ont été tués et de nombreux bâtiments détruits lorsque le Président Olusegun Obasanjo a ordonné le déploiement de l'armée à Odi, environ trois semaines après le meurtre de 12 policiers, début novembre. L'armée avait bouclé la ville après y être entrée, pour arrêter les assassins. On ne sait cependant avec précision qui, de l'armée ou des gangs de jeunes, est responsable des destructions massives infligées à la ville.

Le gouverneur a indiqué que des mesures seraient prises pour évaluer l'ampleur des dégâts, concevoir un nouveau plan de ville pour Odi et lancer le processus de construction, a précisé Reuter.

Abidjan, le 7 décembre 1999

[FIN]

[ Pour plus d'information ou abonnement, UN IRIN-WA: Tel: +225 21 73 66, Fax: +225 21 63 35, e-mail: irin-wa@africaonline.co.ci ]

Item: irin-french-843

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un departement d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne refletent pas necessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous reimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette reserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une reference aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archives sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 1999