Burkina Faso

Bulletin conjoint d’information sur les marchés au Burkina Faso (Période du 1 au 30 Juin 2021)

Format
Situation Report
Sources
Posted
Originally published

Attachments

Points saillants

  1. L’offre céréalière dans l’ensemble est en baisse par rapport à l’année passée et à la normale. Les facteurs explicatifs sont : (i) la baisse de la production locale ; (ii) la forte demande pour la reconstitution des stocks institutionnels ; (iii) la forte demande en céréales des unités de transformation d’aliment volaille et des brasseries ; (iv) l’accès difficile à certains marchés dû à la dégradation des routes ; et (v) l’insécurité qui réduit fortement l’approvisionnement des marchés.

  2. Une relative stabilité des prix des principales céréales au cours de ce mois de juin pourrait s’expliquer par plusieurs facteurs : (i) un déstockage de céréales au niveau producteur pour des besoins d’acquisition d’intrants et de maître d’œuvre pour la campagne qui s’installe ; (ii) les interventions humanitaires en cours dans les zones déficitaires et en insécurité ; (iii) l’ouverture des points de vente des céréales à prix social de la SONAGESS ; (iv) la distribution gratuite de 30 000 tonnes de céréales par le Conseil National de Secours d'Urgence et de Réhabilitation (CONASUR) aux personnes vulnérables ; et (v) l’interdiction d’exportation du maïs vers les pays voisins.

  3. Sur le plan pastoral, les prix sont en hausse comparativement à l’année précédente, ce qui dénote de la forte demande pour la célébration de la Tabaski. Cependant, la dégradation des avoirs relatifs aux moyens d’existence des populations déplacées internes et des populations hôtes vulnérables ne leur permet pas de profiter de cette hausse de prix.

  4. En perspectives, l’offre va baisser sur les marchés et les prix vont connaître des hausses dont l’amplitude dépendra fortement du bon déroulement de la campagne agricole. La hausse des prix des animaux va se maintenir, mais profitera peu aux ménages vulnérables dont les avoirs se sont progressivement dégradés depuis la crise sécuritaire.