Benin + 1 more

Fourniture d'aide humanitaire aux réfugiés togolais au Bénin

Source
Posted
Originally published

Attachments

Lieu de l'opération : BENIN

Montant de la décision : 1,050,000 EUR

Numéro de référence de la décision : ECHO/BEN/EDF/2005/01000

Exposé des motifs

1 - Justification, besoins et population cible :

1.1. - Justification :

La crise politique qui a suivi les élections présidentielles contestées du 24 avril 2005 au Togo et la nomination de Faure Gnassimbé à la présidence du Togo a entraîné le déplacement de milliers de personnes à l'intérieur de ce pays ainsi que l'exode de plusieurs milliers de togolais, cherchant refuge au Bénin et au Ghana dès le lendemain des élections.

Les premiers mouvements de populations ont été enregistrés à la frontière béninoise au lendemain des élections, où les réfugiés ont trouvé refuge dans la paroisse d'Hilakondji. Ces mouvements de population se sont ensuite accélérés pour atteindre, une semaine après leur déclenchement, un nombre supérieur à 10.0000 réfugiés enregistrés au Bénin.

Depuis lors, le nombre de réfugiés continue à croître régulièrement. A la date du 24 mai 2005, 18.241 réfugiés togolais, dont 7.363 enfants, étaient identifiés par le UNHCR au Bénin.

Au Ghana, l'accueil des réfugiés est assuré par les communautés et les autorités locales, soutenues par les acteurs humanitaires. Les besoins de première nécessité de ces réfugiés sont actuellement couverts, mais ECHO suit la situation de près en vue de prendre une décision de financement en cas de nécessité.

Au Togo un climat d'insécurité et de peur prévaut encore au sein des populations. La situation politique étant toujours incertaine, il est peu probable qu'un rapatriement des réfugiés togolais vers leur pays puisse être envisagé à court terme.

1.2. - Besoins identifiés :

Les Nations Unies estiment que 70% des réfugiés ont été accueillis par des familles et communautés béninoises. Celles-ci sont mises à contribution au niveau des vivres et des services communautaires (eau, assainissement, écoles en particulier). Cependant un appui ciblé en alimentation et en produits de première nécessité est nécessaire pour ces réfugiés et leurs communautés d'accueil.

Le reste des réfugiés a été principalement hébergé dans deux camps, à Comé et Lokossa, qui au 16 mai dernier comptaient respectivement 1.344 et 3.821 personnes. Cette population de réfugiés a actuellement besoin de services essentiels: eau, services d'assainissement, abris temporaires, biens de première nécessité, nourriture et soins de santé primaire. Les violences subies par ces populations nécessitent aussi une prise en charge psychosociale, en particulier pour les femmes et les enfants non accompagnés.

Depuis le début de la crise, le UNHCR fait face aux besoins de première nécessité des réfugiés, mais comme la situation politique ne s'est pas apaisée au Togo, leur retour au Togo reste incertain. Il est donc essentiel d'apporter aux réfugiés togolais au Bénin un soutien multisectoriel pour renforcer les efforts déjà déployés par le pays hôte. En cas d'un retour au Togo, le UNHCR assistera les réfugiés.

1.3. - Population cible et régions concernées :

Au Bénin, le HCR estime qu'il y a environ 20.000 personnes réfugiées dans les camps de Comé et Lokossa et dans les communautés d'accueil, mais leur nombre évolue encore.

18.241 réfugiés togolais, dont 7.363 enfants, étaient identifiés par le UNHCR au Bénin fin mai 2005. La majeure partie des réfugiés a été accueilli par des familles et communautés béninoises. Le reste des réfugiés sont hébergés dans deux camps, à Comé et Lokossa, qui comptent respectivement 1.344 et 3.821 personnes.

Si la situation politique instable perdure au Togo, le nombre de réfugiés pourrait continuer à augmenter sensiblement ainsi que la durée de leur séjour.

1.4. - Evaluation des risques et contraintes éventuelles :

L'incertitude liée à la situation politique au Togo pourrait soit entraîner l'arrivée potentielle de nouveaux réfugiés au Benin ainsi qu'augmenter la durée de leur séjour, soit si la situation s'améliore, un retour progressif au Togo.