Des marchés imprévisibles et une forte versatilité des prix alimentaires sont les défis qui se posent au Conseil des Gouverneurs du FIDA

Report
from International Fund for Agricultural Development
Published on 12 Feb 2009 View Original
Communiqué de presse FIDA /05/09

164 pays membres se réunissent à Rome les 18 et 19 février : à l'ordre du jour, l'élection d'un nouveau Président

Rome, 12 février 2009 - Contre la chute des prix alimentaires très instables et une récession globale qui empire, 164 Etats membres du FIDA (Fonds international agricole) vont se réunir à Rome la semaine prochaine dans le cadre du 32 ème Conseil des Gouverneurs (CG).

Au cours de cette réunion annuelle, doivent intervenir également Giulio Tremonti, ministre italien de l'Economie et des Finances, et Paulo Bernardo Silva le ministre brésilien du Budget. Un des moments forts du Conseil des Gouverneurs va se dérouler dans le cadre de trois Tables Rondes consacrées aux problèmes de l'instabilité des prix alimentaires, du changement climatique et de l'accès à la terre. Le CG élira aussi un nouveau président pour le FIDA.

A cette occasion, le Conseil des Gouverneurs, la plus haute instance de décision du FIDA, devrait entendre les représentants des Etats membres présenter ce qu'ils ont fait au cours de l'année écoulée pour résoudre les problèmes prioritaires posés l'an passé et concernant l'alimentation, le fuel et la crise financière. Puis il devrait ouvrir le débat sur l'aggravation ou non de la situation des populations rurales pauvres qui sont les plus vulnérables.

En dépit des efforts faits pour stimuler la production agricole de façon à faire face aux augmentations des prix des produits en 2008, la croissance des rendements s'est manifestée surtout dans les pays développés. Dans les pays en voie de développement, ce taux de croissance s'est situé en-dessous de 1%.

La rencontre au plus haut niveau tenue à Madrid le mois passé sur la sécurité alimentaire a mis en lumière les effets de la fluctuation des prix sur les populations les plus exposées.

Elle a fait le bilan des progrès réalisés en la matière depuis le dernier sommet de l'Alimentation à Rome en juin dernier.

Le secrétaire général des Nations-Unies Ban Ki-moon avait alors salué l'effort apporté par la communauté internationale pour résoudre la crise alimentaire. Mais il avait réclamé un effort beaucoup plus grand si l'on veut éviter que la crise financière condamne à la famine encore plus de personnes.

Depuis longtemps le FIDA répète qu'il faut investir davantage dans l'agriculture, ce qui n'a pas été le cas dans les dernières décades pour en stimuler la production et donc favoriser la sécurité alimentaire et éviter de prochaines famines.

Le Conseil des Gouverneurs s'inscrit dans le cadre de l'engagement fort pris en décembre 2008 par les Etats membres d'augmenter, comme jamais encore ils ne le firent, les ressources du FIDA, soit une hausse de 67% de l'augmentation initialement prévue.

C'est ainsi que dans les prochaines quatre années, le FIDA fournira un financement de 3,7 milliards de dollars US aux programmes et aux projets des pays en voie de développement. Avec un coût total de 8,5 milliards de $ incluant le partenariat avec d'autres financiers.

Durant les trois tables Rondes prévues pour l'après-midi du premier jour du Conseil des Gouverneurs, des experts internationaux devraient mettre leur compétence au profit de l'analyse des problèmes qui assaillent les petits cultivateurs:

- Comment ces derniers peuvent-ils s'en sortir dans des marchés imprévisibles et avec des prix très instables?

- Que font-ils alors que la demande de terres augmente, quelles possibilités leur sont offertes, quels risques encourent-ils?

- Quels sont les besoins en recherche et innovation imposés par le changement climatique?

Par ailleurs les Délégués présents à ce 32 ème Conseil des Gouverneurs du FIDA vont devoir élire le successeur du président Lennart B=E5ge qui termine son second mandat quadriennal.

Après son élection, le nouveau Président sera mandaté à son poste par le Conseil des Gouverneurs pour une durée de quatre ans, renouvelable une fois.

Le Président du FIDA occupe le même rang que les autres responsables élus des Agences des Nations- Unies. A ce titre, il est membre du Bureau des Directeurs pour la Coordination présidé par le secrétaire général de l'ONU, et il participe aux décisions qui coordonnent le travail de l'Organisation.

Informations sur les Tables-Rondes

Thème: « Les petits exploitants agricoles et la sécurité alimentaire au XXIème siècle

Horaire: De 15:30 à 17:30 le 18 février

Adresse: Palazzo dei Congressi, Piazzale Kennedy, EUR, Rome

Sont organisées trois Tables-Rondes

Face à la forte instabilité des prix, comment les petits exploitants agricoles peuvent gérer les risques qui s'abattent et les possibilités qui leur sont offertes ?

Devant l'augmentation de la demande de terre, comment peuvent-ils gérer risques et possibilités?

Recherche et Innovation pour aider les petits cultivateurs à affronter les effets du changement climatique

Information sur le FIDA en 2008

En 2008, des prêts et des subventions nouveaux ont été accordés à 32 pays en voie de développement, pour un montant total de 602, 2 millions de dollars US, destinés à l'agriculture et au développement rural.

Tout au long de l'année 2008, le FIDA a poursuivi ses efforts pour trouver des solutions innovantes à la pauvreté rurale, soutenant des partenariats privé-public, stimulant le rôle des organisations d'agriculteurs, aidant à créer des entreprises hors de l'exploitation agricole, s'assurant du bon partage des technologies et des connaissances, et augmentant l'accès aux services financiers des petits exploitants pauvres.

A la fin de 2008, le FIDA a annoncé avoir financé au total 202 programmes concrets et projets, dans 81 pays et un territoire, ce qui représente un investissement total de 3,4 milliards de dollars US.

Afrique de l'ouest et Afrique centrale

Dans une situation de forte variabilité des prix alimentaires en 2008, le FIDA a travaillé dans des pays comme le Bénin, la Côte d'Ivoire, le Ghana et le Niger pour renforcer la sécurité alimentaire. Ainsi a-t-il redéployé des fonds, jusque-là inutilisés dans le pays, pour des programmes nationaux facilitant le versement de revenus en cours de récolte et durant la campagne suivante. Le FIDA poursuit également ses programmes à long terme pour augmenter la productivité des petits exploitants agricoles. A la fin de 2008, le FIDA était engagé dans 46 programmes et projets concernant 20 pays pour un total de 587,4millions de dollars US.

Afrique de l'est et Afrique du sud

Là aussi le FIDA en 2008 a poursuivi la réorientation des programmes en cours et des nouveaux projets pour centrer le développement de l'investissement sur l'agriculture et pour y développer la productivité.

Cela implique le développement et la diffusion des technologies agricoles.

Renforcer la fertilité des sols et mieux gérer l'utilisation de l'eau sont également des éléments-clefs de ses programmes de soutien aux efforts des gouvernements en place pour améliorer la productivité.

Evaluer et expertiser la chaîne de développement représente une part croissante et importante de l'investissement prévu par le FIDA dans la région.

Fin 2008, le FIDA finançait 43 opérations dans 15 pays, pour un montant total de 719,4millions de dollars US.

Asie et pacifique

Le FIDA a dans cette région du monde plusieurs projets pour soutenir la Microfinance et l'accès aux services financiers des populations rurales pauvres. Il lui faut former les gens à rechercher des fonds, il lui faut fournir une aide technique, il lui faut développer des projets de crédit innovants.

Le FIDA travaille en étroite collaboration avec quelques 1400 groupes de gestion des ressources naturelles, et avec les principales institutions de recherche. Par exemple au Laos le FIDA participe à la réhabilitation des champs envahis par les mauvaises herbes, à la pratique des récoltes en alternance de riz et de légumes au Népal. En Inde, dans les Etats du Gujarat et du Maharashtra, il encourage les producteurs de semences à orienter leurs types de semence au bénéfice des petits cultivateurs.

Neuf nouveaux projets ont démarré en 2008, ce qui porte le total des programmes du FIDA dans cette région à 48, dispersés dans 14 pays.

L'investissement total est de 1,0365 milliard de dollars US.

Amérique latine et caraïbes

Les hausses des produits alimentaires ont frappé toute cette région du monde. Sept pays ont même découvert l'inflation à deux chiffres en la matière. Le FIDA a voulu limiter l'impact de cette crise sur les pauvres populations rurales, jouant surtout sur l'innovation et l'apprentissage de la bonne gestion, développant les projets qui réussissaient sur une plus grande échelle. Le FIDA a financé le paiement de projets dans 8 pays d'Amérique Latine.

En Haïti, o=F9 les hausses des prix alimentaires ont provoqué famines et émeutes, le FIDA a donné 10 millions de dollars US pour fournir des revenus immédiats à des projets de production agricole rapide, dans le cadre de la récolte à venir, ceci afin de remédier aux graves dégâts causés par les ouragans récents.

En 2008 au total le FIDA a investi 519,2 millions US dans 30 initiatives disséminées dans 17 pays.

Afrique du nord, Proche-Orient, Europe centrale et Europe de l'est, nouveaux états indépendants

Malgré la crise financière, la croissance est restée forte au Proche-Orient et en Afrique du Nord. Mais la flambée des prix des produits alimentaires a frappé durement dans les premiers six mois de l'année 2008 de nombreuses économies arabes très dépendantes de leurs importations alimentaires.

Pour lutter contre le problème du chômage des jeunes en zone rurale ont été créés en Egypte et en Syrie des centres de développement du commerce rural.

Dans l'Europe centrale, en Europe de l'Est et dans les Etats nouvellement indépendants, le FIDA soutient financièrement des chaines d'approvisionnement viable. Au total le FIDA a investi 522,5 millions de dollars US dans 35 projets concernant 16 pays ou territoires.

Le FIDA a été créé il y a 30 ans pour s'attaquer à la pauvreté rurale, principale conséquence des sécheresses et des famines du début des années 70. Depuis 1978, le FIDA a investi plus de 10,6 milliards d'USD sous forme de prêts à faible taux d'intérêt et de dons, aidant ainsi environ 350 millions de femmes et d'hommes vivant dans une grande pauvreté en milieu rural à accroître leurs revenus et à faire vivre leur famille. Le FIDA est une institution financière internationale et une institution spécialisée des Nations Unies. Il représente un partenariat mondial entre les pays de l'OCDE, les pays de l'OPEP et d'autres pays en développement. Le Fonds soutient actuellement plus de 250 programmes et projets dans 87 pays en développement et un territoire.

Contacts

Farhana Haque- Rahman
Chef des relations avec média, programmes et manifestations spéciales
Tel : (0039) 06 54592485/2215
f.haquerahman@ifad.org

David Florentin Paqui
Tel: (0039) 065459 2213
d.paqui@ifad.org