Bulletin d'information No. 683 pour l'Afrique de l'Ouest

Report
from The New Humanitarian
Published on 24 Mar 2000
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
I R I N pour l'Afrique de l'Ouest
Tel: + 225 20-21-73-54
Fax: + 225 20-21-63-35
E-mail: irin-wa@irin.ci

SIERRA LEONE: Une patrouille des Nations Unies à nouveau bloquée

Les rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF) ont à nouveau empêché une patrouille militaire des Nations Unies de se rendre de la ville orientale de Kailahun à Buedu, à la frontière libérienne, a indiqué vendredi à IRIN un chargé d'information à la Mission des Nations Unies en Sierra Leone (MINUSIL).

Le commandant rebelle local a déclaré qu'il n'avait reçu aucune consigne du dirigeant du Parti du RUF (RUFP), Foday Sankoh, pour laisser passer la patrouille. Celle-ci devait faire une nouvelle tentative de rejoindre Buedu aujourd'hui.

Lors d'une réunion tenue le 9 mars à Freetown, les acteurs principaux de l'Accord de Paix de Lomé avaient convenu que la MINUSIL et le personnel humanitaire auraient libre accès à tout le territoire sierra-léonais, que le gouvernement avait le plein contrôle du pays, et que le désarmement aurait lieu au niveau national à mesure que des installations étaient disponibles, a rappelé le porte-parole du Secrétaire Général des Nations Unies, Fred Eckhard.

Cette réunion, convoquée par le Président de Sierra Leone, Ahmad Tejan Kabbah, s'est tenue en présence de M. Sankoh, de l'ancien dirigeant du Conseil révolutionnaire des forces armées (AFRC), Johnny Paul Koroma, et d'Hinga Norman, chef de la Force de Défense Civile, qui soutenait le gouvernement contre les rebelles. Etaient également présents Oluyemi Adeniji, Représentant Spécial du Secrétaire Général de l'ONU, ainsi que le général major Vijay Jetley, commandant de la force des Nations Unies en Sierra Leone.

Les casques bleus (107 soldats et six observateurs militaires) ont été déployés voici deux semaines à Kailahun, un bastion du RUF. Les tentatives précédentes de déploiement dans l'est du pays n'avaient pu être menées à bien du fait de l'activité rebelle dans cette région.

SIERRA LEONE: Les décès de plusieurs femmes seraient liés à des viols

Des responsables de l'ONU en Sierra Leone ont signalé indiqué jeudi qu'il semblait y avoir des preuves que le viol soit un facteur dans la mort de plusieurs femmes revenant de zones contrôlées par le RUF à l'est du pays, a indiqué jeudi à New York le porte-parole du Secrétaire Général des Nations Unies, Fred Eckhard.

Selon un responsable des droits de l'homme qui s'est rendu dans la ville de Kenema pour y évaluer les services sanitaires et sociaux destinés aux victimes de viol, les médecins de la ville "soupçonnent fortement" que des lésions provoquées un viol et des violences sexuelles aient contribué à la mort de plusieurs femmes enlevées, a expliqué M. Eckhard. Les maladies sexuellement transmissibles contractées par ces femmes, notamment le VIH/SIDA, sont également un facteur. Les médecins indiquent que ces dernières semaines, 12 femmes et enfants sont morts de complications liées à des violences physiques, à une insuffisance de soins médicaux et à la malnutrition dont
ils ont soufferts dans les zones tenues par le RUF.

SIERRA LEONE: Un travailleur humanitaire meurt de la fièvre de Lassa

Le travailleur humanitaire britannique Ian Janeck, qui a contracté la fièvre de Lassa lors qu'il travaillait en Sierra Leone, est décédé dans un hôpital du nord de Londres, a rapporté jeudi la BBC. Il avait été évacué de Freetown au début du mois pour ce que l'on supposait être un accès de malaria ou de fièvre typhoïde. Seuls 12 cas de fièvre de Lassa ont été diagnostiqués en Amérique du Nord et en Europe depuis que le virus a été identifié, voici 30 ans, au Nigeria, précise la BBC.

SIERRA LEONE: Aide alimentaire pour les anciens combattants

Mardi, le PAM a signé un accord avec le gouvernement sierra-léonais portant sur la fourniture d'une aide alimentaire d'une valeur de 2,7 millions de dollars aux anciens combattants sur une période de six mois, a indiqué vendredi à IRIN le Représentant du PAM en Sierra Leone, Patrick Buckley.

"Les vivres sont disponibles et nous sommes en train de finaliser les détails opérationnels avec le NCDDR. Seuls les anciens combattants qui ont été démobilisés dans les centres bénéficieront de cette aide alimentaire", a-t-il précisé.

Le NCDDR (Comité National pour le Désarmement, la Démobilisation et l'Intégration) est un organe de l'Etat.

AFRIQUE: Le Conseil de Sécurité discute du DDR

L'élément désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) doit être envisagé de manière globale dans les négociations de paix afin de permettre une transition sans heurts des opérations de maintien de la paix aux efforts de consolidation de la paix, a conclu le Conseil de Sécurité des Nations Unies à l'issue d'une journée de débat, mercredi.

L'engagement politique des parties impliquées dans un processus de paix est une condition préalable essentielle au succès des programmes DDR, a ajouté le Conseil.

Dans un communiqué de son président, le Conseil souligne l'importance "d'intégrer, selon les cas, au sein d'accords de paix spécifiques, avec le consentement des parties, et au cas par cas dans les mandats des Nations Unies, des termes clairs concernant le désarmement, la démobilisation et la réintégration des anciens combattants, y compris la collecte et la destruction des armes et munitions en temps voulu".

Dans son discours devant le Conseil, le Secrétaire Général des Nations Unies, Kofi Annan, a indiqué qu'il était essentiel que le DDR soit intégré dans tout accord de paix.

".Les arrangements relatifs à la destruction des armes et munitions doivent être décidés dans le cadre des négociations de paix, de sorte que la question de ce qu'il doit advenir des armes et munitions récoltées ne constitue pas elle- même une pierre d'achoppement", a-t-il dit.

M. Annan a également appelé à une plus grande flexbilité du Conseil de Sécurité dans l'utilisation des financements chiffrés pour les tâches de désarmement et démobilisation, afin que certaines activités clé, telles que la destruction des armes et la mise en place de projets 'à impact rapide', puissent avoir lieu avant que les financements volontaires ne soient reçus.

NIGERIA: Un tribunal islamique de Zamfara fait amputer la main d'un voleur

Les autorités judiciaires islamiques de l'Etat de Zamfara ont coupé la main d'un musulman reconnu coupable du vol d'une vache; il s'agit de la première décision régie par le code pénal islamique introduit dans cet Etat du nord en janvier dernier, ont rapporté vendredi les agences de presse.

Un communiqué officiel indique que l'inculpé, Bello Garki Zangebi, n'a pas fait appel de la condamnation dans le délai légal de 30 jours.

Selon l'AFP, la peine a été exécutée mercredi dans un hôpital de la capitale de l'Etat, Gusau, en dépit de l'engagement des gouverneurs des Etats du nord de suspendre l'application de la Charia.

L'introduction de la Charia a alarmé les chrétiens du nord du Nigeria et provoqué de violentes émeutes dans le pays, lesquelles ont fait des centaines de morts.

"Les gens sont heureux que les prescriptions de la Charia aient été appliquées", a déclaré un responsable du gouvernement de l'Etat cité par la BBC.

NIGERIA: Obasanjo accusé de négliger le Niger Delta

Le 'Ijaw National Congress' a accusé le gouvernement fédéral de négliger les problèmes du Niger Delta depuis la crise provoquée par l'introduction de la Charia dans certains Etats du nord, a rapporté 'The Guardian'.

Le secrétaire général du mouvement, Joseph Evah, a déclaré jeudi à Lagos qu'étant donné ce manque d'attention, l'appel à une confédération lancé par les gouverneurs des Etats du sud semblait opportun.

"Si c'est la seule option qui nous permette de contrôler les ressources que Dieu nous a données, nous soutenons l'appel à une confédération lancé par le sud-est. La situation actuelle n'est pas satisfaisante", a-t-il dit.

Les gouverneurs plaidant pour la Charia ont été traités avec douceur par le gouvernement qui, d'un autre côté, écarte les demandes de réformes socio-politiques des autres groupes ethniques.

NIGERIA: Le Président visite le sud-ouest frappé par la violence

Le Président Olusegun Obasanjo a visité deux communautés du sud-ouest du Nigeria o=F9 les récents affrontements ont fait au moins 80 morts et o=F9 des centaines de foyers ont été détruits, a rapporté l'AFP.

Une réunion des dirigeants des communautés yorubas Ife et Modakeke était prévue pour jeudi après-midi, après que M. Obasanjo ait visité les villes o=F9 un conflit vieux de 20 ans s'est rallumé le 3 mars à cause d'un litige foncier, a indiqué l'agence de presse.

Ife, l'une des patries traditionnelles des Yorubas, est la communauté la plus grande et la mieux établie. Les gens de Modakeke sont arrivés dans la région voici 150 ans, et considèrent que leurs voisins sont arrogants.

Ce litige n'est que l'un des nombreux conflits qui ont éclaté dans le pays depuis que l'administration civile d'Obasanjo a été mise en place, le 29 mai 1999. Dans la capitale de l'Etat d'Osun, Osogbo, M. Obasanjo a lancé jeudi un appel à l'unité et à la fin des luttes communautaires dans le pays, a rapporté l'AFP.

Les 120 millions d'habitants du Nigeria sont divisés en quelque 200 groupes ethniques, et partagés entre chrétiens et musulmans.

Exaspéré par les violences qui éclatent partout, M. Obasanjo a rencontré mercredi à Abuja les hauts responsables de la sécurité et leur a ordonné de renforcer les mesures de sécurité dans le pays. Ses détracteurs l'accusent de ne pas avoir mené les réformes de la police considérées comme vitales pour garantir la paix, selon l'AFP.

NIGERIA: Le gouvernement lance un plan de construction de 20 000 logements

Le gouvernement du Nigeria a lancé un plan national ayant pour objectif de construire 20 000 logements avant 2004, a annoncé le Ministre des travaux publics et du logement Tony Anenih, cité par 'The Guardian'.

S'exprimant lors de l'ouverture, jeudi, de la 30ème Conférence annuelle de l'institut nigérian des géomètres à Lagos, il a déclaré que l'administration Obasanjo considérait le logement comme le second besoin humain fondamental après la nourriture.

"C'est pourquoi nous avons lancé le présent projet", a-t-il dit.

Le gouvernement envisage de construire 5 000 logements chaque année pendant les quatre prochaines années et "entend revoir, renforcer et au besoin rationaliser, un certain nombre de cadres institutionnels et de politiques touchant le développement immobilier et les investissements fonciers".

Ce sont notamment le fonds national du logement, la banque fédérale d'hypothèques, la compagnie fédérale d'hypothèques, la banque urbaine de développement, la régie fédérale du logement, la loi sur l'usage des terres et une proposition de créer une Commission nigériane d'urbanisme et d'aménagement territorial régional. Il a indiqué que le gouvernement utiliserait des matériaux de construction bon marché, produits localement, pour réduire les coûts et pour contenir la valeur estimée d'un bungalow quatre façades avec deux chambres à coucher à environ 500 000 nairas (4 911 dollars).

AFRIQUE DE L'OUEST: Calendrier de l'interconnexion électrique Togo-Bénin

Les représentants de plusieurs organisations de bailleurs de fonds ont clos mardi une réunion de deux jours à Lomé, en fixant le calendrier de mise en ouvre d'un projet énergétique d'une valeur de 90 milliards de francs CFA (13,8 millions de dollars) dont l'objectif est de relier le Bénin et le Togo, a rapporté l'agence PANA.

Cette réunion a vu la participation de délégués de la Banque Mondiale, de la Banque Européenne d'Investissements, de l'agence française au développement, du Fonds Nordique et du Fonds Koweïtien.

Le projet vise à connecter les réseaux électriques des régions septentrionales du Togo et du Bénin pour procurer de l'électricité à des prix abordables aux deux pays. Le Togo et le Bénin sont déjà partenaires dans le secteur énergétique.

Le 13 mars dernier, lors d'une réunion à Abuja, les ministres de l'énergie du Ghana et du Nigeria avaient recommandé une connexion rapide des réseaux d'approvisionnement électrique d'Afrique de l'Ouest, en commençant par le Bénin, le Ghana, le Nigeria et le Togo.

L'interconnexion proposée s'inscrit dans le cadre d'un plan directeur pour l'énergie de la CEDEAO, qui prévoit l'exploitation commune des ressources énergétiques des 16 Etats membres.

Abidjan, le 24 mars 2000
[FIN]

[IRIN-WA: Tel: +225 22-40-4440 Fax: +225 22-40-4435 e-mail: irin-wa@irin.ci]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]