Examen de la mise en oeuvre du Programme d'action de Beijing en Afrique quinze ans après son adoption (Beijing +15) : Rapport de synthèse 1995-2009 (9E/ECA/ARCW/8/5)

Report
from UN Economic Commission for Africa
Published on 09 Nov 2009 View Original
Huitième Conférence régionale africaine sur les femmes (Beijing + 15)
16 - 20 Novembre 2009
Banjul (Gambie)

I. Introduction

1. En mars 2010, les gouvernements se réuniront à New York pour examiner les progrès accomplis dans la mise en oeuvre du Programme d'action de Beijing, 10 ans après son adoption. Dans ce contexte, l'Afrique, soutenue par la Commission économique pour l'Afrique (CEA) dresse le bilan des actions menées pour atteindre les objectifs convenus en 2004 à Addis-Abeba, lors de la septième Conférence régionale africaine sur les femmes (Beijing +10). Au cours de cette réunion d'examen, les États membres avaient « renouvelé leur engagement en faveur de l'égalité et de l'équité entre les sexes et du renforcement du pouvoir des femmes » et « suggéré des mesures concrètes pour corriger les écarts entre les engagements et la réalité ». Les ministres africains chargés du genre et des affaires féminines, avec d'autres gouvernements des pays du monde, ont à nouveau confirmé et souligné l'importance de la Déclaration et du Programme d'action de Beijing à la quaranteneuvième session de la Commission de la condition de la femme à New York en 2005. Ils ont fait valoir la nécessité d'une mise en oeuvre effective du Programme d'action de Beijing.

2. L'examen Beijing+15, quinze ans après l'adoption du Programme d'action, survient alors que divers dispositifs ont été mis en place pour accélérer la concrétisation des engagements pris en faveur de l'égalité et de l'équité entre les sexes et du renforcement du pouvoir des femmes, qui sont au centre du Programme d'action. Au niveau mondial, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté en 2009 les résolutions 1820 et 1888 pour renforcer l'application de sa résolution 1325 (2000), où il engageait les États Membres à trouver des solutions aux problèmes de genre, de paix et de sécurité. Au niveau régional, l'Union africaine (UA) s'est dotée d'une politique du genre visant à renforcer les politiques nationales et à assurer un cadre de réalisation harmonisé, de manière à accélérer la mise en oeuvre des engagements pris en faveur de l'égalité entre les sexes. Le Sommet de l'UA a également déclaré que la décennie commençant en 2010 serait la Décennie africaine du genre. Au niveau sous-régional, les communautés économiques régionales (CER) ont, en appoint aux dispositifs mondial et régionaux, intégré différents engagements et résolutions dans leurs politiques et leurs programmes d'action. En 2008, la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) a, par exemple, adopté un Protocole pour l'égalité des sexes, tandis que la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a mis en place une politique du genre pour guider les États qui en sont membres vers une mise en oeuvre accélérée.