Angola + 4 more

Bulletin quotidien d'information No. 883 pour la région des Grands Lacs

Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires - IRIN
Pour l'Afrique Centrale et de l'Est
Tél: +254 2 622147
Fax: + 254 2 622129
E-mail: irin@ocha.unon.org

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO: Miyet reçoit des assurances de coopération

Toutes les parties au conflit en RDC ont réaffirmé qu'elles respecteront l'accord de cessez-le-feu de Lusaka, ont rapporté les agences de presse mercredi. 'Des assurances verbales ont été données de part et d'autre, faisant état d'une réelle volonté de coopérer,' selon les propos du sous-secrétaire général de l'ONU pour les opérations de maintien de la paix, Bernard Miyet, en visite à Kampala, cités par Reuter. M. Miyet s'exprimait à l'issue d'une tournée régionale pour préparer la voie au déploiement de quelque 5 500 observateurs militaires et soldats de l'ONU dans le cadre de la Phase II de la mission des observateurs de l'ONU en RDC (MONUC). 'Il faut que nous examinions sur une base quotidienne si ces promesses se traduiront par une coopération sur le terrain,' a-t-il poursuivi, après avoir rencontré le président ougandais Yoweri Museveni. Précédemment, à Kigali, il avait déclaré que 500 observateurs militaires de la force seraient cantonnés dans 100 endroits différents de RDC, a rapporté la radio rwandaise. Selon les propos rapportés de M. Miyet, les bataillons d'infanterie de l'ONU, composés de quelque 850 soldats devaient être déployés dans quatre villes différentes. Ainsi, chaque base pourrait garantir le ravitaillement et le soutien nécessaires aux observateurs, dans un rayon de 200 à 300 km.

RDC: Les casques bleus vont recevoir des préservatifs

Parallèlement, les recommandations pour le budget de la MONUC prévoient un poste pour l'acquisition et la distribution de préservatifs dans le cadre de la campagne de sensibilisation du personnel de maintien de la paix de l'ONU aux questions de la prévention et du contrôle du VIH/SIDA, a fait savoir mercredi le porte-parole de l'ONU Fred Eckhard. Il a précisé que même si on n'avait relevé aucun cas de transmission du SIDA par des casques bleus, les Nations Unies avaient renforcé leurs mesures de prévention car le personnel civil et militaire de l'ONU, engagé dans les opérations humanitaires ou de maintien de la paix, pouvait être exposé aux dangers de la contagion.

RDC: Un homme d'affaires envisage un 'nouveau système de monnaie'

L'ancien président, aujourd'hui retraité, de la First International Bank of Grenade Ltd, basée à la Grenade, Van.A.Brink, a fait savoir qu'il travaille sur le projet d'un nouveau système de monnaie en RDC. Interviewé par le 'Wall Street Journal' depuis l'Ouganda o=F9 il réside actuellement, M. Brink a déclaré qu'il avait signé trois accords avec des factions rebelles congolaises pour investir plus de 40 millions de dollars de la First Bank dans des projets de construction de routes et d'hôpitaux en RDC. Il a forgé des liens avec le Rassemblement congolais pour la démocratie-Mouvement de libération (RCD-ML) d'Ernest Wamba dia Wamba et a annoncé que les rebelles ont accepté de promouvoir une autre entité de Brink, le 'Union Reserve System', qui entend remplacer le franc congolais par une monnaie soutenue par les ressources naturelles. Il a indiqué au journal américain que ses motifs 'sont purement humanitaires'.

RDC: Annulation de l'interdiction sur les devises étrangères

Parallèlement, le gouvernement de RDC a annulé un décret interdisant l'utilisation de devises étrangères dans le pays, a rapporté Associated Press mercredi. Un communiqué émanant de la Banque centrale a annoncé qu'il était maintenant possible d'effectuer des transactions commerciales en utilisant des devises nationales ou étrangères dans des zones désignées d'échange libre, incluant les centres commerciaux et les régions minières. Le gouvernement a interdit l'usage des devises étrangères l'année dernière en vue de stabiliser l'économie ébranlée par la guerre, la corruption et la mauvaise gestion, a indiqué l'AP. Néanmoins, cette initiative venue s'ajouter à l'effondrement de l'économie, a fait fuir les investisseurs étrangers et réduit les réserves de monnaies fortes dans le pays, a fait savoir l'agence de presse.

RDC: Le gouvernement réquisitionne une station de télévision privée

Le gouvernement a réquisitionné une des principales stations de télévision privées de Kinshasa, a annoncé mardi Reporters sans frontières (RSF). Dans un communiqué parvenu à IRIN, RSF a indiqué que le Bureau des biens mal acquis (OBMA), du service public, avait réquisitionné samedi, la station, Radiotélévision Kin Malebo (RTKM), en vertu d'un décret ministériel daté du 7 mars. Les émetteurs ont aussi été saisis, a indiqué RSF. RTKM appartient à Ngongo Luwowo, ancien ministre de l'information sous le régime du président Mobutu Sese Seko, et aujourd'hui en exil. 'Ce genre de mesure ne va pas dans le sens d'une plus grande liberté de la presse,' a déclaré dans le communiqué le secrétaire général de RSF, Robert Menard. L'AFP a rapporté mardi qu'aucune raison n'avait été donnée pour la prise de cette mesure, mais que la police avait investi les locaux de la station.

RDC: Les rebelles devraient se joindre à la consultation nationale

Les groupes d'opposition ne devraient pas 'cracher immédiatement sur le processus de consultation nationale' coordonné par des confessions religieuses de RDC car, même si elle n'était pas parfaite, elle a offert la possibilité d'ouvrir un vrai dialogue, a indiqué mardi le ministre belge des affaires étrangères, Louis Michel. 'Si vous dites que le président [Laurent-Désiré] Kabila essaie de prendre le contrôle de la consultation nationale, peut-être vous aussi, devriez-vous essayer d'en faire de même,' selon les propos de Louis Michel lors d'une conférence de presse à Kinshasa, cités par Reuter. 'La consultation nationale, même imparfaite, est un commencement, un début. Un domino est tombé...et pourrait entraîner un vrai débat congolais.' Les principaux groupes d'opposition politique et les factions rebelles ont boycotté la consultation la semaine dernière, présumant que Kabila détournerait le processus. Au contraire, la consultation a exigé de Kabila qu'il accorde plus de place à l'activité politique, qu'il forme un gouvernement de transition et nomme un premier ministre.

OUGANDA: Kampala nie avoir contourné les sanctions contre l'UNITA

Le gouvernement ougandais a démenti jeudi avoir eu des liens avec le mouvement rebelle angolais de l'UNITA, et spécifiquement avoir autorisé un avion appartenant aux rebelles à se ravitailler en carburant à l'aéroport d'Entebbe. Cette allégation était contenue dans un rapport présenté mercredi au Conseil de sécurité de l'ONU, concernant les violations des sanctions contre l'UNITA. 'Ceci n'est pas possible, nous ne traitons pas avec l'UNITA. Idéologiquement, nous leur sommes entièrement opposés,' a déclaré Hope Kivengere, secrétaire de presse auprès du président ougandais. 'Il est absolument impensable que ce gouvernement puisse autoriser les hommes de Savimbi à se ravitailler en carburant ici...pour nous, l'UNITA est un paria en Afrique,' a-t-elle déclaré à IRIN. Le rapport de l'ONU a affirmé que l'Ouganda avait parfois autorisé le ravitaillement des avions en transit à destination de zones contrôlées par l'UNITA. Le ravitaillement en carburant, décrit dans le rapport comme un 'élément important mais indirect des violations des sanctions', permet à des avions en provenance d'Europe de l'Est de continuer jusqu'en Angola pour livrer des équipements militaires et d'autres marchandises destinés aux rebelles.

BURUNDI: Grève des transporteurs en raison de la hausse des prix des carburants

L'organisation des transporteurs burundais, Atrabu, a répondu à l'augmentation des prix des carburants décidée par le gouvernement en lançant un ordre de grève des transporteurs jeudi et vendredi. Atrabu, qui s'est mise en grève jeudi à Bujumbura, a demandé l'ouverture de négociations avec le gouvernement pour établir de nouveaux tarifs qui n'entraîneraient pas de pertes pour les transporteurs, pour garantir le ravitaillement en carburants et pour créer un comité du carburant, a rapporté le service BBC de Kirundi. Les hausses annoncées par le ministre du commerce Gervais Nkanagu ont porté le prix du litre de super à 570 francs burundais, du diesel à 520 francs et du kérosène à 450 francs.

La grève des transports a été 'très pénible pour la population' de Bujumbura jeudi. Les travailleurs ont dû effectuer de longues distances à pied pour se rendre à leur travail, a indiqué à IRIN une habitante de la capitale burundaise. Pour aggraver la situation, les automobilistes n'avaient pas de carburant et le transport en taxi avait augmenté, allant de 1 500 à 3 500 francs, a-t-elle indiqué. Les fonctionnaires étaient particulièrement mécontents, et des troubles sociaux menaçaient d'éclater si la montée des prix des carburants n'était pas compensée par des hausses salariales.

RWANDA: Le gouvernement tire des bénéfices de la privatisation

La privatisation d'entreprises du secteur public a rapporté à l'Etat trois milliards de francs rwandais (près de 10 millions de dollars) pendant trois années consécutives jusqu'à fin 1999, a déclaré mardi le secrétariat de privatisation du gouvernement. Quelque 606,3 millions de francs (près de 20,2 millions de dollars) avaient servi à préparer la voie à la vente prévue d'autres entreprises publiques. Sans cet investissement, il aurait été difficile de s'en séparer, selon les propos du porte-parole du secrétariat de privatisation Anselme Ngabonziza, cités par l'Agence rwandaise d'information (ARI).

Le programme de privatisation du Rwanda se poursuit progressivement. Près de la moitié des 70 entreprises vouées à la privatisation ont été vendues ou sont en voie de l'être, a-t-on appris dans le dernier rapport établi par l'Economist Intelligence Unit (EIU) sur le Rwanda. Le gouvernement a l'intention de séparer les secteurs de l'eau, de l'électricité et du gaz actuellement gérés par l'entreprise publique ElectroGaz, dans le but de la privatiser. L'Etat envisage aussi de modifier le système de réglementation pour pouvoir vendre la société publique de télécommunications Rwandatel, a-t-il fait savoir. Les niveaux d'investissements devront grimper jusqu'à 19,4 pour cent du Produit national brut (PNB) en 2000-01 afin de pouvoir soutenir le fort taux de croissance économique de ces dernières années. Les investisseurs étrangers ont montré un intérêt pour ElectroGaz et Rwandatel, qui seront privatisées cette année, a ajouté le rapport. Le programme de privatisation est un des éléments essentiels d'un nouveau document-cadre de politique macroéconomique pour 2000-01, qui a fixé des objectifs de croissance économique de 5-6 pour cent par an, une inflation en dessous de cinq pour cent et un niveau de déficit des comptes courants de près de 17 pour cent, hormis les transferts officiels, a ajouté l'EIU.

Nairobi, le 16 mars 2000

[FIN]

[IRIN-CEA: Tél: +254 2 622147 Fax: +254 2 622129 e-mail:irin-cea@ocha.unon.org]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]