Angola + 17 more

Bulletin hebdomadaire d'information No. 32 pour l'Afrique de l'Ouest

N A T I O N S U N I E S
Bureau de coordination des affaires humanitaires
I R I N pour l'Afrique de l'Ouest
Tel: + 225 21-73-54
Fax: + 225 21-63-35
E-mail: irin-wa@ocha.unon.org

(Du samedi 7 au vendredi 13 août 1999)

LIBERIA: Attaques de dissidents dans le nord-ouest

Des hommes armés ont occupé cinq localités du nord-ouest du Liberia, kidnappé des employés humanitaires, réquisitionné des véhicules du HCR et combattu les troupes gouvernementales renforcées par hommes supplémentaires dépêchés vers la région, selon diverses sources.

Le Ministre adjoint de l'information, Milton Teahjay, a indiqué à IRIN que les dissidents, sur l'identité desquels il a préféré ne pas spéculer, avaient pris cinq localités dans le comté de Lofa mercredi. Des hommes armés ont également réquisitionné cinq véhicules du HCR, a indiqué à IRIN une source humanitaire.

Le gouvernement a lancé une contre-offensive jeudi, selon M. Teahjay, qui a précisé vendredi que "les dissidents ont été mis en déroute et deux villes au moins ont été reprises". Il a démenti les informations relayées par la presse et des organisations humanitaires selon lesquelles d'anciens combattants seraient engagés dans l'armée, à Monrovia, pour aider à lutter contre des rebelles qui, selon le gouvernement, seraient venus de Guinée.

L'état d'urgence, déclaré mercredi par le Président Charles Taylor et limité à la région, était toujours en vigueur vendredi. M. Teahjay a expliqué qu'il permettait aux forces de sécurité de maîtriser la situation.

Le Ministre libérien de la défense a déclaré vendredi que le nombre de dissidents était estimé entre 500 et 800, mais les rebelles affirment être environ 3000.

Un porte-parole des rebelles, qui s'est présenté sous le nom de 'Mosquito Spray', a confirmé vendredi à la BBC que les dissidents détenaient environ 100 personnes (environ 50 employés humanitaires et leurs familles) interceptées alors quelles tentaient de traverser la frontière vers la Guinée. 'Mosquito Spray' a déclaré qu'elles étaient retenues "par mesure de précaution".

Leur enlèvement avait été signalé dans un rapport sur la situation dans le nord-ouest du Liberia, envoyé à IRIN vendredi par le HCR à Abidjan. Un groupe qui se fait appeler 'Joint Forces of Liberation for Liberia' (JFFL - Forces unies pour la libération du Liberia) a revendiqué l'enlèvement. Il demande de l'aide sous forme de carburant, en échange de la libération des cent prisonniers, a précisé le rapport.

Les autres otages se dirigent vers la frontière, selon MERLIN

D'autres employés humanitaires, enlevés mercredi, sont également emmenés vers la frontière avec la Guinée, a indiqué vendredi à IRIN une porte-parole de l'ONG 'Medical Emergency Relief International' (MERLIN) à Londres. Ce sont trois Libériens, quatre Britanniques, un Norvégien et un Italien.

La Grande-Bretagne envoie une équipe pour aider à leur libération

Le Ministre britannique des affaires étrangères a annoncé jeudi qu'une petite équipe dirigée par Warren Haydon-Gash, Ambassadeur en Côte d'Ivoire, se rendrait d'Abidjan à Monrovia "pour maintenir un contact direct avec le gouvernement libérien et offrir tout service et assistance dont ils pourraient avoir besoin, comme dans d'autres circonstances similaires".

Amnesty appelle au respect des droits de l'Homme

Amnesty International (AI) a appelé jeudi les forces de sécurité du Liberia à respecter les droits de l'Homme au cours de leurs opérations de restauration de l'ordre dans le comté de Lofa.

"Les civils, quelles que soient leur origine ethnique ou position supposée envers le gouvernement libérien, doivent être protégés des exécutions extrajudiciaires, actes de torture et mauvais traitements, ou détentions sans charges ou jugement par les forces de sécurité", a déclaré AI.

Parallèlement, le 'Centre for Law and Human Rights Education' (Centre pour l'Education aux lois et aux droits de l'Homme) a appelé le gouvernement à enquêter sur le présumé harcèlement des forces de sécurité à l'encontre des réfugiés sierra-léonais dans le comté de Lofa, a rapporté mardi Star Radio.

Un réseau d'Eglises lance un appel aux fonds

Le groupement religieux 'Action by Churches Together' (ACT - Action des Eglises Ensemble) a lancé un appel au financement d'une valeur de 1.945.472 dollars pour un projet visant à aider à accélérer la réinstallation et la réintégration des réfugiés retournés, personnes déplacées, anciens combattants et autres au Liberia.

SIERRA LEONE: Libération des derniers otages

Les rebelles de l'ancienne armée de Sierra Leone (ex-SLA) ont libéré lundi les derniers membres d'une mission dirigée par les Nations Unies, qu'ils avaient pris en otages alors que le groupe se rendait la semaine dernière dans les Monts Occra, à environ 70 km à l'est de Freetown, pour emmener des enfants que les rebelles avaient promis de libérer.

Les rebelles de l'ex-SLA exigeaient la libération de leur chef, Johnny Paul Koroma, qui était selon eux détenu par ses alliés du Front révolutionnaire uni (RUF), et une meilleure prise en compte de leurs intérêts dans l'accord de paix du 7 juillet, conclu à Lomé, Togo, entre le RUF et le gouvernement.

Les 150 enfants, dont certains étaient prisonniers depuis des années, sont arrivés mardi à Freetown. Cependant, 3 120 des quelque 4 000 enfants déclarés disparus après l'invasion de la capitale par le RUF en janvier, ne sont pas encore rentrés. Mercredi, le gouvernement a appelé à leur libération inconditionnelle.

Après la crise des otages, une nouvelle crise a failli éclater lorsque l'officier du RUF Sam Bockarie a déclaré que des assaillants venus de Guinée avaient attaqué des positions rebelles. Accusant le gouvernement de Sierra Leone, il a menacé de lancer une guerre totale si les attaques se poursuivaient.

Le gouvernement de Sierra Leone a déclaré mercredi qu'il avait mené une enquête sur ces plaintes et que ni ses troupes, ni les milices alliées, ni les autorités guinéennes n'avaient aucunes informations sur les présumées attaques.

Selon le RUF, les attaques se seraient produites à Koidu, qui fait frontière avec le comté de Lofa au Liberia, envahi cette semaine par des dissidents libériens qui auraient franchi la frontière en provenance de Guinée.

MALI: Des inondations font un millier de sans abri

Des inondations provoquées par de fortes pluies ont fait un millier de sans abri dans la capitale malienne, Bamako, ont rapporté ce week-end les agences de presse. La BBC a rapporté vendredi que deux personnes sont mortes lorsque les eaux se sont engouffrées dans une centaine de maisons de la ville, qui compte quelque 880 000 habitants.

La liaison ferroviaire entre Bamako et la capitale sénégalaise, Dakar, a également été coupée. Selon l'agence Reuter, la compagnie nationale de chemins de fer, la RCFM, a indiqué qu'il faudrait de 30 à 45 jours pour réparer deux ponts emportés par les eaux le 1er août à Kayes, à 422 km au nord-ouest de Bamako.

TCHAD: Des inondations font des milliers de sans abri

Des inondations provoquées par de fortes pluies ont détruit quelque 5 226 maisons, laissant des milliers de gens sans abri dans 11 des 14 régions du Tchad, depuis le début du mois d'août, a indiqué vendredi à IRIN le Ministre de l'information, Moussa Dago.

"Globalement, nous avons environ 30 000 personnes touchées (directement) par les inondations", a-t-il indiqué. "La plupart d'entre eux ont perdu leur maison et certains ont contracté la malaria", a ajouté M. Dago, qui a dirigé, le 7 août, une mission d'évaluation, comprenant des représentants d'agences des Nations Unies, dans la région de Batha, au centre du pays.

M. Dago a indiqué que le Tchad espérait recevoir l'aide de la communauté internationale pour secourir toutes les régions affectées. Le Ministre des affaires étrangères du pays a lancé un appel à l'aide lors de la réunion qu'il a eue jeudi avec les ambassadeurs et les représentants des Nations Unies et d'autres organisations internationales, a-t-il dit.

Envoi de messagers de paix à la rencontre d'un dirigeant rebelle

Le Président tchadien, Idriss Deby, a envoyé des messagers de paix pour rencontrer le dirigeant rebelle Youssouf Togoimi, dans la région septentrionale de Tibesti, et découvrir ce qu'il veut, a indiqué lundi à IRIN M. Dago.

La délégation comprend des parlementaires respectés et des chefs traditionnels du Tibesti, la région montagneuse désertique o=F9 M. Togoimi, ancien ministre, a lancé sa rébellion fin 1998.

CAMEROUN: Le gouvernement doit nettoyer le lac qui tue, selon les experts

Une équipe d'experts a appelé le gouvernement du Cameroun à commencer à nettoyer le lac Nyos, qui a tué 1746 personnes dans un rayon de 20 km, lorsqu'il avait libéré des millions de mètres cubes de dioxyde de carbone, en 1986.

Les trois scientifiques camerounais ont déclaré que l'élimination des gaz toxiques du lac Nyos et d'un autre lac volcanique, le lac Monoum, devrait commencer dans délai, selon un communiqué reprenant leurs recommandations, publié par le gouvernement cette semaine.

AFRIQUE DE L'OUEST: Utiliser une ressource qui s'envole en fumée

Un gazoduc, qui devrait permettre d'acheminer du gaz naturel nigérian vers trois autres pays d'Afrique de l'Ouest, sera posé dans les trois ans, selon un mémorandum d'accord signé mercredi.

L'accord, signé à Cotonou par les transnationales pétrolières Chevron et Shell et des représentants des gouvernements du Nigeria, du Bénin, du Togo et du Ghana, prévoit que le gazoduc soit prêt, d'ici l'an 2002, à acheminer le gaz vers les centrales électriques et les industries des pays destinataires.

"Chevron propose la construction d'un gazoduc offshore de 1 000 kilomètres, d'une valeur de 400 millions de dollars, pour acheminer des quantités massives de gaz naturel depuis les réserves au Nigeria", a indiqué dans un communiqué l'entreprise Chevron, qui gérera le projet,.

BENIN: Epidémie de choléra

Une épidémie de choléra a fait seize morts depuis la mi-juillet, dans le département côtier béninois d'Atlantide, ont indiqué jeudi à IRIN des responsables de la santé à Cotonou.

Le Dr Comlanvi Comlan, conseiller à l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour la lutte contre les maladies, a indiqué à IRIN que le plus fort de l'épidémie avait été enregistré pendant la semaine du 26 juillet au 1er août, o=F9 12 personnes sont mortes sur un total de 145 cas signalés, et que l'épidémie avait maintenant diminué d'intensité.

Citant des chiffres du Ministère de la santé, il a indiqué que 22 cas et un décès avaient été enregistrés du 19 au 25 juillet, et trois décès sur 252 cas du 2 au 8 août.

NIGERIA: Le sénat absout son président

Mercredi, le sénat nigérian a absous à l'unanimité son président, Evan Enwerem, des allégations portées contre lui par un magazine d'information, qui avait affirmé que son casier judiciaire n'était pas vierge, a rapporté la télévision nigériane.

Le jugement du sénat s'appuie sur les conclusions de trois commissions sénatoriales qui ont estimé que les allégations étaient infondées.

Le pays se prépare à la lutte contre les dangers écologiques

Le Nigeria, qui chaque année voit environ 50 mètres de ses terres emportées par l'océan Atlantique et deux kilomètres envahis par le désert du Sahara, est confronté à un désastre écologique rampant qui a retenu l'attention de son gouvernement.

Le Président Olusegun Obasanjo était à Lagos lundi pour visiter le front de mer de la ville, o=F9 l'océan a progressé de plus d'un kilomètre au cours des deux dernières années.

M. Obasanjo s'est engagé à prendre des mesures urgentes pour s'occuper du problème de Lagos et des autres régions menacées par l'érosion côtière.

La semaine dernière, il était dans l'Etat de Gombe, au nord-est du pays, pour lancer une campagne de reboisement qui, a-t-il déclaré, est impérative pour inverser ce qui semble aujourd'hui une bataille perdue contre la déforestation. Le gouvernement envisage de reboiser 4 000 hectares (ha) d'ici l'an prochain, a-t-il dit.

Controverse sur le indemnités parlementaires

Plus de 1 000 syndicalistes, 3 000 selon certains médias, ont manifesté mardi devant l'Assemblée Nationale du Nigeria pour protester contre le montant trop élevé des indemnités que recevront les parlementaires.

Chacun des 109 sénateurs fédéraux recevra une indemnité de déménagement de 3,5 millions de naira (environ 33 600 dollars), tandis que les 360 membres de la chambre des Représentants recevront chacun 2,5 millions de naira (24 000 dollars). Le salaire minimum mensuel au Nigeria est de 3000 naira (environ 29 dollars).

NIGER: Report des élections

Le gouvernement de Niger a reporté de plus d'un mois les élections présidentielles qui devaient se tenir le 3 octobre prochain, a indiqué à IRIN une source médiatique à Niamey.

Le Commandant Daouda Mallam Wanké, président du Conseil de Réconciliation Nationale (CRN), la junte au pouvoir, a annoncé le report mardi. Il a déclaré que le scrutin aurait lieu dans la première quinzaine du mois de novembre.

Les raisons invoquées pour ce report, a indiqué la source, incluent un manque de fonds pour financer l'opération et le fait que le début du mois d'octobre coïncide avec la saison des récoltes, ce qui entraînerait un faible taux de participation dans les régions rurales.

Lundi, M. Wanké a signé un décret qui promulgue la nouvelle constitution du pays, laquelle prévoit un partage du pouvoir entre le président et le premier ministre.

TOGO: Le comité paritaire tient sa première réunion

Un comité paritaire composé de représentants du gouvernement togolais et de l'opposition a tenu sa première réunion mardi à Lomé, a rapporté l'AFP.

Le comité de 24 membres, représentant en nombre égal le parti au pouvoir et l'opposition, a été créé dans le cadre de l'Accord de Lomé, un accord signé entre les deux parties le 29 juillet, à l'issue de pourparlers inter-partis dans la capitale togolaise.

Le comité est notamment chargé de veiller à la mise en oeuvre de l'Accord de Lomé, dont les principales clauses prévoient l'établissement d'une commission électorale indépendante et la rédaction d'une loi sur les partis politiques.

COTE D'IVOIRE: Remaniement ministériel

Trois ministres ont été limogés et deux nouveaux font leur entrée dans le gouvernement de Côte d'Ivoire, à la faveur d'un remaniement ministériel qui a vu une réduction de 36 à 35 du nombre de ministres, a annoncé le gouvernement dans un communiqué publié le 10 août.

Les nouveaux ministres sont le général Atin Oria Ambroise (Ministre de la santé publique) et Seri-Assia Jérôme (Ministre délégué auprès du Ministre de l'intérieur et de la décentralisation).

Les ministres sortants sont Pierre Kipré (Ministère de l'éducation nationale et de la formation de base) et Atsain Achi (Ministère de l'emploi, de la fonction publique et de la prévoyance sociale).

Le troisième ministre limogé est l'ancien ministre de la santé, Maurice Kakou Guikahué, dont le Ministère fait la une des médias depuis juin, quand l'Union européenne a suspendu son aide à la Côte d'Ivoire en réaction à des malversations portant sur 18milliards de francs CFA (environ 30 millions de dollars) d'aide de l'UE au secteur de la santé.

AFRIQUE: L'ONU s'inquiète de la piètre réponse internationale aux désastres en Afrique

Le Secrétaire Général de l'ONU, Kofi Annan, est "alarmé par le manque de réponse de la communauté internationale" aux besoins humanitaires des victimes de la guerre et des désastres naturels dans plusieurs régions d'Afrique, "qui prennent des proportions de crise irrévocable", a déclaré jeudi un haut responsable des Nations Unies.

Les organisations humanitaires des Nations Unies et leurs partenaires ont besoin de 796 millions de dollars pour venir en aide à plus de 12 millions de gens en Afrique pour l'année 1999, et seuls 352 millions de dollars ont été reçus, a déclaré le porte-parole du Secrétaire Général de l'ONU, Fred Eckhard.

Il cite l'Angola, le Burundi, l'Erythrée, l'Ethiopie, la République Démocratique du Congo, la Guinée Bissau, la République du Congo, la Sierra Leone et la Somalie, parmi les pays ayant des besoins humanitaires urgents qui ne peuvent être satisfaits du fait du manque de réponse des donateurs.

Selon la FAO, 10 millions de gens ont besoin d'aide alimentaire

Près de 10 millions de personnes en Afrique sub-saharienne ont besoin d'aide alimentaire d'urgence, selon le rapport intitulé 'Situation de l'approvisionnement alimentaire et perspectives culturales en Afrique sub-saharienne' et publié lundi par l'agence des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Abidjan, le 13 août 1999

[FIN]

[ Pour plus d'information ou abonnement, UN IRIN-WA: Tel: +225 21 73 66, Fax: +225 21 63 35, e-mail: irin-wa@africaonline.co.ci ]

Item: irin-french-637

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un departement d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne refletent pas necessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous reimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette reserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une reference aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archives sur internet sous: http://www.reliefweb.int/IRIN ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 1999